Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

environnement

  • Paysage de Normandie:Le PNR du Perche, un trésor Préservé

    Au coeur de l'Orne s'étend sur cent quatre-vingt mille hectares, le PNR du Perche. Entre le bassin parisien à l'est et le Massif armoricain à l'ouest, le Perche se distingue par son relief et sa géologie. Ses Bocages et prairies verdoyantes humides sont dominés par des forêts. Haies basses tailles, haies hautes sauvages, haies en bordure de cours d'eau, le bocage y est très diversifié. Véritables conservatoire naturels, les deux forêts domaniales de Bellême et de Réno-Valdieu abritent des hêtres et des chênes centenaires ainsi qu'une riche faune mycologique. Les vergers se font eux plus discrets depuis les années soixante à cause de la mécanisation du modèle de récoltes agricoles.

     

    L'Huisne, une longue rivière de cent soixante et un kilomètres, silonne le paysage et forme une boucle avant de se jeter dans la Sarthe. Dans un environnement végétal préservé, le Perche offre un refuge privilégié à une faune aussi diverse que ses milieux géologiques: on trouve en effet plus de deux cents espèces d'oiseaux, près de quatorze espèces de batraciens, onze espèces de repitles et quarante neuf espèces de mammifères. De nombreuses rivières parcourent le territoire sont bordée de prairies humides particulièrement favorable pour les oiseaux migrateurs comme le vanneau huppé ou la bécassine des marais, mais également pour des espèces indigènes comme la chouette chevêche qui trouve refuge dans les vieux toncs des saules. Le symbole de la région demeure pourtant le Percheron qui a séduit par ses attraits le mon entier. Des éleveurs passionnés s'y sont intéressés et ont crée en 1883, la société hippique percheronne de France qui s'efforce encore aujourd'hui de parfaire sa race.

     

    Pour le plaisir des promeneurs, le parc est aménagé de longs chemins de randonnée ou d'itinéraires sous le nom « Des Routes tranquilles du Perche ». Promenades pédestres ou équestres, stages artisanaux, visites ludiques des châteaux, manoirs ou villages ruraux. Les activités autour du Parc offrent une escapade agréable et reposante. Parmi les villes médiévales à visiter ne manquez par Bellême et Mortagne-au-Perche.

  • Paysages de Normandie:Les Haies en Normandie

    par Thibautl

    Les haies ont été, avant l'avènement du fil de fer barbelé, un moyen de clôture dont on n'imagine plus maintenant l'importance.

    Mais leur rôle de délimitation d'espace n'est qu'un aspect de leur utilité. Elles sont créatrices de micro-climats par leur action de lutte contre le vent.

    Suivant leur caractéristiques, on peut les classer en haies brise-vent ( 3 à 6 mètre de hauteur), en haies libres (1,5 m à 3 m)et en haies taillées (1 à 2 m).

    Elles participent à la régulation des eaux pluviales, en freinant l'érosion des pentes et retenant l'eau par absorption-évaporation, surtout quand elles sont associées à des talus ou des fossés.

    Elles participent aux paysages: elles sont un biotope pour les faunes terrestre et volante qui y trouvent refuge.

    Dans nos régions, les essences arbustives qui les composent sont: le charme, le hêtre, le noisetier, l'aubépine, le houx, l'épine-vinette.

    Les thuyas et lauriers doivent être évité comme étrangers à nos paysages ruraux.

  • Paysages de Normandie:Les mares en Normandie

    par Thibault

    Sur nos plateaux, les mares ont été des réserves d'eau pluviale indispensable pour les hommes et les troupeaux dont la consommation est considérable.

    Les mares servaient aussi de réceptacle des eaux de drainage; elle étaient un élément essentiel de la lutte contre l'incendie. Elle concourent souvent à l'attrait du paysage, des cours et des jardins.

    Elles sont le refuge nécessaire pour la flore et la faune, notamment certaines espèces menacées et protégées par la Loi.

    La mare est par excellence le biotope de la grenouille verte, de la couleuvre à collier, de la poule d'eau et des libellules. C'est le lieu de reproduction de batraciens comme le triton. C'est un lieu de nourriture pour les canards, le héron cendré et les hommes.

