Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chouans normand

  • Histoire de Normandie:Sur les pas des « chouans »

    Sur les pas des « chouans » de Normandie

    Les itinéraires suivants, qui sont pris dans le Bocage, peuvent donner une idée d'un «pays» alors plus boisé et sauvage que parcouraient les Chouans, et ils offrent quelques « traces », par les petites villes , bourgs et hameaux, les manoirs ou les châteaux, les églises et les croix..., de cette guerre paysanne.

    1er Itinéraire

    A partir de Flers ...

    Flers


    Cette forte paroisse rurale et la cinquantaine de ses « villages » comptant 440 feux (quelque 2300 habitants) était au centre du Bocage insurgé. A maintes reprises, le château fut le quartier général de Louis de frotté et un lieu de rassemblement pour les chouans.


    La légion de Flers est de toutes les « affaires », ou à peu près, formé par les compagnies de Chanu, de Flers, La Chapelle-Biche, Landisacq, La Lande-Patry, Cerisi, Fresnes, St Bômer-les-Forges, La Ferrière-aux- Etangs.

    Elle sera commandé par des officiers de valeur et intrépides. Dans la première guerre: Marguerie (« Griffon »), ex-gendarme du Roi, bientôt adjudant-général, puis Morel, ancien officier de Marine. Morel est tuée dans la sanglante affaire de Chanu le 9 mai 1796.

    Dans la seconde guerre: La Pivardière. Après le combat de la Fosse, le 3 novembre 1799, surpris dans une ferme La Pivardière, jambe cassée, est achevé sur Place, puis Commargue pris sa suite.

    Les audacieux Boisroussel, de St Bômer les Forges, ancien garde du corps, émigré rentré en 1797, et Lair du Bois, de La Ferrière- aux Etangs, jeune chevalier de la Couronne en 1795, commandent en second et en troisième dans la deuxième Guerre.


    Château de Flers: la chambre dite chambre de Louis de Frotté, souvenir de la Chouannerie, musée du Bocage.

    Landisacq

    Frotté y est cantonné le 2 février 1796. Il ne réussit point, faute de coordination entre l'avant-garde de Michelot et le gros des Chouans, à attirer dans une embuscade trois cents Bleus.

    Cerisi-Belle-Etoile

    Cette abbaye des Prémontrés compte seulement, en 1789, neuf religieux, plus 5 religieux qui sont détachés dans les paroisses. En mai 1791, l'abbaye, les terres et les dépendances « Bien National » sont vendues aux enchères publiques quarante-quatre mille livres à deux bourgeois des environs.

    Les abords de l'abbaye et les bois surplombant le territoire de la commune étaient une retraites des Chouand.


    Billard, grièvement blessé au combat de Montsecret, le 4 août 1799, est porté à la Sellerie, commune dépendant de Cerisi, dans le fenil d'une maison vide, puis dans une autre maison plus « pratique ». Le 6 septembre, son frère qui venait le voir, est surpris par les Bleus de Condé sur Noireau, il dormait de fatigue; mais les Bleus ne trouvent point la cache. Ils fusillent le jeune Chouan dans le cimetière de Cerisi, au pied de la croix.


    Eglise XVIIIème et clocher-porche du XVIème siècle: viennent de l'Abbaye des Prémontrés, la Pieta du XVIIème siècle de l'autel latéral nord, le grand crucifix en chêne du XVIIème, la croix du cimetière de 1705.


    Monsecret


    « Affaire » du 12 mars 1795: Michelot, avec une cinquantaine de Choauns, attaque Monsecret. Les Chouans coupaient la route vers Tinchebray, à une lieue, et les Bleus n'ont pas pu intervenir; « Affaire » du 4 août 1799: les « patauds » et un détachement de la colonne mobile de Tinchebray sont attaqués par Billar.


    Eglise: clocher-porche du XVIIIème siècle.


    Moncy

    Le 13 avril 1796, les abbés Vallé et Dumont, prêtres réfractaire au serment à la république, sont fusillés contre l'église, puis accroché à un clou sur l'if du cimetière.

    Vassi

    Septembre 1792, pillage du château, enlèvement des grilles qui doivent donner des piques républicaines.

    Le château sera un lieu de rassemblement des Chouans.

    Le 19 septembre 1795, cent cinquante Chouans occupent Vassi d'où les Bleus et la garde nationale disparraissent.

    Le 19 mars 1796 au soir, les Bleus entrent dans Vassi, logent dans l'église, pillent les habitations du villages, sans rencontrer les Chouans.

    Le 7 avril 1796, Mandat (officier chouan), surprend le château de nuit, où sont les Bleus avec leurs réquisitions et leurs butins du au pillage.


    Le 28 novembre 1799, Michelot (officier chouan) s'empare d'une centaine de fusil, munitions et caisse publique et crée un point de résistance contre les troupes républicaines.


    La Lande-Patry


    L'abbé Jean-Baptiste Lechevrel, originaire de La lande, est arrêté au Tremblay, village dépendant de La Lande, le 4 décembre 1793, il est guillotiné à Alençon, le 25 décembre.

    Le 2 mars 1796, les Bleus d'une compagnie de Ligne stationnée à la Carneille et les Chouans moins nombreux, se battent dans le cimetière; le clocher et les ifs servent de point d'appui. Le commandant des Bleus et Louis de Frotté sont blessés.

    L'avantage reste aux Chouans pourtant moins nombreux mais connaissant mieux le terrain.

    Le lendemain le curé réfractaire de La Lande, l'abbé Tabler surpris à Landisacq, est emmené à Tinchebray; il sera fusillé le 4 mars, sur la route de Domfront, au village de Préaux. Trente paroissiens de La Lande viennent récupéré son corps au cimetière de Chanu, où il a été déposé par les républicains.

    L'abbé Malherbe, prêtre obitier de La Lande, malade est poussé jusqu'à Landisacq, et tué le 6 mai 1796; sa soeur ramène son corps à La Lande.

    Eglise

    Tombeau des prêtres Tablet et Malherbe, croix du cimetière de 1705.

    A l'intérieur de l'église, vitraux de Jean Chaudeurge à la mémoire des prêtres de La Lande mort sout les coups des républicains.


    Au Bois-Maillard: maison natale du régicide Bertrand Lhosdinière