Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

grande pêche

  • Culture de Normandie: Chant "le départ de Fécamp"

    L'hiver, pendant la morte saison,
    On voit se promener sur le quai les patrons.
    Ils nous demandent " veux-tu que je t'engage,
    Pour ton travail, tu auras de bons gages,
    Tu gagneras beaucoup d'pognon
    Si nous avons la chance de pêcher du poisson ".

    Le jour du départ arrivé,
    On voit les matelots arriver sur le quai
    Les adieux, il faut les faire bien vite
    Le capitaine, il fait l'appel de suite
    Vous répondez à votre nom
    Allons dépêchons, embarquons les garçons

    Arrivés au milieu des j'tées
    Le capitaine nous dit : va falloir saluer !
    Il nous envoie le drapeau tricolore
    Et par trois fois les Couleurs on arbore
    C'est la chapelle que nous saluons
    Pour revenir en bonne santé à la maison

    Passant le travers de Grinval
    le Cap'taine dit "j'approche de mon pays natal"
    Sur le rivage, mouchoirs et gens s'agitent
    Ils se dépèchent car on passe bien vite
    on disparait à l'horizon
    et c'est coeur bien gros qu'ils rentrent à la maison

    Quand on part au mois d'février
    On ne peut jamais faire une bonne traversée
    Dans l'océan on attrape de la brise
    Près de Terre-Neuve, on voit les grandes banquises
    On veut traverser les glaçons
    Mais on se trouve cerné dans une sale position

    En arrivant sur les grands bancs
    Le bateau est gelé de l'arrière à l'avant
    Faut' de beau temps, que tout cela dégèle,
    Les matelots, à la pioche, à la pelle,
    Essaient de déblayer le pont
    chacun de son côté sous les yeux du Second

    Celui qui a fait la chanson,
    C'est l'oncle à Ti-Jean, un cap'tain du grand banc
    Et des campagnes, il en a beaucoup faites
    Avec des joies, aussi avec des peines
    Et quand il rentre à la maison
    Il peut enfin revoir sa femme et ses garçons

  • Tradition de Normandie: Carnaval de Granville

    Pour la petite histoire...

    La tradition veut que ce soit les marins de la grande pêche qui soient à l'origine du Carnaval de Granville. Les départs pour les Bancs de Terre Neuve avaient lieu chaque année autour de mardi gras. La traversée était longue et rude et les marins, avant de partir, voulaient s'amuser avant de braver les tempêtes. Les Granvillais ont perpétué la tradition.



    Le Bonhomme Carnaval mis à mal !

    34 chars satiriques, jusqu'à 130 000 carnavaliers, et des millions de confettis envahissent les rues de Granville pour un déroulement devenu rituel. Le carnaval débute dès le vendredi soir, en musique. Le samedi, place au défilé et au Bal des enfants. En soirée, concerts et fanfares animent les rues de la ville. Le dimanche, c'est la grande cavalcade, qui reprend le soir même, cette fois illuminée. Lundi, rendez-vous pour le Bal à papa. Le dernier jour, les chars emmènent le Bonhomme Carnaval pour le juger et, comme à chaque fois, le jugement lui est fatal... au bûcher ! La bataille de confettis anime alors les foules et le carnaval se termine par la soirée d'intrigues dans les rues, et autour d'un bon repas dans les bistrots et restaurants animés de la ville.




    INFOS PRATIQUES



    Carnaval de Granville, 137ème édition
    Du 4 au 8 mars 2011
    GRATUIT

  • Les Terres-Neuves


    podcast