Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

duché de normandie

  • Idée de Lecture: LA FRONTIERE NORMANDE DE L'AVRE

    frontiereavre001a2.jpg



    Astrid Lemoine-Descourtieux, docteur en histoire, travaille sur l’urbanisme médiéval et la construction civile en pierre à Verneuil-sur-Avre et dans les bourgs castraux de la frontière (XIIe-XIIIe siècles). Chercheur associée au GRHis (université de Rouen), elle participe occasionnellement aux missions des services patrimoniaux de la DRAC de Haute-Normandie.

    Le découpage de la Normandie a un impact direct sur le développement de ses espaces frontaliers. Le cas de la rivière d'Avre, affluent de l'Eure devenu limite étatique, est exemplaire.
    L'auteure montre comment la politique de défense territoriale conditionne alors largement la croissance sur la rive normande. La région, d'abord perméable aux influences étrangères, est progressivement verrouillée par l'édification de châteaux (Tillières, Breteuil). Puis la création de villes ducales (Nonancourt et Verneuil), rassemblant les fonctions militaires, économiques et administratives, marque un tournant décisif dans la stratégie de maîtrise du territoire. Ces nouveaux centres de pouvoir et de peuplement viennent ainsi restructurer ces espaces et parachever un maillage fortement hiérarchisé.
    Si l'étude se termine en 1204, avec la reprise du duché de Normandie par Philippe Auguste, l'auteure souligne que la région reste durablement marquée par trois siècles de politiques ducales. Un tel ouvrage est particulièrement bien venu en ces temps de célébration du 11e centenaire de la Normandie.

    450 pages, ISBN : 978-2-87775-541-2 Prix : 28 €

  • Avez vous des ancêtres parmis les guerriers Normands?

    Arundell a donné comme noms actuels: Hérondel ou Hérondelle

    Awgers a donné comme nom actuel: Auger

    Bardolf et Bardelf ont donné comme nom actuels: Bardoul et Bardou

    Barret a donné comme nom actuel: Baret

    Barry a donné comme noms actuels: Barry et Bary

    Baudewin a donné comme nom actuel: Baudouin

    Baudyn a donné comme nom actuel: Baudouin et Baudin.

    Baylife a donné comme nom actuel: Bailly

    Bergos a donné comme nom actuel: Burgaut.

    Berteville a donné comme nom actuel: Bretteville

    Bertram a donné comme noms actuels: Bertran ou Bertrand.

    Biard a donné comme noms actuels: Biard et Viard.

    Bleyn a donné comme noms actuels: Blin et Belin

    Boys a donné comme noms actuels: Dubois

    Braçy a donné comme nom actuel: Brassy

    Buffard a donné comme nom actuel: Bouffard

    Burdon a donné comme nom actuel: Bourdon.

    Burgh a donné comme nom actuel: Lebourg

    Busard a donné comme noms actuels: Bouzard et Beuzard

    Busshy a donné comme nom actuel: Bussy

    Caroun et Karron ont donné comme nom actuel: Caron.

    Chaleys a donné comme nom actuel: Jalley

    Chamberlayn a donné comme nom actuel: Chambellan

    Conell a donné comme nom actuel: Canel

    Couderay et Coudrey ont donné comme nom actuel: Coudray.

    Delalaunde a donné comme nom actuel: Delalonde

    Delariver a donné comme nom actuel: Delarivière

    Dommoun a donné comme nom actuel: Dumont

    Doynelle a donné comme nom actuel: Doinel

    Filiol a donné comme nom actuel: Filleul

    Fokes a donné comme nom actuel: Fouquet et Fauquet.

    Fryville a donné comme nom actuel: de Fréville

    Gurnay a donné comme nom actuel: Gournay

    Haunsard a donné comme nom actuel: Ansart

    Hamelyn a donné comme nom actuel: Hamelin

    Holyon a donné comme nom actuel: Vollion

    Howel a donné comme nom actuel: Houel

    Howarde a donné comme nom actuel: Havard

    Jardyn a donné comme nom actuel: Gardin

    Loterel a donné comme nom actuel: Loutrel

    Lownay a donné comme nom actuel: Launay et Delaunay.

    Marmyoun a donné comme nom actuel: Marmion.

