Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

l'enfant de strasbourg

  • Chant Tradi- L'enfant de Strasbourg


    podcast

    1- « Petit Papa, c'est donc la mi-carême

    Car te voilà déguisé en soldat.

    Dis-moi, Papa, dis-moi que c'est pour rire

    Ou pour faire peur aux tout petits enfans. »(bis)

     

    2- «Non, non, ma fille, je pars pour la patrie,

    C'est mon devoir, tous les Paps s'en vont.

    Embrassez-moi, toi et ta mère chérie,

    Je reviendrai bien vite à la maison. » (bis)

     

    3- « Pourquoi, maman, cett' lettre et cett' médaille

    Que le facteur vient de nous apporter?

    Dis-moi, maman, tu pleures et tu défailles

    A-t-on tué ton mari adoré? » (bis)

     

    4- « Oui, mon enfant, tu n'auras plus de père.

    Pleurons ensemble car nous la haïssons

    Cette guerr' atroce qui fait pleurer les mères

    et tue les pères des petits anges blonds. » (bis)

     

    5- La neige tombe aux marches de l'église,

    Là est assise une enfant de Strasbourg.

    Elle reste là malgré le froid, la bise,

    Elle reste là malgré la fin du jour. (bis)

     

    6- Un homme passe, à la fillette donne.

    Elle reconnaît l'uniforme allemand,

    Elle refuse l'aumône qu'on lui donne,

    A l'ennemi, elle dit bien fièrement: (bis)

     

    7- « Gardez l'aumône, je garde la souffrance,

    Soldat prussien, passez votre chemin,

    Car moi je suis une enfant de la France,

    A l'ennemi, je ne tends pas la main. » (bis)

     

    8- «Mon père est mort sur un champ de bataille.

    Je n'ai pas vu l'ombre de son cerceuil,

    Blessé à mort par l'une de vos balles,

    C'est la raison de ma robe de deuil. » (bis)

     

    9- « Tout en priant dans cette cathédrale,

    Ma mère est morte sous le porche écroulé,

    Frappée à mort par l'une de vos balles,

    Frappée à mort par l'un de vos boulets. »(bis)

     

    10- « Vous avez eu mon père et puis ma mère.

    Vous avez tué des milliers de Français,

    Vous avez eu l'Alsace et la Lorraine,

    Mais mon p'tit coeur, vous ne l'aurez jamais,

    Car mon p'tit coeur, il restera Français! »