Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

histoire de la ville d'honfleur

  • Ville de Normandie: Honfleur

    Charmante situation sur la rive gauche de l'estuaire de la Seine, en face du Havre, à l'issue du vallon de la Claire, au fond d'une conque verdoyante, abritée vers l'ouest par la haute colline de la côte de Grâce et au sud-est par la côte Vassale. Vue du large, ou des charmantes collines qui la fomine, Honfleur présente un aspect pittoresque et riant. Son port est animé. La ville offre de curieuses maisons datant du Moyen-Âge. Les peintres s'y arrêtent volongtiers. Honfleur a vu naître plusieurs artistes peintres, écrivains, poètes de talent.

     

    Cette vieille ville normande, au glorieux passé, est d'ailleurs restée un centre intellectuel très vivant. Les environs se distinguent par la beauté de leurs points de vue et la richesse de la végétation qui descend des collines jusque dans la mer. Aussi en dehors de la foule de visiteurs qui lui viennent journellement. Honfleur retient en été une assez nombreuse colonie de baigneurs, malgré la nature vaseuse des plages, peu favorables au bain. Les horsains se fisent surtout dans les villas qui s'éparpillent dans la verdure de la Côte de Grâce, et au-dessus de la falaise, le long de la route touristique qui va à Trouville.

     

     

    Histoire:

     

    On pense que Honfleur a une origine norroise et que sa fondation est contemporaine du Duché de Normandie. La première Chapelle Notre-Dame de Grâce a été construite en 1024 mais fut détruite au XVII ème siècle.

     

    En 1204, sous Philippe-Auguste, Honfleur devient français. La ville prend alors une notable extension et elle se développera sans histoire pendant plus d'un siècle. Mais elle sera durement atteinte au cours de la Guerre de Cent Ans. Le 24 juin 1340, à la Bataille de l'Ecluse, les nefs honfleuraises sont détruites par les nefs anglaises après une lutte héroïque.

    En 1357, la ville est occupé par les troupes anglaises. Elle est rendue à la France, par le Traité de Brétigny, mais les troupes anglaises continueront d'occuper la ville. C'est Charles V qui, sous l'amiral de France, Jean de Vienne, fait de Honfleur, une importante place forte maritime. Les fortifications sont terminées vers 1390. Mais en 1418, les troupes anglaises reprennent la ville et la mettent à feu et à sang. Elle est reprise par les troupes françaises en 1450. Grâce à Louis XI, la ville se relève rapidement et en 1494, Honfleur se glorifie d'être « le meilleur apport de navires du pais de Normandie. »

     

    Le début du XVI ème siècle sera l'époque des grands explorateurs. Le 24 juin 1503, Binot Paulmier, dit Le Paulmier de Gonneville qui Honfleur pour un voyage dont il reviendra le 6 janvier 1504.

    En 1506, Jean Denis découvre Terre-Neuve et parcourt l'embouchure du Saint-Laurent. Il aborda lui aussi les côtes du Brésil avant 1519.

     

    Pendant les guerres de Religion, Les troupes Huguenotes sous le commandement de Coligny s'emparent de la ville en 1563. Les troupes ligueuses la prennent en 1589. Puis en 1590, ce fut les troupes d'Henri IV. Sous le règne d'Henri IV, la ville continue à se développer. En avril 1603, Samuel Champlain quitte Honfleur pour le Canada. Il y retourne en 1608 et fonde la ville de Québec. Au XVII ème siècle, la ville de Honfleur arme des navires pour les Indes Orientales et pour Terre-Neuve. Les navires honfleurais participent à la guerre de course où Jean-François Doublet s'y illustre.

    Pour une telle activité, le port est beaucoup trop petit surtout depuis qu'en 1670, Colbert a autorisé la construction des magasins destinés à recevoir les sels nécessaires aux armements pour la pêche à la morue et aux harengs, ainsi qu'à l'approvisionnement d'une vaste contrée. Ces magasins pouvaient contenir 10 millions de kilogrammes de sel, Colbert envoie Duquesne sur place pour examiner les possibilités d'agrandissement du port. Le 19 août 1690, les galères du roi entrent dans ce que l'on appelle aujourd'hui dans « le vieux bassin ».

     

    La Révolution de 1789 ne se manifeste à Honfleur que d'une manière très atténuée, s'il y a 32 emprisonnés pendant la Terreur, il n'y a pas une seule exécution. On note par ailleurs, une grave crise de production et de ravitaillement de l'an II à l'an IV. Mais les guerres déclarées par la Première République Française et du Premier Empire ont ruiné le commerce honfleurais.

     

    En 1818, la ville est équipée en réverbères. En 1832, Frédéric Sauvage y a fait ses premiers essais d'un bateau à hélice. En 1833, le port reçoit la première visite du Roi des Français, Louis-Philippe d'Orléans. 15 ans plus tard c'est de Honfleur qu'il partira en exil en Angleterre.

     

    De 1841 à 1848, on construit le Bassin de l'Est. En 1857, l'éclairage au gaz fait son apparition.

     

     

    Visite de Honfleur:

     

    • Calvaire de la Côte de Grâce; Mont Joly; route de Trouville entre la rue Lucie Delarue-Mardrus; haut de la Côte d'Equemauville; Côte Vassale; entrée du chemin du Petit-Saint-Pierre.

     

     

    • Les vestiges de l'ancien « Enclos »: Pan de mur des anciennes fortifications, ancienne église Saint-Étienne; maisons n°4 et n°6 de la rue de la Prison. La rue de la Prison reliant le quai Saint-Étienne et la rue de la ville, a tous les caractères d'une rue du Moyen-Âge.

     

    • Eglise Sainte Catherine: elle date des XV ème et XVI ème siècle, en bois (sauf les fondations qui sont en pierre); deux nefs accoles; toiture en charpente; à l'intérieur: deux tableaux de l'école hollandaise et lutrin en cuivre du XIII ème siècle. Clocher séparé.

     

    • Eglise Saint Léonard: Portail de style Flamboyant et 1ère travée datant du XVI ème siècle: Tour octogonale du XVIII ème siècle; à l'intérieur: lutrin en cuivre du XVIII ème siècle.

    • Chapelle Notre-Dame de Grâce: Construite en 1620 en remplacement de l'ancienne chapelle datant de 1024 disparue à la suite d'un glissement de terrain; ex-voto marins.

    • Magasins à sel datant du XVII ème siècle, remarquable charpente en bois.

    • Pavillon Louis-Philippe sur le Mont-Joly

    • Pavillon de la Reine où a vécu Lucie Delarue-Mardrus.