Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

correspondance

  • Culture de Normandie:Extrait d'une lettre de de Maupassant à Flaubert

    « Quand on en approche, on aperçoit dessous l'aiguille d'Etretat qui se trouve à 500 ou 600 mètres plus loin contre la porte d'Aval. Il faudrait que Bouvard tombât sur le varech glissant pour laisser à P. le temps de gagner la porte d'Aval sous laquelle on peut aussi passer à mer basse en enjambant de rocher en rocher, parfois en sautant, car il y a presque toujours de l'eau sous cette porte, ce qui ferait reculer Bouvard, lorsqu'il arriverait naturellement à vouloir passer par là.

     

    La petite baie formée entre les deux portes a cela de particulier qu'on aperçoit vers le milieu une sorte de demi-entonnoir gazonné, où serpente un sentier très rapide, qu'on appelle la Valleuse de Jambour. Bouvard épouvante par l'eau sous la porte d'Aval, et ne pouvant enjamber comme P. de rocher en rocher, au risque de se noyer dans les intervalles qui sont très profonds, retournerait sur ses pas et apercevrait la valleuse.

     

    Voici l'aspect de cette valleuse. J'indique l'herbe par les petits traits et le sentier par la ligne noire. On monte d'abord sur un reste d'éboulement qui mène au pied de la falaise, puis le sentier la longe de A à B, et devient ensuite très rapide, très glissant, avec des pierres qui roulent sous les pieds et les mains, et se termine par de brusques zigs-zags.

    Les gens craintifs se cramponnent aux herbes.

     

    (Cette valleuse, praticable même aux femmes hardies jusqu'à cette année, n'est plus accessible aujourd'hui qu'aux hommes très souples et très accoutumés aux falaises; on doit la réparer)

     

    Autrefois une corde attaché au rocher, allait jusqu'au bas de la descente. Une fois en haut, on aperçoit Etretat, et on y arrive par une descente douce sur l'herbe, de un kilomètre environ. Il y a dans le haut de cette butte en terre on s'y réfugie, par crainte du rhume, après avoir gravi le sentier.

     

    Extrait d'une lettre de Guy de Maupassant à Gustave Flaubert le 3 novembre 1877.