Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chanter

  • chanter en toute occasion: un héritage de nos aieux

    Aujourd'hui, il est inutile de chanter, il suffit de fredonner et de se trémousser. Pas besoin de mémoire si tout est gravé sur CD, aucun intérêt à comprendre les paroles, bien souvent en anglais, c'est ainsi lorsque tout est commerce et variété.

    Et pourtant, à l'ouverture d'un carnet de chants, on découvre alors la véritable variété : celle des occasions de chanter, celle des émotions, celle des thèmes évoqués. Ainsi, il est des circonstances pour chanter et des chants pour chaque circonstance. Car les chants possèdent leur propre intelligence qu'il faut savoir respecter pour que leur beauté et leur force ne soient pas altérées.

    Qu'elle soit à boire, à danser ou à jouer, de marche ou de veillée, funèbre ou guerrière, la chanson n'est jamais neutre elle a un sens. Le chant est encore discipline du corps et de l'esprit, qui exprime avec pertinence le caractère singulier d'un peuple. Un peuple qui néglige, oublie son patrimoine choral et qui se contente du répertoire de ses voisins perd son âme. Utilisant la langue, les styles, les expressions d'un autre, il n'est plus lui-même, il est mentalement colonisé et culturellement mort. Une des plus belles façons d'affirmer son identité reste d'entonner une chanson, d'entendre les voix se mêler et s'unir dans un même élan.

    A travers le chant de tradition, celui qui se transmet de génération en génération, c'est le peuple qui parle. Les chants lient entre eux ceux qui les chantent et avivent la mémoire des ancêtres. Le chant est un lien communautaire. Alors, qu'il s'agisse de conter les hauts faits des guerriers ou les amourettes de Jeannette, -la terre des nobles aïeux ou la dive bouteille, les comptines enfantines ou l'or de l'aurore répondant à l'or du couchant, il faut sans relâche et avec fierté : CHANTER !