Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

culture

  • Culture de Normandie: Amour de la Normandie par Olivier Hébert



    par Olivier Hébert

    Amour Normand
    je t'aime mon pays!
    et toute ta nature,
    ruisselante de pluie,
    le sang de ta verdure.

    que j'aime tes couleurs,
    quand l'automne t'habille,
    je savoure ces heures,
    ma belle normandie.

    le bocage tes pommiers,
    où la beauté s'endort,
    sur l'herbe de tes prés,
    l'écrin de tes trésors.

    et tous ces beaux villages,
    d'où la plaine s'élance,
    qui traversent les âges,
    de récoltes, en semences.

    ces chemins de campagnes,
    bordés de haies d'épines,
    qui voient passer les âmes,
    les mains qui te dessinent.

    je t'aime Normandie!
    de légendes, en histoires,
    que content les amis,
    a la flambée le soir.

    de cherbourg à fécamp,
    tes plages, tes falaises,
    comme les conquérants,
    j'ai embrassé ta glaise.

    de la côte au véxin,
    vikings, et bâtisseurs,
    ont brigué en ton sein,
    l'éclat de la grandeur.

    ils t'ont aimé aussi,
    et toute ta nature,
    ils dorment sous la pluie,
    au coeur de ta verdure.

    tes moissons sont finies,
    les feuilles qui s'envolent,
    te couvrent de tapis,
    composés par éole.

    le vent qui vient du nord,
    en poussant les nuages,
    joue pour toi les accords,
    d'un concerto sauvage.

    les couleurs que dieu,
    donne à ce pays,
    illuminent tous ceux,
    qui l'aiment en poésie!

  • le mot normand: Danche

    Le mot normand « Danche » veut dire danse.

     

     

    A mord pus à la danche qu'à l'ouvrage.

     

    Dicton originaire de la ville de Fleury (anciennement ce village s'appelait : Allemagne) dans le Calvados

     

    «Prêtre qui danche ;

    Poule qui chante,

    Fille qui sait le latin,

    Font mauvais Fin. »  

  • Tradition de Normandie:Quand un mariage était empêché...

    Autrefois, en Normandie, l'eglise pouvait empêcher des mariages ou les rendres nuls ou illicites. On distinguait deux types d'empêchements:

     

    1. Les empêchements dirimants

    • le défaut d'usage de raison et le défaut d'âge. En clair ceux qui n'avaient ni toute leur tête ni l'âge requis étaient exemptés du mariage.

    • L'erreur portant sur la personne épousée.

    • Une crainte grave concernant la violence d'une personne.

    • L'enlèvement par la force d'une personne en vue de l'épouser.

    • Les ordres sacrés. Interdit d'épouser un sous-diacre, un diacre et bien évidemment un prêtre.

    • La profession religieuse. Les personnes liées par des voeux prononcés dans le cadre de leur engagement religieux sont interdites de mariage.

    • La parenté. La parenté naturelle, ou consanguinité, s'oppose au mariage puisqu'on ne peut épouser quelqu'un du même sang. La parenté spirituelle résulte du baptême. Cela concerne celui qui a administré le baptême et celui qui le reçoit. Le parrain et la marraine, d'une part, le père et la mère du baptisé d'autre part.

    • L'affinité, appelée aussi parenté par alliance, qui existe entre le mari et les parents de sa femme et inversement entre la femme et les parents de son mari.

    • La différence de culte; interdiction de procéder au mariage quand l'un des deux n'est pas baptisé.

    • La clandestinité. Tout mariage qui ne serait pas contracté devant un prêtre est déclaré nul, suivant les directives du concile de Trente.

    1. Empêchement Prohibants

    • Défaut de publication des Bans.

    • La différence de culte, entre catholique et hérétiques (protestants, musulmans, orthodoxes etc...)

    • la défense de se marier à certains moment de l'année. Interdit les mariages entre le premier dimanche de l'Avent et l'Epiphanie, ainsi que du mercredi des Cendres jusqu'à l'Octave de Pâques inclus.

