Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ebur

  • Culture de Normandie: La Magie de l'Ebur

    Si les plus anciens ivoires connus sont d'origine celte et datent de la première moitié du V ème siècle.

    L'art de l'ivoire atteint un sommet à l'époque Médiévale, et c'est à partir de l'époque de la Renaissance que la pratique du tournage devient courante.

     

    Selon le chroniqueur Villaut de Bellefond, ce sont des marins dieppois qui auraient dès 1384 découvert la Guinée; ils en auraient rapporté des cargaisons importantes d'ivoire.

     

    Une main d'oeuvre locale encouragée par les riches armateurs, explique la multiplication des ateliers (350 recensés au XVII ème siècle et 500 en 1855), qui donnent vite à Dieppe, une prépondérance reconnue dans le travail de l'ivoire.

     

    Les collections du château-musée présentent un incomparable panorama de la production dieppoise qui, sous Louis XV, connaît une étonnante diversification: crucifix, chapelets, statuettes religieuses, mais aussi navettes, évantails, boîtes à mouche, ustensiles de couture, tabatières, râpes à tabac, jeux d'échec et de domino.

    Sans oublier, chose naturelle dans un port comme Dieppe: boussoles, cadrans solaires, modèles de navires, chefs-d'oeuvre des artisans ivoiriers mettaient en exposition dans leurs magasins.

     

    La loi française stipule que l'appellation « ivoire » est réservée à la seule matière que donne la défense d'éléphant.

     

    C'est l'apparition du Celluloïd en 1869, qui porta un coup fatal à l'ivoirerie dieppoise, dont les délicates perfections survivent dans les vitrines du musée.