Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

comte d'evreux

  • Les armoiries des artisans Ebroïciens

    source: L'Armorial d'Hozier. 

     

    Bonnetiers et chapeliers: d'argent à trois formes de chapeaux de sable, deux et un.

     

    Merciers, épiciers, chandeliers et apothicaires: de gueules à trois balances d'argent, deux et un.

     

    Mercies, joailliers, manchonniers et gantiers: d'azur à une balance d'or, accompagnée en pointe d'un gant d'argent posé en pal.

     

    Maçons et charrons: parti au 1er d'azur, à une truelle d'argent, et au 2ème d'or, à deux roues de gueules l'une sur l'autre.

     

    Cordonniers et carreleurs: de gueules à un couteau à pied d'argent.

     

    Menuisiers et sabotiers: d'azur à un rabot d'or posé en fasce.

     

    Monniers: D'azur à un Saint Martin vêtu pontificalement en évêque crossé et mitré d'or, tenant en sa main dextre un moulin à vent d'argent.

     

    Tailleurs d'habits et courroyeurs: parti au 1er d'azur à des ciseaux d'or ouverts en sautoir; au 2ème, de sable à un couteau d'argent posé en pal.

     

    Boulangers: de sable à 2 pelles de four d'argent passées en sauoir, et chargées chacune de 3 pains de gueules.

     

    Serruriers, vitriers et éguilletiers: d'or à une fasce losangée d'argent et d'azur, accompagnée de 2 marteaux de sable, l'un en chef et l'autre en pointe.

     

    Toiliers: d'azur à 3 fasces d'argent.

     

    Estaimiers: d'azur à une Notre-Dame d'argent.

     

    Selliers, hastiers et cordiers: d'argent à un collier de cheval de gueules, accompagné en chef d'un marteau de sable à dextre, et d'un paquet de cordes de gueules à senestre.

     

    Pâtissiers, rôtissieurs et orlogeurs: de gueules à 3 roues d'or, deux et une.

  • Histoire de Normandie: Charles de Navarre

    Né sur les bords de l'Iton en 1332 et mort à Pampelune en 1387. Charles II, comte d'Evreux et roi de Navarre, est incontestablement l'ébroïcien le plus célèbre.

     

    Descendant de Saint-Louis, il est lié aussi étroitement aux premiers Valois qu'aux derniers capétiens directs puisqu'en 1324, sa tante Jeanne d'Evreux s'unit à Charles IV le Bel, et qu'en 1349, sa sœur Blanche de Navarre devient la femme de Philippe VI de Valois.

     

    Lui-même, en 1351, épouse la fille du roi de France Jean le Bon. Comme il aimait à le dire, il était «des fleurs de lis de tous côtés.»

     

    Autant favorisé par la nature que par la naissance, car il était séduisant et doué d'un esprit subtil qui le faisait apprécier à la fois des grands et du petit peuple, il nourrit des espoirs et des ambitions à la mesure de son talent et de ses titres en réagissant vivement contre une grave injustice qui le prive d'une notable partie de ses droits. Il ressent en effet comme une véritable iniquité le coup de force accompli en 1316 par Philippe V le Long et qui eut pour résultat d'écarter du trône de France, sa mère Jeanne II de Navarre, fille de Louis X le Hutin.

    Lire la suite