Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fédéralisme

  • Histoire de Normandie: Le fédéralisme dans l'Eure

    échappant de justesse à une possible arrestation. Buzot avait gagné Evreux où il fut hébergé par l'abbé Vallée, frère du conventionnel.  

     

    Le 4 juin, il convoqua une réunion du Conseil Général très monté contre Paris depuis le 29 avril, décida à son tour de convoquer une assemblée composée de lui-même, de deux délégués par District et du Conseil Municipal d'Evreux.

     

    Le 6 juin, les délégués de ces divers organismes, auxquels se joignit une délégation partie de Caen le 30 mai à destination de Paris- où elle n'arriva pas- se constituèrent en Assemblée délibérative et brûlant les étapes, celle-ci décida la levée d'une force armée destinée à marcher sur Paris. Le contingent de l'Eure était fixé à 4 000 hommes. On décida également d'envoyer des commissaires afin de gagner l'adhésion aux mesures prises, des autres départements normands. Cette prise de pouvoir s'accompagna immédiatement de l'arrestation du représentant du Conseil Exécutif, Bernier.

     

    Le 10 juin, Buzot s'installa à Caen qui devint la capitale du fédéralisme normand.

     

    Apparemment, les fédéralistes avaient les choses en main, mais en réalité comme l'a bien montré F. Pascal, à la base, dans les villes, les districts, les bourgs, la décision du 6 juin était contestée, voire combattue par les élus plus proches des populations que les administrateurs départementaux.

     

    Le 15 juin, l'assemblée du district de Pont-Audemer ne donna pas suite à son approbation initiale. À Louviers et Verneuil, les administrateurs se récusèrent.

     

    Mais c'est surtout à Bernay, Vernon et aux Andelys que l'opposition fut la plus vigoureuse. A Bernay, le club jacobin et les quatre conventionnels bernayens régicides ont organisé dès le 7 juin la contre-résistance aux décisions d'Evreux.

     

    Le 10 juin, l'assemblée du District de Bernay déclara « ne connaître que la Convention » et mis en état d'arrestation le commissaire envoyé par Evreux.

     

    Enfin la municipalité de Vernon envoya une délégation à Paris pour dénonçant « l'attentat » commis contre l'indivisibilité de la République par les Girondins.

     

     

    Pendant ce temps à Caen, les fédéralistes rassemblaient leurs forces avec le concours des royalistes normands qui se ralliairent à eux. Le 6 ème bataillon des Volontaires du Calvados, destiné à marcher contre la Vendée, se rallia majoritairement à la proposition plus intérressante de marcher sur Paris. L'armée dont Joseph de Puisaye prit le commandement ne rassembla que 1 800 hommes à Paçy-sur-Eure, le 10 juillet. Le moral n'y était guère: la troupe avait traversé Bernay au milieu du silence méprisant de la population.

     

    Cela se termina à Brécourt près de Pacy-sur-Eure

  • Idée de Lecture: Louis de Frotté, dernier général des Chouans

    Louis de Frotté, dernier général des Chouans
    par Claude Le Roy
    Ed. H&D
    2ème édition revue et augmentée, 2009
    ISBN 978-2-9142-6615-4

    Louis de Frotté est né en août 1766, à Alençon...

    À la guerre de Vendée succèdent ces guérillas de l'ombre, les Chouanneries qui, par landes et forêts, harcèlent les gouvernements de la République, de la Convention jusqu'au Consulat, de 1793 à 1800.
    Partout, pour Dieu et pour le Roi, l'Ouest se rebelle, au sud de la Loire, en Bretagne, dans le Maine et l'Anjou. La Normandie n'est pas en reste. Dès l'automne de 1793, des bandes s'organisent.
    Louis de Frotté en prend le commandement en 1795.
    Il sera le dernier Général des Chouans, « ce Frotté à l'écharpe blanche, tué par le fusil des gendarmes, avec un sauf-conduit sur le cœur » qu'évoque Barbey d'Aurevilly dans L'Ensorcelée.
    Voici l'histoire de sa vie et de son combat.

    ... avec plus de 160 notices biographiques
    – dont celles des six autres fusillés de Verneuil – et des index des noms de personnes et de lieux.