  • Contes des chaumières normandes

    normandie,culture,orne,cotentin,calvados,eure,seine-maritime,contes,légendes,flers




    Voici quelques exemples des vingt-neuf contes de cet ouvrage :

    La légende de Notre-Dame-des-grèves

    Andaine

    Les pierres de la Plumaudière

    Le grimoire du curé

    La femme ensorcelée

    Le lièvre invulnérable

    La légende de saint Gerbold

    Le lac de Flers

    Le serpent de Villedieu-les-Bailleul

    Duel de Legris et de Carrouges

    Un crime à l'abbaye

    Le vieux sorcier

    La légende du Vitlit

  • After-drink: Cascador

    dans un verre à cocktail

    au shaker

    décoration: petite boule de pomme avec zeste de concombre sur batonnet.


    5 cl de pommeau de Normandie

    2 cl d'amaretto

    2 cl de gin.

  • Traditions de Normandie: Le Beurre d'Herbe

    source: Vieux mangers, vieux parlers.

    Beurre de Printemps, que l'on sale pour l'hiver.

    "La ménagère avisée sait bien choisir son beurre de conserve. Elle vous dira qu'il doit avoir une saveur et odeur douce et agréable, que ce doit être un beurre d'herbe, c'est-à-dire un beurre baratté pendant que les vaches sont en plein pâturage; enfin qu'il ne doit pas être acheté entre les Deux Notre-Dame, c'est-à-dire entre deux fêtes de la Vierge: Visitation (2juillet et de la Nativité (8 septembre).

  • Jean-Pax Méfret- Goulag




    La barbe a rongé son visage.
    Le sel a brûlé ses yeux bleus.
    Ses cheveux sont blancs avant l’âge,
    Sa langue est une pierre de feu.

    Il va mourir dans quelques heures.
    Il le sait, mais il n’a pas peur.
    Nous, autour de lui, on fredonne
    Cette chanson devant l’icône...

    On chante ce monde qui existe là-bas,
    Ce paradis que l’on ne verra pas,
    Où lorsque tu travailles, l’argent est pour toi,
    Tu peux même t’acheter des chemises de soie.

    Il parait qu’il y a des tas de cinémas
    Où tu peux regarder les films de ton choix.
    A l’Ouest, les juges osent rendre la Loi,
    Et les policiers font respecter les Droits.

    Les mouches butinent sur ses lèvres,
    La sueur glisse sur ses joues.
    Il a soif, il a la fièvre,
    L’eau est sale, elle sort d’un égout.

    Dehors, il ont creusé sa fosse,
    La croix porte son numéro,
    Alors, de sa voix de gosse,
    Il nous demande le Credo.

    On rêve à ce monde qui existe là-bas,
    Ce paradis que l’on ne verra pas,
    Où lorsque tu travailles, l’argent est pour toi,
    Tu peux même t’acheter des chemises de soie.

    Il parait qu’il y a des tas de cinémas
    Où tu peux regarder les films de ton choix.
    A l’Ouest, les juges osent rendre la Loi,
    Et les policiers font respecter les Droits.

    Loin de cet archipel,
    Et loin de cette mine ;
    Où l’on ne récite pas :
    Je vous salue, Staline.

    On rêve à ce monde qui existe là-bas,
    Ce paradis que l’on ne verra pas.

  • Cabestan - Tempête pour sortir

    podcast
    Débarque-pas ton sac, on va pas lézarder
    C’est pas encore demain qu’on ira s'reposer
    Tempête pour sortir et t’en chie pour rentrer
    La mer, c’est ton métier


    Repartir encore pour une autre marée
    On prendra des risques, on est bien obligés
    Y’a les gosses à nourrir, le bateau à payer
    Le crédit, les intérêts

    R

    Le prix du poisson multiplié 5 fois
    C’est pas le pêcheur qu’en profite, ma foi
    Quand t’auras payé l’rôle à ces culs de banquiers
    T’as tout juste de quoi bouffer

    R

    Y’en a qui s’engraissent sur le dos du pêcheur
    Qu’ils soient banquiers, grossistes, poissonniers, mareyeurs
    Ceux-là vont pas en mer, y sont pas fatigués
    De compter les billets

    R

    Ce foutu plan Mellic a pris ton vieux bateau
    Afin que le banquier t’en finance un plus gros
    T’as plus l’droit à l’erreur, maintenant faut payer


    Tu n’peux plus t’rrêter

    R

    Un vent souffle de Bretagne qui revient de la mer
    Un grand coup de tabac, force 9 de colère
    Costumés de Bruxelles, culs-de-plomb, fonctionnaires
    On n’se laissera pas faire

    R

     

  • Culture de Normandie: Le Roman de Rollon de Wace

    Dans son Roman de Rou, c'est-à-dire Rollon, Wace a voulu faire l'histoire de l'installation des Vikings dans une partie de la Neustrie, et retracer la vie, passablement romancée.  