  • L'Eure et les itinéraire de migrations des oiseaux

    Les oiseaux migrateurs suivent comme des rails dont ils s'écartent très peu, les voies qu'ils ont repérées depuis des millénaire et qui, conduisant de l'Afrique occidentale à la Scandinavie abordent la France par les cols des Pyrénées, parviennent à la Baie de Somme et aux rivages de la Mer du nord, par les marais vendéens et bretons, les étangs de l'Anjou et le Perche criblé d'étangs et de forêts.

     

    L'Eure est traversée du Sud au Nord par des variantes de cet axe principal, les oiseaux abordent notre département, d'une part entre Rugles et Verneuil, d'autre part par la Haute Vallée de l'Eure.

     

    La principale veine de migration suit la vallée de la Risle, herbagère et humide, pour aboutir au Marais Vernier. Une voie annexe passe par Verneuil, Breteuil, Damville, Evreux vers Auteuil et la Vallée de l'Eure, puis la Boucle de la Seine à Poses.

     

    Au carrefour de ces voies avec le courant aérien qui remonte la Vallée de la Seine, sous l'influence des vents d'Ouest dominants, s'entrecroisent des influences très diverses qui font du secteur du Vaudreuil, un véritable trésor ornithologique.

     

    Entre Gaillon et les Andelys, un grand nombre d'espèces sédentaires et migratrices trouvent dans ces lieux humides des terrains de prédilections.

  • Normandie:« La nature sauvage résiste dans les villes »

    source: Magazine Géo

    Où se trouvent les espaces les mieux préservés ? Quels lieux faut-il protéger ? Qui agit pour le développement durable ?
    Pour le troisième volet de sa grande série sur la France Nature, GEO s’est rendu en Normandie, où les paysages urbains rivalisent de beauté avec le littoral festonné et l’arrière-pays champêtre.
    Cette semaine : le géographe Armand Frémont décrypte les paysages normands. Notre journaliste Michèle Aulagnon l'a rencontré.

    Des rochers de Granville au méandre de la Seine à Rouen en passant par les balcons du Havre, les sites remarquables sont depuis longtemps associés aux centres urbains

    GEO : Quelles sont les grandes caractéristiques de la nature normande ?

    Armand Frémont : La géographie de la Normandie, c’est d’abord le dialogue entre la terre et la mer. Comme pour la Bretagne voisine, sauf que la Normandie y ajoute le fleuve. La Manche borde les rivages en une alternance de longues plages sableuses et de hautes falaises, calcaires à l’est et au centre, ou granitiques et gréseuses dans le Cotentin. Elle longe des lieux qui furent et sont encore le théâtre de multiples aventures, depuis les Vikings jusqu’aux ingénieurs des centrales nucléaires de la Hague et de Paluel (pays de Caux). Nous sommes là face à l’un des bras de mer aujourd’hui parmi les plus fréquentés du monde.

    Lire la suite

  • Eure: La Risle et ses cours d'eau : comment "soigner" sa rivière…

    source: l'Eure en Ligne


    Les habitants du bassin versant de la Risle, de la Charentonne et de leurs affluents disposent depuis peu d'un guide leur expliquant comment bien gérer les bords de cours d'eau. Ces rivières présentent des milieux aquatiques et humides et une biodiversité associée d’une grande richesse que nous devons tous ensemble préserver dans un objectif de développement durable.

    Quelles sont les actions engagées pour préserver ces cours d’eau ? Comment puis-je y contribuer ? Quelles sont les choses à faire ou à ne pas faire en bord de cours d’eau ? Autant de questions auxquelles ce guide apporte des réponses. Parmi les choses à ne pas faire mises en avant dans ce guide : ne pas prendre la rivière pour une poubelle, limiter l'utilisation des pesticides et des engrais, bannir les espèces envahissantes ou inadaptées.

    Le Conseil général de l’Eure collabore au quotidien avec l’ensemble des acteurs du territoire pour assurer la préservation de la ressource en eau et des milieux naturels dans son ensemble.
    La bonne gestion quotidienne des bords de cours d’eau par les riverains est un maillon indispensable et complémentaire à ces démarches de préservation des milieux aquatiques. N'oublions pas que la biodiversité est l'assurance-vie de l'espèce humaine…