Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

laboureux et ses éfants

  • Culture de Normandie: L’laboureux et ses éfants

    Un fermier qu'avait des sous, no peut die qu'il était à s'n'aïse, véyait bié qu'ses éfants n'en foutaient pin eune ramée: caleux comme des quin's d'cuè !
    V'là qu'i s'entit un ptieu malaise : « pétête bié que j'sommes au bout du qu'min, cha va ête l'heu que j'causions à mes éfants ».
    I dit à san vesin d'aller les qu'ri pou qu'i sèyent au pièd d'san lit.
    «Mes éfants, qu'i leu dit, i va fallé qu'vous r’troussiez vos manches, a' c't'heu, fini de s'doulaiser. Man pé, pis san pé ont camuchè queuqu'part eune pouquette pleine de sous. I va fallé la qu'ri, aussi faut pas avé pue d'la tracher en ratournant la terre aussi profont qu'no peut ».
    Pis, su ces mots, i ferma sa calboune, il est allé vaie si l'cu'è avait pin menti en li disant que l'Bon Dieu i f'rait eune tite plache dans san paradis.
    « L'pé nos a dit d'pin vende l'héritage, i va fallé tracher oyou qu'est muchè san trésor ».
    Emprès l'moissonnage, i z'ont tournè, boulè, ratournè, pis oco prins l'louchet pou qu'au bout d'leu peïne, bernique, fi de trésor! Mais quand i z'ont battu à la mécanique, est cheu eux qu'y avait l'pus biao froment, les bettes étaient grosses commes des citrouilles, l'cossard jaune comme l'or!
    I z'ont dit alors: «Est tout d'mêïme bié de s'ête courbattus, d'avé trimè comme des manants, note ouvrage nos a rapportè bié des avantages ».