Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

expressions normandes

  • Dictons normands de novembre

     

     

    • Le vent de novembre arrache la dernière feuille

    • Novembre, mois mort, vêts-toi plus fort

    • En novembre s'il tonne l'année sera bonne.

    • À la Saint Hubert, les oies sauvages fuient l'hiver.

    • À la Saint Charles, la gelée parle.

    • S'il neige à la Sainte Sylvie, le laboureur rit.

    • Temps couvert à la Saint Geoffroy, amène trois jours de friud ?

    • Tonnerre en novembre remplit le grenier

    • Bel été à Saint Martin présage un hiver certain.

    • À la Sainte Philomène, misère dans les garennes.

    • Sainte Elisabeth montre comment l'hiver sera.

    • À la Saint Tanguy est toujours gris.

    • Plantée à la Sainte Cécile, chaque fève en fera mille.

    • À la Sainte Flora, plus rien ne fleurira.

    • À la Sainte Catherine, tout bois meurt ou prend racine.

    • À la Saint Séverin, la neige est en chemin.

    • Quand il gèle en novembre, adieu l'herbe tendre.

    • Neige de Saint André, peut cent jours durer.

    • À la Toussaint commence l'été de la Saint Martin

    • Tel Toussaint, tel Noël, tel Saint Michel, Pâques pareil.

    • Chaleur de novembre pique fort et cause de bien des gens la mort

    • Quel que soit le temps de novembre fais du feu dans ta chambre

    • En novembre, paysan malin vend son poulain.

    • À la Saint Martin, mon cousin, nous nous marierons, p't'être bin !

    • Saint Martin et Sainte Marie se partagent la Normandie

    • Sainte Marie et Saint Martin se partagent l'Avranchin.

    • Passé la Saint Clément, ne sème plus de froment.

    • Neige à la Saint Saturnin, hiver bien malsain.

    • De la neige sur la boue, de la gelée dans les trois jours.   


  • Culture de Normandie: Dictons normands du mois d'avril.

     

     

    • Avril tantôt pleure, tantôt rit!

    • Quand avril commence trop doux, il finit pire que tout.

    • Le premier avril, il faut que le pinson boive au buisson.

    • Quand on a un sou dans sa poche le 1er avril, on en a toute l'année.

    • En avril, s'il pleut le 3 il pleuvra tout le mois.

    • On n'a pas hiberné tant qu'avril n'est pas passé.

    • Le 5 avril, le coucou chante mort ou vif.

    • En avril le sureau doit fleurir, sinon le paysan va souffrir.

    • À la Saint Gautier, jamais le jour entier ne passe sans quelques giboulées.

    • Avril fait la fleur, mai en a l'honneur.

    • Il n'est si gentil mois d'avril qui n'ait son chapeau de grésil.

    • S'il gèle à la Saint Stanislas, on aura deux jours de glace.

    • À la Saint Jules, le mauvais temps n'est pas installé pour longtemps.

    • À la Saint Anicet, le coucou chante s'il ne fait pas trop frais.

    • Quand avril est froid et pluvieux, les moisson n'en sont que mieux.

    • Fleur d'avril ne tient qu'à un fil.

    • Le vent d'avril n'a pas d'asile.

    • À la Saint Théodore fleurit chaque bouton d'or.

    • À la Saint Anselme, dernières fleurs sème.

    • Pluie de Saint Georges, sur cent cerises, il en reste quatorze.

    • Les poussins d'avril sont toujours rabougris.

    • Chaque goutte d'avril en vaut mille.

    • Jamais pluie de printemps n'a passé pour mauvais temps.

    • Saint Marc mouillé au petit jour, c'est de la pluie tout le jour.

    • À la Saint Robert, tout arbre est vert.

  • Traditions de Normandie:la Grossesse

    les normands avaient beaucoup d'imagination pour dire qu'une femme attendait un heureux événement.


    Les expressions sont soit délicieuses:

    • son contillon se relève

    • Ol'a mangé du chou

    • Elle a joué au bilboquet.


    Soit cruelles:


    • elle a eu bête dans le ventre

    • le renard est dans le terrier

    • ol'a été à la guerre

    • ol' a le nombril en mayette

    • un tac lui a jeté du v'lin.


    Quant aux expressions concernant la participation des hommes, elles sont beaucoup plus flatteuses:


    • ch'est un bon co'

    • il est comme les pies, il a les trois quarts en queue.

  • Traditions de Normandie:Usage du calvados

    • Trou normand: Rasade de calvados que l'on prend au cours du repas surtout après la "poule au blanc". Dégraisse les papilles et stimule l'appétit
    • Café aux trois couleurs: café arrosé de calvados, de rhum et de kirch.
    • Rinchett': rincette. Rasade de calvados versée dans la tasse encore chaude pour la nettoyer du sucre qui pourrait encore y rester.
    • Surinchett': surincette. Deuxième rincette. Pour le nettoyage à fond de la tasse!
    • Bouteill' à la maîtress': Bouteille à la Maîtresse. Grains de cassis ou de framboises mis à macérer dans du calvados, adouci d'un sirop de sucre.
    • Dégraicher: dégraisser. Ajouter du calvados au moment de boire afin de rendre le mélange plus léger pour qu'il " N'empât' pas la goul " (n'empâte pas la bouche).
    • Coup d'pied au cul: rasade servie au moment de partir.
    • Coup d'l'étrier: rasade servie au moment où le convive est supposé prêt à monter en voiture.
    • La déchirant': La déchirante, c'est la rasade que l'on boit au moment de se séparer, le coeur gros de cette séparation.

