Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jumièges

  • Histoire de la Normandie: l'abbaye de Jumièges

    Jumièges047.jpg

    Fondée au VII ème siècle par Saint Philibert sur l'ordre du roi Dagobert, l'abbaye bénédictine de Jumièges accueillait une centaine de moines chargés d'évangéliser la population.

     

    Très vite, on en comptait 800. En 841, l'abbaye de Jumièges fut incendiée par les Scandinaves: elle fut reconstruite plus tard sous l'influence du moine lombard (en italie) Volpiano et consacrée en 1067 en présence de Guillaume II de Normandie dit le Conquérant.

     

    L'abbaye ne cessa de prospérer et de s'agrandir jusqu'à la Révolution Française de 1789, où la communauté fut dispersée.

     

    Elle fut vendue par la première République à un marchand qui l'utilisa comme carrière de pierre jusqu'en 1824.

     

    Un nouveau propriétaire cessa les destructions en 1852, et entreprit des travaux de consolidation des ruines.

  • Edouard Herriot parlant de Jumièges et de Saint-Wandrille


    Dans les ruines des deux abbayes, la nature, aujourd'hui, de son abondante générosité, réconcilie âges et styles. La force de la campagne normande soulève ces arbres: tilleuls, hêtres blancs, hêtres pleureurs, cèdres rapportés par des moines voyageurs, sycomores sur les places occupées jadis par les noyers disparus, les uns et les autres ennoblissant de leur majesté, les ruines qui ont gardé les tons clairs de la pierre de Caumont et ces prés où gisent effondrées, les clefs de voûte, dans un encadrement de cyclamens sauvages. Les tours seules demeurent intactes; la partie plus ancienne du monument s'est montrée la plus robuste. Ces tours doyennes, nous les voyons encore telles que Guillaumes les consacra.