Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

légende de saint taurin

  • Tradition de Normandie: La légende de Saint Taurin

    Au VIIIème siècle, un moine imaginatif, nommé Déodat, écrit un récit de la vie et des miracles de Saint Taurin. Diverses copies plus ou moins fidèles de ce texte sont parvenus jusqu'à nous. Selon Déodat, Taurin était né à Rome. Filleul du pape Clément, il se rend en Gaule à la fin du Ier siècle. Ordonné évêque par Saint Denis, il se voit confier la tâche d'évangéliser l'Evecin. Le démon, prenant successivement l'aspect d'un ours, d'un lion et d'un taureau, s'oppose à son entré dans Evreux, mais Taurin passe outre. Alors que Taurin s'apprête à baptiser une jeune fille nommé Euphrasie, le démon intervient à nouveau, il précipite Euphrasie dans un brasier. En présence d'une assemblée de 120 personnes, Taurin réssuscite l'innocente victime.

     

    Le Saint homme se rend peu après au temple de Diane. En présence des prêtres, il extirpe le démon des statues de Diane et de Jupiter. Deux milles baptêmes s'ensuivent, accompagnés de nombreux miracle. Taurin va ensuite chez le Consul Licinius, à Gisay (Gisiaca Villa, origine du nom Gisacum), il réssuscite le fils de Licinius mort lors d'une chasse.

     

    Alors que toute la contrée est convertie, Taurin a la prémonition de sa fin. Son âme est emportée par une foule d'anges, tandis qu'un homme apparaît pour désigner l'emplacement de la sépulture de Saint Taurin.

     

    En 1914, l'abbé Mesnel au terme d'une étude critique des textes originaux, n'aura pas de peine à montrer les contradictions et les invraisemblances du récit de Déodat. Autant dire que l'on ne sait rien de sûr de la vie et des actes de Saint Taurin, sinon qu'il vint dans la région d'Evreux vers le milieu du IV ème siècle et mourut au début du V ème siècle.