Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

forêts de la vallée de la seine

  • Les forêts de la Vallée de la Seine Normande

    La vallée de la Seine reste l'un des secteurs les plus boisés de Normandie avec de beaux massifs forestiers: forêt des Andelys, Forêt de Bord, Forêt de la Londe-Rouvray, Forêt de Roumare, Forêt Verte, Forêt du Trait-Maulévrier et Forêt de Brotonne

     

    La chênaie-charmaie initiale, comportant une grande diversité des essences d'arbres a été largement utilisée par les hommes.

     

    Cela a d'abord débuté par la monoculture des hêtre, puis au XIX ème siècle, les forestiers ont planté du Pin maritime qui n'a pas pu s'acclimater et donc ils se sont tournés vers le Pin sylvestre qui pousse vite mais qui fournit un épais tapis d'aiguille peu favorable au développement d'une strate herbacée diversifiée.

     

    L'utilisation des forêts a permis de développer la variété des niches écologiques:

     

    • La faune du sol: les blattes sylvestres, le petit Grillon champêtre, le perce-oreille, les Carabes, les Cicindèles et les Lules.

    • La faune des troncs: les papillons noctures, les hannetons, la cochenille, la Processionnaire du chêne.

    • Les insectes xylophages tel que: les Cérambycidés, les Scolytides et les Curculionidés.

     

    Cette profusion de vie favorise le développement de l'avifaune qui trouve en forêt refuge et nourriture. Parmi l'avifaune on trouve les rapaces tel que le Hibou moyen duc ou la Bondrée apivore. Mais aussi le Pic noir qui creuse son nid dans le tronc des arbres seins sans faire trop de dommage pour le végétal et le Pic épeiche qui creuse son nid dans le tronc d'un arbre malade, il est friand des graines de pomme de pin.

    On trouve aussi dans l'avifaune, le Pouillot siffleur qui fait son nid au pied des arbre et donc vous risquez de le piétiner.

     

    La forêt est aussi le domaine des grands mammifères qui n'ont que comme prédateur, depuis la disparition du loup, que les chasseurs. Par exemple le sanglier qui ne fait pas bon ménage avec les agriculteurs car les sanglier détruisent souvent les cultures surtout les champs de mais.

    Très discret dans la journée on repère aisément sa présence en découvrant une souille  dans laquelle il aime se rouler. Non loin de là, une souche usée rappelle qu'après son bain de boue, le sanglier très propre se frotte et se débarasse ainsi des nombreux parasites de sa peau.

    On peut aussi voir aussi des grands cerfs. Ce spectacle majestueux est réservé à ceux qui se lèvent tôtet qui suivront leurs pistes par la présence des « fumées ». les cerfs peuvent causer quelques dégâts dans les jeunes plantations surtout lorsque les populations deviennent trop nombreuses, heureusement pour réguler, il existe des hommes de bonnes volontés!