Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

invasion

  • Idée de Lecture:Les Vikings de Régis Boyer

    Les Vikings

    "Les Vikings"
    Auteur     Régis Boyer
    Editeur     Perrin
    Collection     Tempus
    ISBN     2262022437

    "Les Vikings"

    Les Vikings ne sont pas les brutes sanguinaires qu'une image d'Epinal a fixés. Ce livre restitue l'histoire et la civilisation d'un grand peuple méconnu.

    Nourri de vagues réminiscences médiévales et des récits fantasmatiques détachés de leur contexte, exacerbé au XIXe siècle par les aspirations nationalistes des pays scandinaves, le mythe du Viking cruel et sanguinaire est tenace. Régis Boyer, en s'appuyant sur les documents les plus solides (archéologie et sources strictement contemporaines de la civilisation viking), démêle toutes les confusions et les erreurs qui s'attachent à ce peuple que l'on croyait barbare et dont il révèle les qualités humaines. Pourquoi et comment ces hommes se sont-ils déplacés dans toute l'Europe, de 800 à 1050 environ ? À la faveur de quelles circonstances ont-ils pu s'installer à l'est comme à l'ouest - pays scandinaves, Groenland, Normandie, Angleterre -, et se voir offrir l'administration de leurs nouveaux territoires ? Comment ont-ils fondé l'État russe ? Qu'ont-ils apporté à l'Occident ? Auraient-ils pu découvrir l'Amérique ? Si les Vikings n'étaient pas les guerriers invincibles que l'on croyait, il demeure que leur migration est un des temps forts de l'histoire de l'Occident, et qu'elle continue de surprendre.

     

  • Histoire de la Normandie:Les Prussiens à Caen en 1815

    C'est un vendredi 4 août que les Caennais voient entrer dans leur ville l'avant-garde de la cavalerie prussienne, dont le gros arrivent le lendemain. On est en 1815, après la défaite de Waterloo et l'invasion de la France par les coalisés de toute l'Europe unie contre l'ogre Napoléon.


    Pour le seul Calvados, ce sont 10 000 hommes du premier corps de l'armée prussienne et deux régiments de cavalerie qui à Honfleur, à Lisieux, à Argences se signalent par leur arrogance, leurs réquisitions quand ce ne sont pas leurs pillages.


    A Caen, le logement de ces troupes va poser multiples problèmes, d'autant plus que les occupants ont la hantise des attentats et des empoissonnements.


    Le chef de cette armée d'occupation, n'est autre que le Maréchal Blücher.


    Le 9 septembre 1815 une affiche appelant à la collaboration invite les Caennais à accueillir Blücher avec allégresse et à pavoiser.


    Les prussiens finiront par s'en aller, dès le début de 1816, mais à la différence de l'occupation anglaise au nord de la Seine, l'occupation prussienne de tout l'Ouest de la Normandie, par ses réquisitions, contribuera à déséquilibrer l'économie du pays encore mal remis de la famine de 1812.