Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

douains

  • Village de Normandie: Douains.

    La commune de Douains a rattaché la commune de Brécourt en 1909.

    On trouve en 1025, la forme Dunos, qui vient du celte Dunum.

     

    Concernant la commune de Brécourt, on trouve cette commune sous la forme de Bréécourt au XII ème siècle dans une charte de Robert de Leicester. on trouve aussi cette commune sous la forme de Brécuria dans une charte du Pouillé d'Evreux.

    Lire la suite

  • Paysages de Normandie: la chapelle de Gournay près de Douains

    Gournay est un hameau dépendant de la commune de Douains, situé à environ deux kilomètres de cette localité en direction de Chaignes

     

    A l'entré du hameau, en venant de Douainsn on voit une ancienne chapelle servant de grange et enclavée dans la cour d'une ferme. Cette chapelle montre des vestiges intéressants dont la porte d'entrée ogivale surmontée d'une archivolte (XIIIème-XIVème siècles). Les fenêtres sont aussi en ogive et très ébrasées. L'abside était percée d'une large baie, aujourd'hui bouchée. A l'intérieur et à la base de cette fenêtres, sont scellées deux consolles ayant su^^prtés des statues.

     

    Du côté de l'Epître, on voit dans la muraille latérale, une piscine en arc aigu et deux cuvettes percées pour l'écoulement des eaux.

     

    Côté Evangile, une autre console à crochets du XIII ème siècle est scellée à la base d'une fenêtre.

     

    Un petit cimetière existait près de la chapelle. C'était le cimetière du hameau et l'on cessa d'y enterrer peu après la Révolution de 1789, époque de la désacralisation de la chapelle.

     

  • Histoire de Normandie: Le 11 juin 1940 à Douains près de Vernon

    Dans la journée du 11 juin 1940, alors que s'engage l'ultime tentative de contre-attaque française sur le front de la Seine, la 2ème Division Légère Mécanique, comprenant le 13 ème régiment de Dragons et le 1er Régiment de Dragons Portés, se porte en soutien des Zouaves et des Tirailleurs Tunisiens dans le secteur de la Forêt de Paçy au nord de Chaignolles et face aux infiltrations des allemands qui déjà se sont établis sur une ligne Blaru-Gournay-Douains.

     

    Une attaque de Dragons est prévue pour 17h00 en direction de La Heunière en coordination avec la 1ère Division Légère Mécanique qui occupe le terrain à l'ouest de la route Vernon-Pacy. L'escadron S qui doit appuyer l'attaque avec ses chars, pousse une reconnaissance en direction de Douains pour ouvrir la voie aux Dragons Portés.

     

    Mais au lieu-dit « La Planche », un des chars Somua est frappé de plein fouet par un obus de 77 allemand en position en lisière du village de Gournay. Le char prend feu aussitôt tandis que le coup au but a bloqué les portes d'évacuation.Les 3 occupants trouvent une mort horrible: il s'agit du Sous-Lieutenant Albert Paul, du Brigadier-Chef Gonrard et du Dragon Bily.

     

    La mise en place du dispositif d'attaque demande beaucoup de temps du fait de l'intensité des tirs de l'artillerie allemande. Un ordre d'annulation émanant du Général Lacroix parvient vers 18h30 aux Dragons, qui regagnent leur base de départ sous un violent bombardement de canons allemands de 105.

     

    Le lendemain, le repli en direction de la ligne de front de l'Avre s'amorce vers Breuilpont. D'autres combats attendent la 2ème Division Légère Mécanique à Chateauneuf en Thymerais avant que soit signé l'armistice.

     

    Sur le monument aux morts de la commune de Douains, l'Amicale du 13ème Dragons a fait apposer une plaque commémorant le sacrifice de l'équipage du char Somua détruit sur le territoire de la commune.