    Menyle a donné comme nom actuel: Mesnil et du Mesnil

    Molyns a donné comme nom actuel: Moulin

    Mounceus a donné comme nom actuel: du Monceau et Monciot

    Mouns a donné comme nom actuel: Dumont et Desmonts

    Oysel a donné comme nom actuel: Loisel

    Peyns a donné comme nom actuel: Pains

    Pikard a donné comme nom actuel: Picard

     

    Tibel a donné comme nom actuel: Thibaut

    Tirell a donné comme nom actuel: Thirel

    Torel a donné comme nom actuel: Thorel

    Trussell a donné comme nom actuel: Troussey

    Vavasour a donné comme nom actuel: Vavasseur et Levavasseur

    Wace a donné comme nom actuel: Vasse

    Waceley a donné comme nom actuel: Vachelet et Bachelet

    Waloys a donné comme nom actuel: Vallois

    Walter a donné comme nom actuel: Vautier

    Warren a donné comme nom actuel: Varenne, Varin et Guérin.

     

  • Eglise Saint Vigor de Quettehou dans le Cotentin

    Le domaine faisait partie de la donation de 1082 faite par le duc Guillaume II de Normandie et la duchesse Mathilde de Flandres à l'Abbaye aux Dames.

     

    L'église a ensuite été donnée en 1214 par Hugues de Morville, évêque de Coutances, à l'Abbaye bénédictine de Fécamp.

     

    Elle a été remaniée au milieu du XIII ème siècle: un seul vaisseau, chevet à plat à triplet, voûtes sexpartites sur le choeur. Le bas-côté droit de la nef a été ajouté au XVI ème siècle et la voûte au XVIII ème siècle.

     

    La chapelle à gauche du choeur a été ajoutée au XVII ème siècle.

     

    La tour-clocher latérale date de la fin du XV ème siècle. La sacristie date du XVIII ème siècle.

     

     

  • Visite Historique de Cherbourg

    Ancien Coriovallum des Romain.

    Entre 1779 et 1786 sont réalisés la rade de haute mer et les forts qui la protègent. Napoléon Ier fait de Cherboyurg est port de guerre, qui sera vraiment terminé que sous Napoléon III.

    En 1831, le Bassin du Commerce a été aménagé et coupe la ville en deux. La ville ancienne avec ses monuments est entièrement sur la rive ouest de ce bassin. Au début du XX ème siècle la gare maritime est construite pour recevoir les transatlantiques qui venaient des Amériques.

     

    Eglise de la Trinité: Eglise fondée en 1065, par Guillaume II de Normandie, entièrement remaniée à partir de 1412 et aussi au XVI ème siècle. Fortement restaurée au XIX ème siècle. Elle a été élevé en Basilique en 1921. La coursière régnant au pied des fenêtres hautes est bordée par un garde-corps orné de bas reliefs représentant « La Danse macabre » et « La Passion du Christ », ils datent du XIX ème siècle.

    Chaire du XVIII ème siècle. Dans le bras gauche, tableau de style Flamand du XVII ème siècle représentant « l'Adoration des Mages » Maître-Autel à retable du XVII ème siècle avec dans une niche un tableau de François-Armand Fréret représentant « Le Baptême du Christ » datant du XIX ème siècle.

     

    Place Napoléon: située à l'ouest de l'église. Une statue équestre de Napoléon Ier du sculpteur Armand Le Véel datant de 1858.

     

    Place du Général de Gaulle: au sud de l'église. Au milieu de la place, fontaine avec figures en fonte dans du milieu du XIX ème siècle et Théâtre construit en 1882 oar l'architecte des théâtres parisiens, Charles de Lalande.

     

    Eglise Notre-Dame-du-Voeu: église de style Néo-Roman datant de 1850. Dans le bras gauche, vitrail offert par Napoléon III en 1857, représentant la fille du roi d'Angleterre, Mathilde, qui fut sauvé d'un naufrage suite à un voeu fait en 1145.

     

    Gare Maritime: sur la digue limitant à l'est la Petite Rade. Construite en béton à partir de 1924 par René Levasseur.

     

    Forts en Mer: Construits entre 1779 et 1786 sur les iles Pelet, du Homet et de Querqueville pour défendre la Grande Rade contre les Anglais.

  • Idée de Lecture: La Saga de Rollon par Pierre Efratas

     

    En 2011, pour le 1100e anniversaire de la fondation de la Normandie par Rollon, découvrez « La Saga de Rollon », roman d’aventures, à la fois saga et edda, qui raconte les aventures de Rollon depuis son arrivée dans le royaume des Francs, en Neustrie.

