Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

georges d'amboise

  • Histoire de Normandie: Le style Renaissance à Rouen

    Le style Renaissance ne s'est pas imposé d'une manière absolue: le style gothique a été largement utilisé au cours du XVI ème siècle (achèvement de Saint-Maclou en 1521 ou de Saint-Ouen en 1537.

     

    Durant le premier quart du XVI ème siècle, un même architecte , Rouland Le Roux a construit indifféremment dans l'un ou l'autre des styles: Gothique pour l'Echiquier de Normandie (actuellement le palais de justice) et pour la façade de la Cathédrale, Renaissance pour les tombeaux des cardinaux d'Amboise et pour le bureau des Finances.

     

    Une même oeuvre peut aussi contenir les deux style.

     

    L'influence italienne qu'est le style Renaissance fut importée par Georges Ier d'Amboise, gouverneur du Milanais, archevêque de Rouen; le premier bâtiment de style Renaissance en Normandie c'est le Palais épiscopal qui se trouve à Gaillon.

     

    Un des autres promoteurs du style Renaissance en Normandie fut Antoine Bohier, abbé de Saint-Ouen, qui fit édifier le logis de l'Abbaye de 1502 à 1508 (aujourd'hui détruit).

     

    Le style Renaissance a inspiré l'aître de Saint-Maclou, la galerie des Triomphes de l'hôtel de Bourgtheroulde, le Gros-Horloge, sans compter de nombreuses oeuvres aujourd'hui disparues.

  • Histoire de la Normandie:Rouen invente l' « Exposition Coloniale»

    En ce mois d'octobre 1550, Rouen est à l'apogée de son siècle d'or. Jamais la ville n'a été si belle et si riche. George d'Amboise, archevêque de Rouen en 1494 avant de devenir cardinal et premier ministre de Louis XII, y a lancé le style Renaissance en se montrant lui-même un grand mécène de la ville.

     

    En un demi-siècle, les notables ont fait construire les somptueux hôtels que l'on peut encore admirer aujourd'hui. Le palais de justice, chef d'oeuvre de l'architecture civile flamboyante, est terminé depuis peu. Quant aux négociants rouennais, ils sont sur toutes les routes maritimes de l'époque.

     

    La corporation la plus puissante est celle des merciers-grossiers. Elle arbore ses armoiries « trois navires construits et mâtés d'or » avec la devise « Ô soleil, nous te suivrons par toute la terre. »

     

    Et voilà depuis le 1 er octobre, se tient sur les quais de Seine, la première « exposition coloniale » du royaume. Cinquante quatre indiens du Brésil ont été amenés là pour figurer dans les cortèges et présenter produits et animaux exotiques.

     

    Les Amériques, hier encore mythiques, sont aujourd'hui à la portée de tous, ou presque.

     

    La preuve de l'importance nationale de cette exposition, le roi Louis XII est venu en personne assister à cette extraordinaire manifestation.