Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

circuit

  • Circuit Châteaux et abbayes du Pays de Caux

    Le Pays de Caux ne doit pas son nom à son sous-sol mais aux Calètes, tribu celte qui occupait ce territoire avant la période romaine. C'est un plateau légèrement ondulé, entrecoupé de vallées qui s'interrompt brutalement par de hautes falaise du côté de la mer.

     

    L'habitat rural cauchois est original: maisons d'habitations et bâtiments agricoles sont dispersés dans une prairie plantée de pommiers et entourée de Fossés souvent plantés de hêtres protégeant le clos-masure des vents de la mer et y créant un microclimat.

    Le paysage est ainsi ponctué de taches de bocages qui en atténuent la monotonie.

     

    Les bâtiments sont à pans de bois ou en brique. En revanche, les églises sont en pierre; dans le Bec-de-Caux, elles sont souvent de style Roman. Les nombreux châteaux constuits à partir de la fin du XVI ème siècle, par les parlementaires et les riches bourgeois de Rouen, de Dieppe et du Havre sont en brique et pierre, matériaux auxquels s'ajoutent parfois de silex taillés.

     

     

    Lillebonne: Capitale des Calètes, Lillebonne a conservé trois monuments d'époques différentes: un théâtre-amphithéâtre du Ier siècle, les vestiges d'un château construit durant le Duché de Normandie indépendant et une église de style gothique flamboyant des XV ème et XVI ème siècles.

    Sur la route de Bolbec, se dressent les bâtiments conventuels de l'abbaye cistercienne du Valasse, fondée par l'impératrice Matilde. Derrière les belles façades classiques du XVIII ème siècle se cachent encore des salles du XII ème siècle.

     

    Gommerville: Le château de Fillières s'élève au milieu d'un parc dont les avenues de hêtres sont célèbres. L'édifice est un bel exemple de l'architecture de la fin du XVIII ème siècle. Son avant-corps, décoré de pilastres et d'un fronton triangulaire sculpté, se serait trouvé au centre de la façade si la construction du château n'avait pas été interrompue par la Révolution de 1789.

     

    Cuverville: Le château, édifice assez simple de la fin du XVIII ème siècle, doit sa célébrité, à André Gide, qui repose au côté de sa famme, Madeleine Rondeaux, dans le cimetière du village. La propriété a servi de cadre au roman, La Porte étroite. Il a écrit aussi une grande partie de son Journal

     

    Angerville: le château, qui se dresse au milieu d'un grand parc planté d'arbres centenaire a été élevé au XVI ème siècle, par Bertrand Bailleul. Ce petit chef d'oeuvre est de la Seconde Renaissance. Il forme un carré flanqué aux angles de quatre gros pavillons tenant lieu de touts; deux autres plus étroits et coiffés de dômes à lanternons se détachent au milieu des façades latérales. Celles-ci n'ont pour toutdécor que les charmantes baies géminées ouvrant sur une loggia. En revanche, les façades principales présentent une travée centrale ornée de trois ordres superposés de colonnes cannelées.

     

    Daubeuf-Serville: Une magnifique avenue plantée de tilleuls, précédée d'un joli portail de style Louis XIII, donne accès à la cour d'honneur d'un petit château caractéristique de l'architecture en brique et pierre du XVII ème siècle. Cette charmante demeure, construite en 1629 par Charles-Albert d'Aubert, appartient aujourd'hui à l'un de ses descendants.

     

    Valmont: Du XI ème au XVI ème siècle, le château appartint à la famille d'Estouteville, l'une des plus puissantes de la Normandie médiévale. Il est situé sur la pente de l'une des collines boisées bordant la vallée de la petite rivière qui porte le même nom que le bourg. Le donjon construit par Robert II d'Estouteville, mort en 1106, se dresse encore à l'extrémité septentrionale du château. Le bâtiment en brique et pierre qui lui est attenant a été élevé juste après la Guerre de Cent-Ans. Il a été complété par un logis de style Renaissance achevé en 1550, qui a été modifié au XIX ème siècle mais il a conservé de jolies lucarnes sculptées.

     

    Cany-Barville: La Durdent alimente les douves d'un château de style Classique construit entre 1640 et 1646, dont les plans sont parfois attribués à François Mansart. Le grand corps de logis central est flanqué d'ailes en retour d'équerre plus élevées et couvertes de toits indépendants. Les fenêtres du rez-de-chaussée et de l'étage sont surmontées de frontons triangulaires ou cintrés. Point de décor sculpté, la polycrhomie des matériaux (briques, crépis de maçonnerie et pierre) anime seule ces belles façades.

     

    Tourvilles-sur-Arques: Deux grands hommes ont marqué l'histoire du château de Miromesnil: le marquis Hue de Miromesnil, garde des sceaux de 1774 à 1787, y est mort en 1796. Guy de Maupassant y a passé les trois premières années de sa vie. La façade septentrionale du château est rytmée par de magnifiques pilastres colossaux ioniques que surmonte un entablement orné de guirlandes végétales et d'urnes en pierre.