Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

guerre de cent ans

  • Village de Normandie: Saint-Céneri-le-Gerei

    Dès le XI ème siècle, un château dominait ce poste de frontière du haut d'un éperon rocheux qu'enveloppe une boucle de la Sarthe, assurant aux défenseurs la maîtrise absolue du passage en contrebas. Cette place forte fut construite par une famille locale les Giroie pour lutter contre les pillages effectués par des Normands.

     

    Elle fut assiégée par Guillaume II de Normandie dit le Conquérant et par Henri Ier Beauclerc.

     

    Le clan des Giroie bâtit également une petite église de style Roman. Un petit sentier qui contourne l'abside offre une vue sur le pont du pierre datant du XI ème siècle et les vieilles maisons qui l'entourent.

     

    Pendant la Guerre de Cent Ans, les troupes anglaises finirent par enlever la place grâce à un canon disposé sur un rocher lui faisant face.

     

    Par la suite, Saint-Céneri tira ses ressources des gisements de minerai de feret des abondantes forêts présentes aux alentours, qui permirent de maintenir un travail artisanal dans les forges jusqu'à la fin du XIX ème siècle.

     

    Le charme de sa situation avait alors attiré une fidèle colonie d'artistes qui ont suivi les traces de Corot qui était tombé amoureux du village en 1855.

  • Histoire de Normandie: Novus Burgus ou Le Neubourg

    Fondé par les romains Novus Burgus désignait une imposante forteresse autour de laquelle se protégeaient les habitations.

     

    Longtemps place frontière des Marches Normandes, le château fut le théâtre de nombreuses batailles:

     

    • pris d'assaut en 1118 par Henri Ier d'Angleterre

    • pris d'assaut en 1193 par Philippe-Auguste, roi de France

    • Il fut brûlé par Jean sans Terre en 1198 puis occupé par les troupes de Richard Coeur de Lion

    • pris et repris au cours des guerres de religion par la Ligue ou par les armées royales

     

    Ces faits d'armes témoignent de l'enjeu que représentait Le Neubourg.

     

    C'est pour cela aussi qu'il reçut la visite de nombre de rois:

     

    • Henri II d'Angleterre

    • Louis VII

    • Saint-Louis ou Louis IX

    • Charles VI

    • François Ier

     

    C'est là aussi que fut célébré en 1160, le mariage de Marguerite de France, fille de Louis VII avec le fils ainé d'Henri II d'Angleterre.

     

  • Histoire de la Normandie:La Bataille de Formigny

    Au milieu du XV ème siècle, la Guerre de Cent ans s'achève avec la reconquête de la Normandie.

    Les Anglais s'acharnent pourtant à conserver cette Province de France. N'y sont-ils pas chez eux depuis que Guillaume II de Normandie est devenu aussi roi d'Angleterre.


    « La Normandie écrit Michelet, une autre elle-même, une terre anglaise d'aspect, de production, qu'elle devait toujours voir en face pour la regretter. »


    Et pourtant, les anglais lâchent les places les unes après les autres. Le Cotentin est libéré à l'automne 1449. La garnison de Rouen doit se rendre le 29 octobre de la même année après le soulèvement des habitants.


    Le 15 avril 1450, une armée anglaise de secours arrivée de Cherbourg est battue à Formigny entre Bayeux et Isigny.


    La reconquête de la Normandie s'achève par la reprise de Bayeux, de Vire et de Caen (le 24 juin), de Falaise, de Domfront et enfin de Cherbourg qui ne résista pas à la supériorité des nouveaux canons de Charles VII et capitula le 12 août 1450.

  • Histoire de la Normandie: Le 17 juin 1434, les anglais attaquent le Mont


    De Photos de Normandie
    Le 17 juin 1434, les Anglais qui assiègent en vain, le Mont Saint-Michel depuis dix ans, tout en s'étant puissamment fortifiés sur le rocher de Tombelaine, et qui sont las d'une guerre d'escarmouches sur les grèves, décident de frapper un coup décisif.


    Ils pensaient gagnés la ville facilement. Il n'en était rien et l'assaut fut repoussé, les Anglais laissant même au bas des remparts plusieurs de leurs bombardes.


    En cette année 1434, trois ans après le supplice de Jeanne d'Arc, le Mont Saint-Michel est la seule forteresse de Normandie qui résiste aux Anglais et qui ne sera jamais prise.


    Jeanne d'Arc et Saint Michel sont en train de devenir les promoteur du sentiment national.


    A partir de cette date si glorieuse pour les Montois, tout ira de mal en pis pour les Anglais de Tombelaine et des garnisons alentour, persuadés que c'est Saint Michel lui-même qu'on leur a fait combattre.

    D'assiégeants les Anglais deviennent assiégés dans Tombelaine, où ils vont tenir jusqu'à la fin de la guerre de Cent Ans et dont on les laissera sortir avec les honneurs de la guerre, obtenant, fait rarissime, de quitter la place avec armes et bagages.