Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

histoire la normandie

  • De l'âge du Bronze à l'installation des celtes en Normandie

    les artisans de la presqu'île du Cotentin et de la vallée de la Basse Seine se familiarisèrent vite à la fonte du cuivre puis en y ajoutant l'étain provenant d'outre-Manche, ils devinrent de formidables producteurs de bronze.

     

    Certe, en quantité la Normandie ne dépassait pas la Bretagne mais elle était un centre de production important. Le Cotentin a livré plus de 20 000 objets d'airain.

     

    La Normandie se posait comme un carrefour commercial entre les îles et l'Europe continentale.

     

    Cette civilisation d'artisans et de négociants n'en continuait pas moins d'élever des mégalithes, des allées couvertes et des dolmens.

     

    Au tournant du Ier millénaire avant notre ère, l'introduction du fer accompagne l'arrivée d'un nouveau peuple de guerriers venu de l'Europe centrale: les Celtes.

     

    Ainsi lorsque la région entre dans l'Histoire: les Calètes occupaient le Pays de Caux et le Talou, les Véliocasses contrôlaient le Vexin. Ils se situent dans ce que nomme Jules César « la Gaule Belgique ». Alors que dans la Gaule Celtique on trouvait les Aulerques-Eburovices qui dominaient entre la Seine, l'Eure, l'Avre et la Charentonne. Entre la Dives et la Risle, on trouvait les Lexoviens. Les Viducasses et les Esuviens se partageaient les campagnes allant de Caen à Alençon. Les Bajocasses peuplaient le Bessin. Les Abrincates peuplaient l'Avranchin et les Unelles dominaient le Cotentin.

     

    Retranchés derrière leurs oppidums, ces Celtes de Normandie allaient se révéler rebelles à la conquête Romaine.

  • Histoire de la Normandie:Les canadiens du Perche normand

    par Caroline

    En 1627, Richelieu fondait la Compagnie de la Nouvelle-France. Un médecin de Mortagne, Robert Giffard faisait parti des colon et reçu un domaine près de Fort Québec.

    Il convainquit alors un des ses amis, Pierre Boucher, de le rejoindre et de recruter des familles de pionniers.

    Julien Mercier à Tourouvre et Boucher à Mortagne réussirent à rassembler 150 foyers qui partirent faire souche au Canada Français.

    Boucher fondera même Boucherville où il mourra en 1707.

    Une association Perche-Canada s'est constitué en 1956, non seulement pour perpétuer ce souvenir, mais aussi pour consolider des liens et échanges entre "cousins" restés au pays  et la nombreuse descendance des familles pionnières.

    A Tourouvre et à Mortagne chacune des deux églises retrace l'évènement dans des vitraux.