Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chant de marins

  • Culture de Normandie: chant " C'est à Cherbourg"

    C’est à Cherbourg en vérité
    Qu’un beau bâtiment est arrivé.
    Trois jeunes demoiselles en s’y promenant
    Elles ont voulu voir ce beau bâtiment.

    Par ma foi je donnerais bien cent sous
    Pour passer la nuit avec vous.

    Entrez mesdames dans mon bateau
    Vous y boirez du vin nouveau.
    La plus jeune avait bien le pied léger
    Sur le bâtiment elle est vite montée.

    Elle ne fut sitôt dedans
    Que le beau galant mit voile au vent.
    La belle s’est mise à sangloter
    Le marin la ramène à quai.

    Beau batelier, beau batelier
    Je suis la fille d’un officier.
    Quand même vous seriez la fille du roi
    Vous y passerez la nuit avec moi.

  • Culture de Normandie: chant "Les Gars de Senneville"

  • Chant marin- Le Grand Coureur


    podcast
    Le corsaire le grand coureur
    est un navire de malheur
    quand il s'en va en croisière
    pour aller chasser l'anglais
    le vent, la mer et la guerre
    tournent contre le français

    REFRAIN:
    Allons les gars gai, gai
    Allons les gars gaiement

    Il est parti de Lorient
    avec belle mer et bon vent
    il cinglait bâbord amure
    naviguant comme un poisson
    un grain tombe sur sa mâture
    v'la le corsaire en poton

    Il nous fallut remâter
    et bougrement relinguer
    tandis que l'ouvrage avance
    on signale par tribord
    un navire d'apparence
    à mantelets de sabords

    C'était un anglais vraiment
    à double rangée de dents
    un marchand de mort subite
    mais le français n'a pas peur
    au lieu de brasser en fuite
    nous le rangeons à l'honneur

    Les boulets pleuvent sur nous
    nous lui rendons coups pour coups
    pendant que la barbe fume
    à nos braves matelots
    dans un gros bouchon de brume
    il nous échappe aussitôt

    Nos prises au bout de six mois
    ont pu se monter à trois
    un navir' plein de patates
    plus qu'a moitié chaviré
    un deuxième de savates
    et le dernier de fumier

    Pour nous refaire des combats
    nous avions à nos repas
    des gourgades et du lard rance
    du vinaigre au lieu de vin
    du biscuit pourri d'avance
    et du camphre le matin

    Pour finir ce triste sort
    nous venons périr au port
    dans cette affreuse misère
    quand chacun s'est vu perdu
    chacun selon sa maniére
    s'est sauvé comme il a pu

    Le cap'tain et son second
    s'ont sauvé sur un canon
    le maître sur la grande ancre
    le commis dans son bidon
    ah le sacré vilain cancre
    le voleur de ration

    Il eut fallu voir le coq
    et sa cuisine et son croc
    il s'est mis dans la chaudière
    comme un vilain pot au feu
    il s'est mis vent arrière
    atterrit au feu de dieu
    De notre horrible malheur

    Seul le calfat est l'auteur
    en tombant de la grand'hune
    dessus le gaillard d'avant
    a r'bondi dans la cambuse
    a crevé le bâtiment

    Si l'histoire du grand coureur
    à su vous toucher le coeur
    ayez donc belles manières
    et payez-nous largement
    du vin, du rack, de la bière
    et nous serons tous contents.

    REFRAIN:
    Allons les gars gai, gai
    Allons les gars gaiement

  • Culture de Normandie: La goëlette du Cotentin

    source: le groupe Marinade, groupe de musique normand qui défend la culture normande
    podcast

  • Culture de Normandie: Adieu donc ma Mie

    Complainte recueillie à Saint Valéry en Caux, très appréciée des marins de Fécamp, la mention du départ pour l'Irlande est à rapprocher de l'habitude qu'avaient les Fécampois d'aller faire le maquereau sur les côtes d'Irlande (nous voulons dire par là qu'ils y pêchaient ce délicieux scombridé). D'autres versions avec d'autres destinations (Islande, Nantes) sont attestées dans les répertoires des baleiniers et des mariniers.

    Adieu donc ma mie je m'en va,
    puisque mon bâtiment s'en va,
    ah je m'en va dedans l'Irlande
    puisque le roi me le demande.

    En Irlande Si tu t'en vas
    un corselet tu m'apport'ras,
    un corselet fait à la mode
    qui soit de drap couleur de rose.

    En Irlande étant arrivé
    au corselet n'a pas pensé
    il n'a pensé qu'à la débauche
    au cabaret comme les autres.

    A ma maîtresse je lui dirai,
    à ma maîtresse je lui mentirai,
    je lui dirai que dans l'Irlande
    il n'y a pas ce qu'elle demande.

    J'aimerais mieux la mer sans poisson
    et la montagne sans vallon
    et le printemps sans violette
    que de mentir à ma maîtresse.

