Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chant marin

  • Culture de Normandie: chant " C'est à Cherbourg"

    C’est à Cherbourg en vérité
    Qu’un beau bâtiment est arrivé.
    Trois jeunes demoiselles en s’y promenant
    Elles ont voulu voir ce beau bâtiment.

    Par ma foi je donnerais bien cent sous
    Pour passer la nuit avec vous.

    Entrez mesdames dans mon bateau
    Vous y boirez du vin nouveau.
    La plus jeune avait bien le pied léger
    Sur le bâtiment elle est vite montée.

    Elle ne fut sitôt dedans
    Que le beau galant mit voile au vent.
    La belle s’est mise à sangloter
    Le marin la ramène à quai.

    Beau batelier, beau batelier
    Je suis la fille d’un officier.
    Quand même vous seriez la fille du roi
    Vous y passerez la nuit avec moi.

  • Culture de Normandie: La goëlette du Cotentin

    source: le groupe Marinade, groupe de musique normand qui défend la culture normande
    podcast

  • Culture de Normandie: L'hotesse et le marchand d'hommes

    Le Havre, grand port de commerce qui fut aussi un grand port baleinier, était célèbre pour ses hôtesses chez qui les marins pouvaient trouver tout le nécessaire à leur agrément à terre. Une fois l'argent épuisé, en général assez vite, entraient en scène les marchands d'hommes chargés de trouver de nouveaux embarquements; parmi ces intermédiaires peu scrupuleux, le Phalu de la chanson semblait tenir le pompon. Chanson publiée par Charles Le Goffic à la fin du 19ème siècle.

     

    Quand le marin arrive de voyage
    De son argent voici l'usage
    Le brouettier dans l'avant-port
    C'est le premier qui monte à bord
    Vous le voyez avec sa plaque
    Disant "j'enlèverai votre sac
    Moyennant une forte commission
    J'enlèverai tout votre baluchon".

    Une fois au bassin de l'heure
    Il vous arrive cinq ou six tailleurs
    C'est pour vous vendre du mauvais drap
    C'est à celui qui vous aura.
    Le cordonnier et sa chaussure
    Garantie pour la couture
    A peine la semmelle clouée
    Que les souliers sont défoncés

    C'est maintenant au tour du pisteur
    Avec son air de bonne humeur
    Il vous dit "pour cinquante sous
    Vous serez bien logé chez nous
    Vous s'rez content je vous assure
    De votre argent de nourriture
    Et vous serez très bien logé
    Dans une belle chambre au premier".

    Et enfin arrive l'hotesse,
    Auprès de vous elle s'empresse
    Elle vous dit, très poliment
    "Marin veux-tu du bel argent".
    Elle vous invite à prendre un verre
    Soit le vermouth ou le bitter
    Mais faut vous persuader
    Qu'c'est le marin qui paye la tournée.

    Au bout d'cinq à six jours de noces
    Auprès de vous l'hotesse s'approche
    Elle vous dit "faut trouver Phalu
    Pour voir s'il n'a rien en vue".
    Phalu vous dit "J'ai votre affaire,
    soit pour la Chine ou Buenos Air".
    Il faut encore casquer cinq francs
    Pour trouver un embarquement.

    Quand le marin arrive de voyage
    De son argent voici l'usage
    De l'arrivée jusqu'au départ
    C'est une bande de salopards
    Grand Dieu que tout cela finisse
    Et que le diable tous les bénisse
    Qu'il les dans le même panier
    Ainsi que les bonnes de café.

