Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

charités

  • Tradition de Normandie: Charités et Charitons

    Plusieurs églises du Pays d'Ouche conservent et exposent dans les trésor des bâtons et des lanternes de « Charitons ».

     

    A croire que ces confréries séculaires ont complètement disparu. Les pèlerinages de Pentecôte à Bernay et à Préaux-en-Auge tendent pourtant à prouver le contraire.

     

    Ces « Charités » ne sont pas que la survivance d'un folklore coloré. Les confréries religieuses sont encore vivantes dont les plus anciennes celles d'Orbec, de Broglie, de Lisieux s'érigèrent peu après les « angoisses de l'an Mil ».

     

    Les « frères de la Charité » pratiquent la charité suprême de prier pour les morts en les conduisant à leur dernière demeure. Cette mission, leurs aînés l'ont accomplie au travers des conflits meurtriers et de redoutable épidémies. Leur cortège est précédé du «tintenellier » en dalmatique, dont les clochettes avertissaient les passants de fuir la contagion.

     

    Chaque Charité a sa croix, sa bannière, ses torches, son maître et ses douze frères portant le « chaperon », ornement de velours brodé, porté en sautoir, sur lequel s'étalent les ailes du rabat de lin blanc.

     

    Outre les enterrements, les Charités participent au service de l'autel. Et ces confréries, venues du fond des temps persistent dans leur volonté de maintenir leurs traditions et de « servir » pendant des siècles encore.