Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

iton

  • La faune ichtyologique de la Seine

    La Seine tout au long de son cours renferme une faune ichtyologique très variée. Le secteur d'Elbeuf est particulièrement favorisée par le très grand nombre d'espèces que l'on peut y rencontrer, la pollution de la Seine semblant en régression.  

     

    La faune ichtyologique des eaux de la Seine compte 24 espèces y compris 8 espèces très rares signalées de temps à autre remontant la Seine.

     

     

    • Squalius Cephalus: chevaine meunier. Poisson de 20 à 40 centimètres. Certains exemplaires peuvent atteindre 50 à 60 centimètres et peser 5 à 6 kg. Omnivore; sa nourriture principale: les petits poissons qu'il traque dans l'eau, mais aussi les insectes, cerises, prunes tombées à la dérive. Sa pnte a lieu au printemps. Ce poisson est devenu rare.

    • Alburnus Lucidus: ablette-ovelle. Les ablette-ovelles se réunissent en bandes nombreuses l'été à l'embouchure des égouts, se déplacent en troupes en pleine eau, et s'y alimentent de menus animaux et de débris en suspension. Dos à reflets argentés. La ponte a lieu dans la seconde moitié du printemps. Les écailles triturées dans un excipient constituent le produit nommé Essence d'Orient que l'on emploie dans l'industrie des fausses perles pour leur donner le brillant.

    • Avramis Brama: brème. Ce poisson varie de 20 à 50 centimètres. Il n'est pas rare de pêcher des brèmes pesant plusieurs kilogrammes. Elles habitent les eaux courantes, elles se nourrissent de débris variés et de menus animaux. La ponte a lieu au printemps; les reproducteurs se rassemblent par troupes à fleur d'eau.

    • Acerina Cernua: perche goujonnière. 18 à 20 centimètres. Très vorace, se nourrit d'alevins, de menues proies. Ponte printanière. Peu commune.

    • Barbus Barbus: barbeau-barbillon. Sa taille varie de 20 à 60 centimètres. Les très grands individus peuvent parvenir de façon exceptionnelle à 80-90 centimètres. Le barbeau-barbillon vit sur le fond. Ponte dans la seconde moitié du printemps.

    • Esox Lucius: Brochet. Cherche à remonter les affluents de la Seine, dont il préfère les eaux claires (Eure, Iton, Epte etc...) à l'époque des crues, il en a été aperçu à l'embouchure de l'Oison. Ce poisson mesure de 30 à 70 centimètres, exceptionnellement plus d'un mètre. Très vorace, il se tient à l'affût en pleine eau pour se jeter sur les poissons passant à sa portée et les avaler d'un trait. Ponte de février à mai.

    • Cyprinus Carpio: carpe. Sa taille ordinaire est de 25 à 40 centimètres, mais susceptible de parvenir à 70 à 80 centimètres; elle peut alors peser 10 à 15 kilogrammes. Régime omnivore. Elle se nourrit sur le fond en pleine eau. La ponte a lieu vers la fin du printemps lorsque la température de l'eau atteint 20°.

    • Gasterosteur Aculeatus: épinoche. Se trouve à Elbeuf en aval du barrage. Poisson de petite taille, 5à 6 centimètres de long. Très vorace, il se nourrit de larves d'insectes et d'alevins. Ponte printanière, le mâle construit un nid en herbe aquatique qu'il entrelace. L'espèce est très destructrice à cause de sa voracité.

    • Pleuronectes Flesus: flonde-flet. Poisson très fréquent dans les estuaires, assez commun aux environs d'Elbeuf. 20 à 30 centimètres. Il peu atteindre 40 centimètres chez les plus grands individus.

    • Leuciscus Rutilus: gardon. De taille moyenne entre 15 et 25 centimètres, mais certains individus peuvent atteindre 30 à 35 centimètres. Le gardon est omnivore. Il se nourrit des parties charnues des végétaux, et de petits animaux qui vivent sur elles. Ce poisson s'associe pour composer des troupes parfois nombreuses aux approches de la ponte qui se fait au printemps.

    • Rotengle: gardon de roche, gardon rouge. Ce gardon est moins présent que le précédent. On le reconnaît à sa nageoire pectorale plus rouge. Son dos et son ventre sont bombés. Il est plus vigoureux. On le trouve dans les herbes aquatiques en amont du barrage et des écluses. On le nomme vulgairement gardon carpé. 12 à 25 centimètres de long, mais peut atteindre de 30 à 35 centimètres. Omnivore. Sa ponte a lieu au printemps.

    • Gobio Fluviatilis: goujon. De petite taille de 15 à 18 centimètres. Se nourrit des petis animaux qui vivent sur les fonds. La ponte a lieu dans la seconde moitié du printemps.

    • Perca Fluviatilis: perche. 20 à 35 centimètres, parfois 50 à 60 centimètres, mais rarement. Ponte printanière vers 14°. Très vorace, se nourrit de poissons et d'alevins.

    • Ameiurus Nebulosus: poisson chat. De 20 à 35 centimètres. Très vorace, il se nourrit de toutes sortes de proies (oeufs, poissons, alevins.). Ce poisson peut s'envaser en hiver et rester en léthargie 2 à 3 mois. Il est redouté des pêcheurs à cause des ses aiguillons pectoraux et de sa dorsale antérieure. A été importé en Europe en 1885. Se trouve dans la Seine à Elbeuf.

    • Chondrostoma Nasus: hotu, mulet, demoiselle. Poisson de 20 à 40 centimètres. Très vorace, se nourrit en pleine eau sur le fond. La ponte a lieu au printemps.

    • Lota Vulgaris: Lote commune. 25 à 50 centimètres. Se rencontre parfois dans la Seine. Poisson nocturne, très vorace. Ponte hivernale. Ces oeufs sont toxiques.

  • Paysage de Normandie: Les Moulins en Normandie

    par Thibault

    moulins-rivieres-autres-lacs-et-rivieres-fourges-france-8079492450-813571.jpg

    Alors que les premiers moulins à vent ne sont mentionnées avec certitude en Europe, pour la première fois, qu'au 12ème siècle, les premiers moulins à eau sont nés deux siècles avant notre ère et ils constituèrent donc les premiers moteurs de ce qui deviendra l'industrie.

    Nécessitant un certain investissement financier, ils furent longtemps une source de profits pour les premiers investisseurs, seigneurs et moines, grâce à la banalité, autorisation de prélèvement de droits financiers, privilège accordé en échange de la construction, de l'exploitation et de l'entretien de ces ouvrages.

    Afin de maintenir des niveaux suffisants dans les cours d'eau, premières réserves d'énergie, une réglementation très stricte de l'eau devint nécessaire, demandant le respect de certaines règles d'utilisation.

    Dans le canton de Damville, sur 25 km de cours de l'Iton, on connaît l'emplacement de 19 à 20 moulins ayant existé ou existant encore.

    Entre le premier et le dernier, la différence de niveau est de 33 mètres. Le débit et la puissance énergétique peuvent être concentrés par des retenues et accumulations.

    La rivière est barrée par la ventellerie, comprenant les vannes et le bief qui fait réservoir, avec un déversoir de trop plein qui retourne à la rivière.

    L'énergie cinétique du courant est transformée par la roue dont il existe quatre types suivant l'arrivée de l'eau. (dessus,dessous, latérale ou horizontale)


    Pionnier de la révolution industrielle, l'Eure de 1780 à 1870, a exploité l'énergie hydraulique avec une intensité sans équivalent dans ce pays.