Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

la fête du cochon

  • Culture Normande: La fête au Cochon


     

    L'aut'jou j'allîmes cheux not cousin

    C'était la fête à san cochon

    No s'y régalit d'bon boudin

    Et not but d'la gentill' baichon

    La couésin' qu'est bonn' cuisinière

    No fit un dainner d'cochonnaille.

    O n'n'arrangit d'tout's les manières

    C'était meilleu que d'la volaille.

     

    Refrain

    A la fête du cochon

    Nos y bait, no s'y grise

    Tant pis si la baichon

    No fait fair' des bêtises

     

    No commenchit par la couérée

    Cha coulit comm' d'la panade

    En chinq minut's o fut d'vorée

    Et pus no s'mint su la grillade.

    Por fair honneur à nos cousins

    Qui sont accoutumés d'bien vivre

    Ma fai, je n'pouvions pas faire moins,

    Nos mangit chacun eun' livre

     

    Apreus, no mangit du hât'let;

    l's éfants c'est glouton su l'rôti,

    j'vis notre aîné qui pâlissait,

    Et tout d'un coup le v'là qui m'dit:

    «  dis-mé papa, faut'i qu' je l'jette? »

    Mais non que j'l'crie, p'tit bêtas,

    Mets-le plutôt dans ta pouquette.

     

    Nos apportit d'la terrinée,

    Et d'la Fallue à discrétion,

    Mé, j'en mangis trouais assiettées,

    Por em fair' fair' la digestion,

    Nos avait lâchi l'mitoyen,

    Et no n'buvait plus qu'du gros baire.

    Ma femm' s'en v'nait déjà un brin,

    N'y'avait pus moyen d'la fair' taire.

     

    Apreus cha, no servit l'café,

    et de l'iau-d'-vie dans trouais carafes

    Mais je n'sais pas comment qu'ça s'fait,

    V'la qu'tout d'un coup, je m'trouvis paf.

    J'trachais ma femm' por no n'aller

    Et j'la cairyiais déjà partie,

    Mais, no finit par la r'trouver,

    Do not' cousuin, sous la querr'trie.

     

    C'est vrai qu'j'en avais un bon brin,

    Mais, ma paur' femme était bi pire;

    Par su' l'cou, o t'nait not' cousin,

    Et malgré tout y'avait d'qué rire.

    O s'cairyait couchie d'avec mé,

    C'que c'est tout d'même que la baichon.

    Mais por raconter c'qu'a faisait

    C'est impossibl' dans ma chanson.

     

    Enfin, o vit bi qu'i fallait

    r'venir cheux nous, à la maison;

    Tout l'long du ch'min, o répétait;

    Not'cousin c'est un gars d'aplomb.

    J'crais tout d'même que la cochonn'rie,

    Finit par l'i tourner su l'coeur,

    Car dans quiqu' mouais, à la patrie

    O f'ra cadeau d'un défenseur.