Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

colombiers

  • Paysage de Normandie:Les colombiers en Normandie

    Figure familière de la campagne normande et notamment du Pays de Caux, le colombier a fortement marqué l'architecture rurale du Moyen-Âge jusqu'à la Révolution de 1789 qui abolira le droit d'en posséder un. En Normandie, sa possession était l'apanage d'un propriétaire de fief, un signe de pouvoir et de richesse ce qui explique la qualité architecturale des bâtiments, qui faisait écho ou surpassait celle des logis, gentilhommières, manoirs ou châteaux.

    A l'écart d'une ferme, sur le côté d'un château, dans la cour masure du manoir, le colombier avait une fonction avant tout utilitaire et productive: les pigeons, dont le nombre n'était pas limité, étaient très appréciés pour leur viande et la colombine était un excellent engrais qu'on donnait en dot aux filles à marier.

    Le colombier comprenait en général deux étages, le rez-de-chaussée servant de cave. Le premier comportait des trous de boulin aménagés en terre maçonnée contre les murs ou accrochés à de petits taquets de bois pris dans la maçonnerie. Au centre du colombier, une potence pivotante portait une échelle sur laquelle on pouvait monter visiter chaque nid.

    La beauté de ces colombiers, de pierre ou de brique, réside d'abord dans leur forme essentiellement circulaire ou hexagonale ou octogonale, mais surtout dans la richesse de leur décoration, le bardage extérieur étant le plus souvent une superbe mosaïque de couleurs, véritable œuvre d'art, où les jeux combinés de la brique, du silex blanc ou noir et du grès, ont permis de réaliser des formes géométrique ou des frises superbes: damiers, losanges, bandeaux alternatifs, etc...

    Le toit conique cache parfois des merveilles de charpente, est le plus souvent couvert de tuiles plates, d'ardoises et plus rarement de chaume. Il comporte une ou deux fenêtres d'envol, lucarnes ou lanternons. Au sommet des épis de faîtage en zinc, en plomb ou en terre vernissé, représente fréquemment une girouette ou un pigeon, les ailes déployées ou non.