Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

engerand

  • Le château de Saint-Germain de Livet

    L'avant cour déploie ses pelouses et ses massifs de fleurs jusqu'aux douves ou se reflètent l'échiquier de la poterne et les tuiles vernissées vertes, jaunes et rouges des toits.

     

    Édifié sous la Renaissance, le château est une véritable symphonie délicates et une marqueterie sertie de pierres blanches.

     

    Engerand écrivait « je ne sais rien de sis charmant que ces carrés de jade, se mariant si bien aux prairies environnantes et composant une symphonie en vert mineur que dans nul autre château l'on ne peut retrouver.

     

    Jean de La Varende disait cela « un château d'ivoire constellé d'émeraudes, un petit bijou pour une princesse-enfant. »

     

    Une légende raconte que: Pierre Tournebu, seigneur de Saint-Germain, chassé de la cour avec interdiction de se présenter devant le roi « à pied, en voiture ou à cheval ». s'en revint prêter main forte au roi dans une bataille à la tête d'une troupe en chevauchant des boeufs. Il fut absous et se consacra alors à la rénovation du vieux château médiéval des Tyrel.

     

    En 1561, un de ses petit-fils se marie avec une italienne. Et donc impose le style Italien dans le château. Il fait utiliser la pierre et à la brique vernissée, usant de carreaux et de tuiles colorés.

     

     

    L'Italianisme transparaît ainsi dans la fresque chatoyante que les céramiques dessinent sur la façade.