Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chouan normand

  • Personnages de Normandie: Destouches, chouan normand

    le 18 mai 1858 meurt à l'asile d'aliénés du Bon-Sauveur de Caen, où il est interné depuis trente-deux ans, Jacques Destouches, celui-là même qu'a immortalisé Barbey d'Aurevilly dans son roman flamboyant, le Chevalier Des Touches.


    Destouches est né à Granville le 9 février 1780. Quand survient la Révolution de 1789, son père embrasse le parti de la chouannerie. Le fils suit le père, au point d'être arrêté en 1798 et condamné à mort. Libéré par un commando chouan, Destouches disparaît.


    On le retrouve à Londres, puis à Jersey où il projette d'attaquer Granville, estimant certainement que le nouvel ordre napoléonien ne vaut pas mieux que le régime révolutionnaire. Entre 1805 et 1809, il s'agite beaucoup à Londres, jusqu'à poser aux autorités britanniques la question de sa santé mentale. Il est finalement interné comme incurable à l'Hospice d'aliénés de Bedlam à Londres.


    Après plusieurs évasions, il revient en France où sa famille essaie de le prendre en charge. Hélas! Destouches est incurablement dément. Il est placé en 1826 au Bon Sauveur de Caen et n'en sortira plus.


    En 1856, Barbey d'Aurevilly a voulu voir Jacques Destouches. Son roman « Le Chevalier Destouches »est sorti en 1864. Dans un style à la fois réaliste et romantique, il brosse en quelques lignes le portrait de ce héros déchu, vêtu comme un matelot, au physique encore solide en dépit de ses soixante-seize ans mais à la tête à jamais aliénée. Perdu sur son banc de pierre et en proie aux démons de son passé.