Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

la vapeur

  • Paysages de Normandie: Les Chemins de Halage

    La Seine est longée, sur une rive ou l'autre, par un ancien chemin de halage. Le halage sur les cours d'eau navigables est définitivement fixé par Les Ordonnances de Colbert « Les Riverains doivent laisser le long des bords 24 pieds de large.»; l'entretien du chemin leur revient en une corvée, la servitude de Halage.

     

    La Seine est un fleuve à méandre et le chemin change souvent de rive pour suivre le chenal. Les relais (4 à l'aval de Rouen et 13 entre Rouen et Paris) correspondent à un port ou au moins à un passage pour faire traverser les chevaux qui tirent les bateaux.

     

    Le halage a toujours été plus utilisé entre Rouen et Paris qu'en aval de Rouen. Mais il augmente partout le coût du transport et se heurte à différents obstacles qui retardent la progression des bateaux: le trajet de Rouen à Paris pouvait atteindre jusqu'à quatre semaines.

     

    En amont de Rouen, Paris constitue la grande destination. Les bateaux remontent contre le courant, le resserrement des méandres interdit la voile: le chaland est le type d'embarcation le plus fréquent et n'est pas mâté.

    Les nombreux ponts, les pêcheries et les moulins obstruant les bras de Seine forment autant d'obstacles à la marche des chevaux auxquels la population locale prête parfois son concours.

     

    En aval de Rouen, les bateaux remontent avec la marée et l'ampleur des méandres permet de se servir du vent: la gribane est alors l'embarcation choisie, elle est gréée de deux voiles. La force du mascaret érode ici les rives et rend le halage difficile.

     

    Dans les années 1840, les Ponts et Chaussées procèdent à la réfection des chemins de halage. La vapeur a rendu inutile les chemins de halage.

     

    Ces anciens chemins de halage permettent maintenant de belles promenades familiales.