Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

isigny sur mer

  • Chant militaire- Marche de la Résistance

     

    arrive_degaulle_bayeux_5339.jpg

    Le 14 juin 1944, le général de gaulle débarque du navire "La Combattante" sur la plage de Courseulles sur Mer en Normandie; il visite Bayeux, Isigny sur Mer et Grandcamp-Maisy. Le Chef de la France Libre prononce son premier discours sur le sol de la métropole.

    Un anonyme compose sous le pseudonyme de "Bagherra" une chanson célébrant cette visite et dédié au 4ème bataillon de Normandie.

    1-Petit Soldat des FFI de France

    Nous sommes entrés dans la résistance

    Afin de délivrer notre pays

    De ces nazis

    Qui sont partis

    En soulevant la haine de tous les maquis.


    Refrain

    Vive les forc's de l'Intérieur

    Ell's font jaillir de tous les coeurs

    Des larmes de joie, de victoire

    Et nous apportent la Gloire

     

    2- Afin de venger ceux qui sont tombés

    Au petit jour derrière les barbelés

    Et pour que nous puissions revoir bientôt

    les p'tits copains

    Qui au matin

    Nous ont été arraché par la Gestapo

     

    3- Mais nous voulons aussi dire merci

    A tous les Français qui nous ont nourris

    A ceux qui nous ont sauvés du cauchemar

    Et ont aidé

    A ramener

    A leur foyer tous ceux qui furent des maquisards.

     

    4- Et si beaucoup d'aviateurs furent sauvés

    S'ils trouvèrent des abris sûrs et cachés

    C'est qu'il y eut partout dans le pays

    Des femmes sans peur

    dont le grand coeur

    A toujours bravé la fureur de l'ennemi

     

    5- Et maintenant puisque le général

    a bien voulu visiter notre val

    Nous demandons à le suivre de près

    A son courage

    Rendons hommage

    Car il entraîne derrière lui tous les Français

  • Paysages de Normandie: Le Bessin

     

    Le secteur du Bessin correspond à un secteur de transition entre la Plaine de Caen et le Bocage, le passage d'un secteur à l'autre étant progressif et imperceptible.

    Au nord d'une ligne Isigny-Bayeux et jusqu'à la mer, c'est pratiquement la Plaine de Caen, avec de vastes prairies séparées par des haies et des talus plantés d'arbres.

    Au sud, les terrains sont plus variés, composés de calcaire, d'argile, de grès et de granit, offrant un paysage plus morcelé, plus tourmenté, mêlant forêts et herbages cernés de haies, parfois plantés de pommiers.

     

    On y pratique l'élevage de la vache laitière et du petit cheval breton.

     

    Révélant l'aisance, le paysage alternes les petites tenures en villages et les grands domaines isolés.

    Véritables forteresses, avec leur porche monumental qui ouvre sur une cour qu'entourent de vastes bâtiments en pierre locale, les fermes sont légion.

    Bâtie aux XVII et XVIII ème siècle, en moellons et pierre de taille calcaire, l'habitation, imposante, s'élève sur deux ou trois étages.

    Nombre de ces fermes sont flanquées de grandes tours d'escalier bien typiques, percées d'une fenêtre et coiffées d'un toit à pentes.

     

    Les maisons des villages sont plus modestes dans leur cour quadrangulaire, où l'on pénètre par une grande entrée qui comprend un porche charretier et un porche individuel. Au fond de la cour se tient la maison, à gauche et à droite se répartissent les communs, au milieu se dresse le puits. La maison est percée de hautes et larges fenêtres. Les toitures révèlent tuiles rouges et ardoises bleues.

  • Huître et moule normandes, cocktail de vitamines

    Avec une production de près de 40 000 tonnes par an, la Normandie est la première région ostréicole française. Elevée en pleine mer, l'huitre normande est récolté principalement sur les côtes du Cotentin de Granville à Portbail, de Saint-Vaast-la-Hougue à Isigny-sur-Mer.


    La Normandie est aussi la championne de France pour la production de moules: Bouchot et « Blonde de Barfleur ». La première, à la chair jaune et très parfumée, est élevée sur des pieux (les fameux bouchot); la seconde, à chair ivoire, est sauvage; elle est pêchée par les bateaux mouliers, basés à Barfleur et Saint-Vaast-la-Hougue. Toutes sont très appréciées des gourmets.