Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

comte de bagneux

  • Le Château du Repas dans l'Orne

    La commune du Repas fut rattachée à celle de Chênedouit en 1822.

     

    Son imposant château affirme un caractère quelque peu austère.

     

    « C'est une transition entre le style Renaissance et le style Louis XIII. C'est également une transition entre le château fort et la demeure de plaisance, sorte de maison forte destinée à se préserver des bandes de pillards qui, à cette époque, parcouraient les campagnes.» c'est que disait en 1938, le Comte de Bagneux, châtelain du château.

     

    Entièrement bâti en granit, ce château est protégé par une ceinture de douves qu'enjambe un pont-levis. Quatre échauguettes, à toits en forme de cloche, surveillent les angles de cet îlot de défense. Le château entoure sur trois de ses côtés une cour d'honneur presque carrée.

     

    En face de l'entrée, le corps principal est tourné vers le midi et il est couvert de hauts combles. Une tour ronde, surmontée d'un lanterneau, se greffe au centre de la façade arrière. Construites perpendiculairement à ce logis, deux ailes latérales relient deux pavillons trapus. Chacune d'elles compose, au niveau inférieur, une élégante galerie ouverte sur la cour.

     

    À la fin du XIV ème siècle le domaine du Repas appartenait à Jean de Sarceaux. Il passa au milieu du siècle suivant suite à un mariage à Michel Le Verrier de La Conterie.

     

    Les armes des Le Verrier de la Conterie étaient « d'argent à la hure de sable, armée d'argent ». il s'agit d'armes parlantes car verrier à la même étymologie que verrat (verres en latin).

     

    Son deuxième fils, Jean Le Verrier de La Conterie, était gouverneur du château de Falaise.

     

    En 1554, le domaine passe dans les mains de Samson Sallet. Ses armes étaient « deux roses de gueules posées n chef et au couer de même posé en pointe »

     

    Son fils, Baptiste Sallet était conseiller au Présidial de Caen et serait le bâtisseur du château actuel.

     

    Son petit-fils, Nicolas Sallet, fut gentilhomme ordinaire de la Chambre de Louis XIII.

     

    Le domaine du Repas passa par alliance aux de La Cour ou Delacour. En 1705, il entra dans la famille de Cheux par l'union de Marguerite Delacour avec Gabriel de Cheux.

     

    En 1884, le domaine passe dans les mains de Georges de Banville.

     

    En 1905, Le comte Guy de Bagneux acquit le château et le domaine et entreprit une restauration sérieuse du château, lui épargnant une ruine imminente.