     

    Fin du IXe siècle de notre ère… Les longs bateaux entrent dans la Baie de Seine. A leur tête : Hrólf, un jeune aventurier Viking exilé de Norvège et chassé de la Grande Ile où vivent les Scots, les Pictes et les Saxons. Hrólf va tenter l’aventure en Neustrie, au cœur du royaume des Francs. Il y croit dur comme le fer de son épée Brekka, car Wandra, une sorcière de la forêt norvégienne du Freyshof le lui a prédit :  "Ta destinée sera d'aventures et la lointaine rivière aux vertes rives te fera l'égal du plus puissant des rois ».

     La Saga de Rollon commence à l’arrivée des longs bateaux de Hrólf en Neustrie, et elle se termine à sa mort. Le texte est essentiellement écrit au présent de l’indicatif, temps de l’action, de l’ici et du maintenant. Ceci n’empêche pas une série de flashes-back qui permettent de comprendre d’où vient Rollon et quelle fut sa vie avant son arrivée au royaume des Francs.

    Le scalde Gisbert, un Franc qui a décidé d’écrire les hauts faits de Hrólf le Vagabond, devenu Rollon, nous conte ce récit extraordinaire. De ce fait, nous pouvons observer les mœurs et les pratiques des Vikings à travers les yeux d’un personnage qui nous est proche culturellement. Les notes de Gisbert parsèment donc le texte et il arrive que sa petite histoire croise la grande Histoire tout court. Avec force, vigueur et un brin d’humour (et parfois même d’ironie), Gisbert nous emmène à travers les mers et les

    fleuves, les amours et les amitiés, les rivières et les chemins ombreux, les rebondissements et les épisodes palpitants.

    Il nous fera découvrir le siècle et la destinée romanesque de ce Viking qui allait devenir Rollon, fondateur de la Normandie en 911, ouvrant ainsi une nouvelle page de l’histoire de l’Europe. Un aventurier dont la date et le lieu de naissance sont inconnus … un personnage qui surgit des mers pour changer l’Histoire … un pirate qui devient un remarquable organisateur … un Viking qui fonde la Normandie et une dynastie dont les rameaux vont s’étendre un peu partout en Europe… voilà un sujet rêvé pour un romancier d’aventures et pour les lecteurs qui aiment le dépaysement, l’Histoire et les belles histoires !"

     

     

  • Eure:Conférence sur les églises romanes le 2 avril à Irreville

    Le 02/04/2011 à partir de 17h00

    Conférence sur "Les Églises romanes précoces du début du Duché de Normandie" par Nicolas Wazylyszyn, archéologue à la salle des fêtes d'Irreville (participation libre). A l'occasion vous sera présentée la toute nouvelle association OFFERUS créée pour la sauvegarde et la valorisation de l'Eglise St Christophe de Reuilly.

  • Joutes équestres à Harcourt le 17 Avril

    Tournoi de joutes équestres dimanche 17 avril♘
    En armure et à cheval, le tournoi célèbre le 1100ème anniversaire de la
    Normandie au domaine d’Harcourt !
    Toute l’après-midi, les membres de la Chevalerie initiatique s’affronteront lors de jeux d'adresses (quintaine, anneaux, écus au sol, jeux de la pomme, javelot, etc...) et
    jouteront pour le titre de Champion.


    Reconstitution historique et sportive, ce spectacle convie petits et grands à une étonnante compétition
    hors du temps !


    à partir de 15h

    4 € pour les adultes
    1.50 € plus de 6 ans

  • Histoire de Normandie: Le 6 Mars 1204, Château-Gaillard Tombe

    Le 6 mars 1204, la forteresse de Château-Gaillard, construite en 1196 par Richard Coeur de Lion tombe après un siège de six mois sous l'assaut des troupes françaises de Philippe-Auguste.

     

    Celui ci est entré en Normandie durant l'été 1202, entendant bien prendre cette province pour le compte de la couronne de France, à Jean sans Terre qui a succédé à Richard en 1199.

     

    La prise de Château-Gaillard, censé interdire aux troupes Française, la route de Rouen, signifie le commencement de la fin pour le Duché indépendant de Normandie.

     

    Pendant ce temps, les noblesses Angive et Bretonne saccagent le sud du Cotentin et s'empare même du Mont-Saint-Michel.