    Le texte est en français actuel pour plus de compréhension.

     

     

    Quand Rollon arriva à Rouen

    Amenant des hommes du nord,

    ceux-ci furent appelés Normands

    parce qu'ils étaient nés dans le nord

     

    ailleurs il s'explique

     

    Man en anglais et en norrois

    signigie « homme » en français

    mettez ensemble nord et man

    et ensemble dites Normand:

    c'est « homme du nord »

    en français,

    et c'est de là qu'est venu

    le nom des Normands.

    On appelle habituellement

    Normands

    ceux qui sont nés dans les

    régions d'où souffle le vent du nord;

    et la Normandie a reçu ce nom

    à cause des Normands

    qui l'ont peuplée.

    Elle s'appelait la Neustrie

    au temps où elles appartenait

    aux Français

  • Traditions de Normandie: Mangeailles et compagnie

    D'après un récit de 1846


    Le jour de l'Épiphanie, lorsqu'on s'apprête à manger le gâteau des Rois, un enfant se glisse sous la table. On lui crie alors phoebe Domine, pour qui la part ? Il répond d'abord : pour le bon Dieu, et ensuite pour tel ou tel. On donne la part de Dieu au premier pauvre qui se présente, et s'il y a un membre de la famille absent, on garde soigneusement sa part dans une armoire. S'il se porte bien, le gâteau demeure sain, et s'il meurt, il se gâte tout à fait. Celui qui a la fève est le roi de la fête. Aux Saturnales, les Romains tiraient aussi au sort, avec des fèves, pour se donner un roi dans la solennité du banquet.

    Un morceau de pain qui a été béni à chacune des trois fêtes de Noël préserve de l'orage et des chiens enragés ;

    Mais si l'on donne de ce pain à ceux qui ne le sont pas, ils le deviennent aussitôt. Le pain bénit de Pâques garantit des sorciers. Les sorciers sont très communs en Normandie, et l'on pense qu'ils se trouvent principalement parmi les bergers.
    Quoique le vendredi passe pour un jour funeste, il ne faut pas cependant mettre de l'eau dans le cidre un autre jour que celui-là ; car la liqueur deviendrait aigre.

    Lorsqu'on mange des harengs, on jette la laite au plancher : si elle s'y attache, c'est qu'on aura un habit neuf à Pâques ; dans le cas contraire on n'aura rien. C'est aussi un excellent moyen pour savoir si l'on réussira dans une affaire.


    Les laitières se servent d'un vase d'airain pour traire les vaches lorsqu'elles arrivent d'une foire. Ce métal les préserve des sortilèges, et a la propriété d'attirer une plus grande quantité de lait.

    Lorsqu'on doit porter le lait à la ville, ou bien lorsqu'on veut le donner à des voisins, on a soin de mettre dessus un peu de sel, pour détruire les sorts que l'on voudrait jeter sur les animaux qui l'ont fourni. Pour éviter ces sorts, on suspend aussi un petit sac rempli de sel à la corne de la vache ; et pour lever ceux qui ont été donnés, on mène la vache à une foire, ou bien on a recours à un sorcier.



    Couper la galette faite à la fouée empêche le pain de cuire ; il faut la rompre.

    Un homme damné mange après sa mort le suaire qui lui couvre le visage, et ce malheureux pousse dans la tombe des cris sourds et effrayants.

    On conserve les glanes de la moisson jusqu'à l'année suivante. On conserve également, pendant une année, les couronnes de la Saint-Jean et le morceau de gâteau des Rois.



    Dans les repas des gens de la campagne, lorsqu'il y a une oie, on lui coupe d'abord le croupion, et l'on fait à celui-ci trois pieds avec des petits morceaux de bois. Ensuite, on le bannit, c'est-à-dire que celui qui boit sans discontinuer le plus grand nombre de verres de cidre, l'obtient.



    Il est défendu de manger des oeufs le vendredi et le samedi de la semaine sainte, car presque toujours ils renferment des crapauds ces jours-là.


    Dans l'Orne, on nomme Trefouet la bûche de Noël, on répand dessus de l'eau bénite, elle doit durer les trois jours de la fête, et l'on conserve ce qui reste pour le mettre au feu lorsqu'il tonne. Ce tison préserve à la fois du tonnerre et des sorciers.