    On donne une bonne goutte pour tirer une personne d'une syncope.

    Une bonne goutte dans un bol de lait bien sucré avalé très chaud est efficace contre la grippe.

    Une gorgée d'eau-de-vie de la première venue est parfois efficace pour atténuer des maux de dents.

  • Culture de Normandie:La vache au risque du langage

    par Marc

    La Vache est souvent mise à contribution dans les expressions populaires; par exemple:

    • manger de la vache enragée.
    • parler comme une vache espagnole (vache serait ici une déformation du mot "vace" signifiant Basque)

    On employa également longtemps l'expression suivante:

    Il est de la vache à Colas (il est protestant), dont voici l'origine

    Un paysan nommé Colas possédait une vache qu'il laissait en quasi liberté. Un jour la-dite vache pénétra dans un temple protestant au moment du culte. Aussitôt les huguenots, offusqués , tuèrent l'innocente vache.

    Plus tard les catholiques composèrent une chanson sur cette malencontreuse affaire qui se propagea dans toute la France et raviva les haines entre les catholiques et les protestants.

  • Culture de Normandie:Proverbes et expressions normandes


    De quelque côté que le vent vente,
    L’Abbaye de Fécamp a rente.
    Expression proverbiale du 13ème siècle mettant en avant l’importance de la pêche du Hareng à Fécamp ; proverbe en usage tant pour l’Abbaye de Fécamp que celles du Bec et de Savigny.

    En Normandie, il pleut deux fois par semaine :
    une fois trois jours et une fois ... quatre jours.

    En Normandie, il n’y a qu’une chose qui peut être haute ou basse : C’est la mer.

    Quand on voit les îles, c’est qu’il va pleuvoir.
    Quand on ne les voit plus, c’est qu’il pleut déjà.

    La Normandie fait le Normand.
    Grand diseu, p’ti faiseu.
    Un instant : baise ta mie.
    Une heure : dîne céans.
    Un jour : saôle-tei.
    Une semaine : marie-tei.
    Un mois : tue un cochon.
    Une année : trouve un trésor.
    Toute la vie : fais-tei cuai.

    Ce qui vient de flot s’en va de jusant.
    Quand il pleut sur le curé, ça dégoutte sur le vicaire.
    Mieux vaut belle panche que belle manche.
    C’est aussi vrai que Carême se trouve en mars.
    Faut pas mettre tout à corps et rien sur les manches.
    Qui ben gagne et ben despense n’est pas pus riche au but de l’an.
    Qui a bien soin de son corps se purge à la saint-Isidore.
    On ne fait pas de gros noeud avec de la petite ficelle.
    Y n’ia pas qu’ait l’air pus d’un honnête homme qu’un voleux.
    Changement d’herbage réjouit les petits veaux.
    Les grandes familles font les p’tits lots.
    Franc comme un âne qui recule.
    P’tit lundi, Grand’ semaine.


  • Dictons et expressions Normandes pour le mois de Juin

    • Juin froid et pluvieux, tout l'été sera grincheux.
    • A la Sainte-Clothile, de fleur en buisson, Mouques à miel à foison.
    • Tout autour de la Saint-Jean, les nuages vont contre vent.
    • Pluie de la Saint-Jean dure longtemps
    • S'il y a de la pousse, il y aura du foin, si le soleil d'été n'est pas trop loin.
    • A Saint-Jean, si d'un coup d'oeil tu vois sepr pommes, c'est une année à pommes.

     

  • Domfront, ville de Malheur: Pris à midi, pendu à une heure

    par Thibault

    domfront_-_place_et_rue_saint-julien.jpg

    Jadis, la justice était rendue de manière fort différente selon les provinces. Parfois, la sentence était connue bien des mois après que  le méfait eut été accompli, parfois la peine était prononcée de manière expéditive.


    450px-Notre_dame_sur_leau_domfront.JPG
    La Normandie faisait partie du lot des provinces réputées pour leur rapidité à punir le coupable. A Domfront, petite ville de l'Orne, sur la Varenne, capitale du Passais, on rendait donc rapidement la justice. Comme à Falaise, où naquit Guillaume II de Normandie, dit le Conquérant, comme à Caen où ce dernier établit l'Abbaye aux Hommes, comme à Rouen où les Etats s'installèrent....

    Mais la villes aux armes " de gueules à trois tours jointes chacune avec sa porte ouverte d'or maçonnée de sable, sur une terrasse de sinople." devait représenter symboliquement le lieu où les malandrins terminaient vite leur carrière, d'où l'expression: si le voleur est pris à midi, pendant le marché, par exemple, à une heure, il était pendu.

    On ne plaisantait pas à Domfront!