     

    Les troupes françaises et ses alliés Bretons et Angevins font leur jonction à Caen.

     

    Après une résistance honorable, Rouen se rend le 24 juin 1204.

     

    Le Duché de Normandie indépendant a cessé d'exister et devient une possession de la Couronne de France.

  • Louis XI fait briser l'anneau ducal le 9 novembre 1469

    Au début de son règne Louis XI doit faire face à une véritable opposition féodale s'opposant à la construction de la France.

     

    Louis XI a notamment dû concéder le Duché de Normandie à son frère Charles de Berry qui conspirait contre lui. Charles de Berry a décidé de se faire sacré solennellement duc dans la Cathédrale de Rouen, le 10 décembre 1465. l'évêque lui a passé l'anneau ducal au doigt.

    Les notables normands ont surenchéri en se prenant à rêver qu'après tout la Normandie n'était pas si française, et que le personnage falot et peu intelligent du nouveau Duc, leur permettrait d'en faire à leur guise.

     

    A l'annonce ces nouvelles, Louis XI entre dans une de ces rages froides que ses adversaires vont vite apprendre à craindre. Il ne peut ni ne veut lâcher une Province qui a cette époque lui rapporte près du quart de l'impôt du royaume. Dans son style inimitable, le roi attend qu'un motif se présente.

     

    C'est bientôt fait avec les éternelles difficultés de voisinage entre la Normandie et la Bretagne. Il est vrai que cette fois les choses sont allées loin, puisque le Duc de Bretagne occupe Caen.

     

    «Voyez, dit Louis XI au duc de Bourbon, mon frère ne peut s'arranger avec mon cousin de Bretagne; il faudra bien que j'aille à son secours, et que je reprenne mon Duché de Normandie.»

     

    Après avoir avoir brisé militairement une nouvelle coalition et laissé à François II de Bretagne le temps de repartir chez lui, Louis XI et son armée entrent dans Rouen.

     

    Le 9 novembre 1469 au cours d'une cérémonie qui se tient à L'Echiquier de Rouen (y avait un autre échiquier à Caen), Louis XI fait solennellement briser l'anneau Ducal d'un coup de masse.

     

    Il n'y a plus de Duché de Normandie. Pour faire bonne mesure, le roi fait aussi noyer dans la Seine, les notables compromis dans le complot séparatiste. La chose faite, il pardonne aux Normands, et s'empresse de réponde favorablement aux marchands de Rouen qui souhaitent la création de deux nouvelles foires.

  • Histoire de la Normandie:La conquête de l’Angleterre (1066)

    La mort du roi d’Angleterre Edouard le confesseur, en 1066, sans enfant ni héritier direct au trône, crée un vide institutionnel que tentent alors d’occuper trois partis concurrents. Le premier est Harald Hardraada le Norvégien, lié par le sang à la famille royale anglo-saxonne. Le second est Guillaume le Bâtard, que le défunt roi a désigné comme héritier. Le troisième, enfin, est un puissant aristocrate anglo-saxon du nom d’Harold Godwinson. C’est ce dernier qui est élu roi, à la manière Anglo-Saxonne traditionnelle, par un grand conseil, le Witan. Apprenant qu’Harold est monté sur le trône, Guillaume convoque les principaux barons normands et les convainc de se lancer à la conquête du royaume. En moins de dix mois, il parvient à rassembler dans l’estuaire de la Dives une flotte d’invasion d’environ 600 navires et une armée estimée à 7 000 hommes. Beaucoup de ces soldats sont des puînés auxquels le droit d’aînesse laisse peu de chance d’hériter d’un fief. Guillaume leur promet, s’ils se joignent à lui en apportant leur propre cheval, une armure et des armes, qu’il les récompensera avec des terres et des titres dans son nouveau royaume. Ces préparatifs comprennent également d’importantes négociations diplomatiques. Guillaume le Conquérant gagne d’abord à sa cause le pape Alexandre II, qui lui transmet son étendard, puis parvient à obtenir la participation des principautés voisines (Bretagne, Flandre et Anjou), qui ne profiteront pas de la campagne pour s’emparer de la Normandie. Avant de partir, Guillaume désigne également ses grands vassaux, Roger de Beaumont, Lanfranc et Roger II de Montgomery pour gouverner le duché en son absence.

    Lire la suite