    La vigne est faite pour le raisin
    et la bouteille est pour le vin,
    et les canons sont pour la guerre
    et les garçons c'est pour les belles.

  • Culture de Normandie:j' m'en vas en Irlaunde

    A matin, j' m'en vas en Irlaunde, en Irlaunde,
    mes amins.
    Qui faire mais qu' la mé seit trop graunde
    à treis lues d'ichin !

    Cap à horsier
    dé depis Carteret
    à la crique du jou.
    Ni la brunâle,
    ni les foêdrâles
    me ferount jammais poue !

    Mais que lé vent fô
    crêtisse le fllot
    dauns ses graundes vouéties,
    sus men baté,
    je launlurerai
    byin louen des côtis.

    Mais qué ne décessent
    les nuaées couoresses
    dauns l'anordaêtie,
    j'irai touot dreit
    et men sextaunt
    va touot dreit m'aindyi.

    Je vous ramènerai
    dauns mes apllets
    des caunchouns dé tcheu yeus,
    du port dé Cork,
    mouchiâos d'haddocks
    et dé houmards blleus.


    Mini-lexique :
    A horsier = vers le large / dé depis = depuis / crique du jou = aurore / brunâle = brume / foêdrâles = giboulées / crêtisse = hérisse / vouéties = rafales / launluraer = chantonner / cotis = falaises / couoresses = galopantes / anordaêtie = vent du nord / apllets = filets / mouchiâos = grande quantité.

  • Culture de Normandie: C'est à Cherbourg

    C'est à Cherbourg en vérité
    Qu'un beau bâtiment est arrivé
    Trois jeunes demoiselles en s'y promenant
    Elles ont voulu voir ce beau bâtiment

    Par ma foi je donnerais bien cent sous
    Pour passer la nuit avec vous

    Entrez mesdames dans mon bateau
    Vous y boirez du vin nouveau
    La plus jeune avait bien le pied léger
    Sur le bâtiment elle est vite montée

    Elle ne fut sitôt dedans
    Que le beau galant mit voile au vent
    La belle s'est mise à sangloter
    le marin la ramène à quai

    Beau batelier beau batelier
    Je suis la fille d'un officier
    Quand même vous seriez la fille du roi
    Vous y passerez la nuit avec moi

  • Chant de marin- Belle Virginie

     


     (la version chantée n'est pas exactement la même que celle dont on a les paroles, mais c'est parfaitement normalement avec la tradition orale) 
    Chanson traditionnelle de Normandie, Virginie était fréquemment entonnée par les pêcheurs de Fécamp sur l’air du cantique des marins chanté lors des offices célébrés à la chapelle Notre-Dame du Salut qui précédaient leur départ pour la pêche à la morue au large des côtes de Terre-Neuve.
    I.

    Virginie les larmes aux yeux
    Je viens te faire mes adieux
    Nous partons pour le Mexique
    Nous mettons nos voiles au vent
    Adieu belle Virginie
    Nous partons droit comme le vent.

    II.

    Cher amant, beau matelot
    Tu vas t’éloigner sur l’eau
    Il viendra une tempête
    De la pluie ou de l’orage
    Brisera ton équipage
    Et moi j’n’aurai plus d’amant.

    III.

    Virginie point de danger
    Je sais fort bien naviguer
    Je connais mon pilotage
    Je sais conduire mon vaisseau
    Je ne crains pas le naufrage
    Le temps qu’ je serai sur l’eau.

    IV.

    Virginie à mon retour
    J’accomplirons nos amours
    Je reviendrai ma mignonne
    Je reviendrai au pays
    Nous nous marierons ensemble
    Mon aimable Virginie.

  • Culture de Normandie: Chant marin "Virginie, les larmes aux yeux"

    Chanson traditionnelle de Normandie, Virginie était fréquemment entonnée par les pêcheurs de Fécamp sur l’air du cantique des marins chanté lors des offices célébrés à la chapelle Notre-Dame du Salut qui précédaient leur départ pour la pêche à la morue au large des côtes de Terre-Neuve.
    I.

    Virginie les larmes aux yeux
    Je viens te faire mes adieux
    Nous partons pour le Mexique
    Nous mettons nos voiles au vent
    Adieu belle Virginie
    Nous partons droit comme le vent.

    II.

    Cher amant, beau matelot
    Tu vas t’éloigner sur l’eau
    Il viendra une tempête
    De la pluie ou de l’orage
    Brisera ton équipage
    Et moi j’n’aurai plus d’amant.

    III.

    Virginie point de danger
    Je sais fort bien naviguer
    Je connais mon pilotage
    Je sais conduire mon vaisseau
    Je ne crains pas le naufrage
    Le temps qu’ je serai sur l’eau.

    IV.

    Virginie à mon retour
    J’accomplirons nos amours
    Je reviendrai ma mignonne
    Je reviendrai au pays
    Nous nous marierons ensemble
    Mon aimable Virginie.

  • Chant tradi- chant à hisser main sur main