Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

la blonde de caen

  • Tradition de Normandie: La Blonde de Caen

    Si la technique du point d'Alençon reste la plus prestigieuse. La Normandie a développé d'autres savoir faire en matière de dentelles.  

     

    Ainsi la Blonde de Caen, va-t-elle lui disputer son renom. En 1624, les ursulines s'installent à Caen, où elles enseignent la dentelle aux fuseaux.

     

    À la fin du XVII ème siècle, le fil de soie vient compléter le fil de lin traditionnellement utilisé. On appelle alors les dentelles de soie « Nankin » du nom de la région de Chine d'où provient la soie. Simple tulle à mailles larges, c'est à sa teinte particulière et à sa brillance supérieure à celle du lin qu'elle doit son nom de « Blonde ». dans les années suivantes, Caen devient le plus grand centre de production de ce type de dentelle et lui ajoute son nom.

    La Blonde de Caen est également fabriquée dans d'autres villes. Dans L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, les blondes portent des noms évocateurs: la chenille, le persil, la couleuvre, le pouce du roi.

     

    Au milieu du XVIII ème siècle, Caen rassemble dix-huit fabricants. Un siècle plus tard, le centre de production a littéralement évolué avec cent deux producteurs. Encore un fois, ce sont les cycles de la mode qui auront raison de la Blonde de Caen. Sous Napoléon III, la dentelle noire éclipse la dentelle claire. Le déclin commence et va s'achever avec la disparition de la Blonde de Caen au début du XX ème siècle.