Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

elbeuf

  • Entre Seine et Eure: Gaillon, Louviers et Elbeuf.

    Avant de rejoindre au-delà de Louviers, la Seine et l'Eure, cheminent parallèlement dans un pays de pâturages et de cultures.

     

    Entre les deux cours d'eau, Gaillon, qui fut appelé le « Versailles de la Renaissance », ne garde plus que des traces du magnifique Palais Episcopal que le cardinal Georges d'Amboise fit rénover dans le style italien à la fin du XV ème siècle. La Révolution de 1789 le confisqua à l'Eglise; le XIX ème siècle en fit une prison puis une caserne. Le temps a fait le reste pour détruire une oeuvre d'art.

     

    Louviers est sur l'Eure, qui s'y divise en plusieurs bras. La ville est connue pour ses draps et par la chanson qui raconte l'histoire d'un cantonnier (chanson traditionnelle d'Ile de France)! C'est une plaisante étape sur la route de Paris à Rouen, au coeur d'une région boisée.

    Comme beaucoup de ses voisines, la ville a souffetrt de la seconde guerre mondiale. Sa belle église Notre-Dame, parée des grâces du gothique flamboyant a été épargnée. Elle contient nombreuses oeuvres de la Renaissance, sculptures et tableaux. Le porche est un exemple type du gothique de la dernière époque dont l'exubérance décorative annonçait la fin du style.

     

    On retrouve la Seine à Elbeuf. Un vitrail de l'église Saint-Étienne datant du XVI ème siècle témoigne de l'activité lainière à l'époque. Comme celle de Louviers, l'église Saint-Étienne est un édifice de style gothique flamboyant du XVI ème siècle et la façade date du XVII ème siècle.

     

    Deux sites pittoresques sont à signaler aux environs d'Elbeuf. Les roches d'Orival surplombent le fleuve. On peut les escalader par un chemin abrupt pour admirer la vue que l'on a du sommet sur la courbe de la seine.

    L'église d'Orival est creusée en partie dans le roc. Des grottes entaillent les roches crayeuses. Un chemin de croix grimpe au flanc de l'escarpement.

     

    L'autre curiosité est le Château de Robert le Diable, en ruine dès le XV ème siècle. Le nom du château lui vient de Robert Le Magnifique, père de Guillaume II de Normandie, le batard puis Le Conquérant. Le « magnifique» devient «le diable», par la faute d'une légende selon laquelle Robert se serait entretenu après la mort avec anges et démons pour arbitrer des conflits à propos des âmes défuntes.

  • Histoire de la Normandie: Le drap d'Elbeuf

    Le 23 novembre 1684, les maitres drapiers d'Elbeuf se plaignent devant le Bailli des « maitres de Sedan, Abbeville et Carcassonne » lesquels, voulant imiter les dites manufactures d'Elbeuf, font des marchandises approchantes qu'ils vendent indistinctement.


    La fabrication des draps d'Elbeuf est renommé depuis le Moyen-Âge et, aux XVII ème siècle, Colbert a instauré la Manufacture d'Elbeuf, groupant les tisserands de la région avec garantie et contrôle de l'Etat ce qui fonde la plainte des Drapiers d'Elbeuf contre ceux de Sedan, d'Abbeville et de Carcassonne.


    Cette industrie va se regrouper dans l'agglomération après l'arrivée de la machine à vapeur, et poursuivre son activité pendant tout le XIXème siècle et même jusqu'à la Grande Guerre où le Drap d'Elbeuf, relayant les filatures du Nord occupées, va habiller les « poilus » en Bleu Horizon.