  • Chant tradi- La chanson fatale



    La vie est courte, la mer est grande
    Vois tu ma mie on s'fera guerre
    J'suis pas un matelot à la manque
    Y'a des calmes plats sur la mer
    Faut les subir

    La vie si courte, la mer si grande
    Ça t'fait paraître tu n'aimes que moi
    Si tu l'aimais un peu la mer
    Tu dirais, "va, faut la subir"

    Il faudra bien subir la mort
    Comme ton amour pour moi, ma mie

    La vie si courte, la mer si grande
    Vois tu ma mie, faut les subir

    Et la tempête, les calmes plats,
    Et le retard et la distance
    Et le roc noir, la mer qui souffre
    Ou mon bateau s'engloutira
    Ou les subir

    Et notre amour et ton attente
    Et notre amour qui te viendra

  • Culture de Normandie: chant "La petite Polletaise"

    Le Pollet est un quartier de la ville de Dieppe


    chant à haler

    La oula ouli oula oula tchalez (bis)
    C'est la p'tit' Pole'tais'
    Rabébibéblo
    Qui sera bien ais'
    Rabébibéblo
    Qui sera bien aise
    De vous rencontrer.



    Va sur la falaise…
    Passer la nuitée

    Pour y voir Jean Blaise
    Toute la soirée

    Ma femme prend ses aises
    Dessus le grand quai

    Avec les anglaises
    J'irai de mon côté

    Avec la petite Polletaise
    C'est pour l'embrasser

  • Chant tradi- J'étions trois matelots du roi

    J'étions trois matelots du roi (bis)
    Embarqués sur le Saint-François.
    Monti monta tralalire
    Monti monta, tra la la.



    Pour aller de Belle-Île à Groix.
    Du nord, le vent vint à souffler.
    Beau matelot, il faut monter.
    En haut serrer les perroquets,
    Et prendre trois ris aux huniers.
    Beau matelot mont' le premier.
    Sur l'empointur' de s'étaler.
    Mais l'marche-pied, il a cassé,
    A l'eau, beau mat'lot est tombé.
    On n'a sauvé que son chapeau,
    Son garde-pipes et ses sabots.

  • Chant tradi- Quand je suis parti de La Rochelle


    podcast

  • Culture de Normandie: chant marin "Au port de Dieppe"

    Au port de Dieppe est arrivé
    Au bras tribord arrière
    Au port de Dieppe est arrivé
    Au bras tribord arrière
    Un beau trois mâts trois mâts carré
    Brassons bien partout carré
    Nous partons vent arrière
    Brassons bien partout carré
    Nous partons vent arrière.

    Au quai Duquenne est amarré
    Le beau trois mâts chargé de blé.

    Les belles dieppoises vont l’visiter
    Joli marin combien ton blé ?

    Pour vous la belle c’est à gagner
    Par trois nuits de partie carrée.

    Joli marin gentil gabier
    J’connais pas la partie carrée.

    Embarquez belle, j’vous l’apprendrai
    La plus jeune a le pied léger

    Dedans la barque elle a sauté
    Pour apprendre la partie carrée.

  • Culture de Normandie: Chant marin "Virginie, les larmes aux yeux"

    Chanson traditionnelle de Normandie, Virginie était fréquemment entonnée par les pêcheurs de Fécamp sur l’air du cantique des marins chanté lors des offices célébrés à la chapelle Notre-Dame du Salut qui précédaient leur départ pour la pêche à la morue au large des côtes de Terre-Neuve.
    I.

    Virginie les larmes aux yeux
    Je viens te faire mes adieux
    Nous partons pour le Mexique
    Nous mettons nos voiles au vent
    Adieu belle Virginie
    Nous partons droit comme le vent.

    II.

    Cher amant, beau matelot
    Tu vas t’éloigner sur l’eau
    Il viendra une tempête
    De la pluie ou de l’orage
    Brisera ton équipage
    Et moi j’n’aurai plus d’amant.

    III.

    Virginie point de danger
    Je sais fort bien naviguer
    Je connais mon pilotage
    Je sais conduire mon vaisseau
    Je ne crains pas le naufrage
    Le temps qu’ je serai sur l’eau.

    IV.

    Virginie à mon retour
    J’accomplirons nos amours
    Je reviendrai ma mignonne
    Je reviendrai au pays
    Nous nous marierons ensemble
    Mon aimable Virginie.

  • Chant Marin- Le Corsaire, le Grand Coureur