Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chant de la résistance

  • Chant militaire- Marche de la Résistance

     

    arrive_degaulle_bayeux_5339.jpg

    Le 14 juin 1944, le général de gaulle débarque du navire "La Combattante" sur la plage de Courseulles sur Mer en Normandie; il visite Bayeux, Isigny sur Mer et Grandcamp-Maisy. Le Chef de la France Libre prononce son premier discours sur le sol de la métropole.

    Un anonyme compose sous le pseudonyme de "Bagherra" une chanson célébrant cette visite et dédié au 4ème bataillon de Normandie.

    1-Petit Soldat des FFI de France

    Nous sommes entrés dans la résistance

    Afin de délivrer notre pays

    De ces nazis

    Qui sont partis

    En soulevant la haine de tous les maquis.


    Refrain

    Vive les forc's de l'Intérieur

    Ell's font jaillir de tous les coeurs

    Des larmes de joie, de victoire

    Et nous apportent la Gloire

     

    2- Afin de venger ceux qui sont tombés

    Au petit jour derrière les barbelés

    Et pour que nous puissions revoir bientôt

    les p'tits copains

    Qui au matin

    Nous ont été arraché par la Gestapo

     

    3- Mais nous voulons aussi dire merci

    A tous les Français qui nous ont nourris

    A ceux qui nous ont sauvés du cauchemar

    Et ont aidé

    A ramener

    A leur foyer tous ceux qui furent des maquisards.

     

    4- Et si beaucoup d'aviateurs furent sauvés

    S'ils trouvèrent des abris sûrs et cachés

    C'est qu'il y eut partout dans le pays

    Des femmes sans peur

    dont le grand coeur

    A toujours bravé la fureur de l'ennemi

     

    5- Et maintenant puisque le général

    a bien voulu visiter notre val

    Nous demandons à le suivre de près

    A son courage

    Rendons hommage

    Car il entraîne derrière lui tous les Français

  • Chant de la Résistance Intérieure- Nouvelle France

    sur l'air  d' "Un Air de Vichy"

    France, nous sommes ta jeunesse,

    tes hors-la-loi fiers et joyeux

    Nous résisterons sans faiblesse

    Aux volontés de ces messieurs,

    Qui voudraient dans leur forteresse

    Nous asservir à qui mieux mieux

    A qui mieux mieux.


    Refrain

    France, ô France de demain,

    France nous savons le chemin

    Qui nous conduit avec prudence

    Vers un plus noble destin

    France, nos fermes et nos bois

    Savent garder pour toi

    Nos vingt ans  vengeurs qui briseront demain

    Tes maîtres inhumains.

     

    Lire la suite

  • Le débarquement

    Parole de Jean Hougard sur l'air de la chanson " La Chanson du Maçon" de Vandair et Betti.


    plages.jpg
    1- Enfin ça y est vraiment,

    C'la faisait un moment

    Que l'on attendait cette merveille,

    Nous n'osions pas y croire

    De peur d'être la poire

    Des lanceurs de fausses nouvelles

    Mais maintenant l'on est bien obligé

    De savoir qu'ils sont enfin débarqués

    Refrain

    Les allemands commencent à claquer des dents

    Se disant: " Ca ne devient pas marrant,

    Tant qu'ils se sont t'nus en Angleterre

    On a été pépère, on a été pépère

    Mais depuis qu'ils sont installés en Normandie

    Ca commence à sentir le roussi

    Et bientôt je cois qu'il nous faudra

    En vitesse nous barrer de là. "

     

    2- Allez au trot, messieurs,

    Et à la queue leu leu

    Déguerpissez de ces territoires

    Car zazous et Tommies

    Quand ils sont bien partis

    Ne prennent même pas le temps de s'asseoir

    Et il va falloir faire bousiller

    Pour Adolf et ses conseillers.

     

    3- Les généraux allemands

    ont dit: " Mes braves enfants

    Il faudra tenir jusqu'au dernier."

    A Cherbourg on a vu

    Les généraux et les officiers tondus

    Sortir des abris pour être prisonniers

    Levant les mains en l'air et tout penauds

    Ayant d'la m... plein leurs godillots.

  • PRENDS TON FUSIL, MAQUISARD !

    PRENDS TON FUSIL, MAQUISARD ! sur l'air de "Prends ton fusil Grégoire" de Paul féval

     

    La parallèle entre les chouans, cachés dans leur bocage pour combattre les républicains a été utilisé. Eugène Drouin pastiche le célèbre refrain de "Prends ton fusil Grégoire", chanson écrite par Paul Féval en 1853 pour son roman "Madame Gil Blas".


    -1-prends ton fusil, maquisard,

    Et chasse, chasse, chasse,

    Car il faut que ton regard

    Dans tes taillis, au hasard

    Du chemin, de la route, fasse

    Peur au boche, au masque blafard,

    Prends ton fusil, maquisard.


    -2- Prends ton fusil, maquisards,

    Chasse le loup, chasse la bête

    La bête, immonde et cruelle,

    Qui a fait pleurer ta belle,

    Ta belle au tendre regard,

    Pour avoir de beaux jours de fête,

    Prends ton fusil, maquisard.


    -3-Prends ton fusil, maquisard,

    Au dessus de la cheminée

    Tu le pendras. A la veillée

    Tu chanteras la glorieuse épopée

    Où dans l’aube du jour blafard

    Tu grelottais dans la rosée,

    Prends ton fusil, maquisard.


    -4-Prends ton fusil, maquisard,

    Car la paix, heureuse et féconde,

    Par toi reviendra sur le monde

    Et dans l’aube d’un jour blafard

    Tu verras luire l’aurore nouvelle

    De la liberté si belle

    Alors,

    Pose ton fusil, maquisard.

  • Ceux du Maquis

    Ce ne sont pas toujours les résistants ou leurs proches qui écrivent des chansons.

    Maurice van Moppès et Francis Chagrin composent à Londres un chant destiné à l'émission "Les Français parlent aux Français" et dont la partition est parfois jetée par les avions de la Royal Air Force sur le territoire Français

    Lire la suite

  • Le chant de la relève (chant de la résistance intérieure française)

    Parole de Louis Cros sur l'air de Malbrough s'en va-t-en guerre (1709)

    Louis Cros était un inspecteur de police de l'Etat Français dans le département de la Ardèche. Il a écrit cette chanson en 1943, elle explique avec simplicité les enjeux du STO et incite à l'éviter.


    podcast

     

    Je pars pour la relève

    Miroton, ton ton, mirontaine

    Je pars pour la relève,

    Qui sait s'ils m'y verront? (bis)

     

    Cheminant vers la gare,

    Pourrais bien me tromper.

     

    Un chemin de traverse

    Pourrait bien me tenter.

     

    S'il faut prendre le train

    Passerais par derrière.

     

    Et s'ils m'y voient quand même

    l'aurais pas fait exprès

     

    Me prennent pour un âne,

    Mais m'attraperont pas.

     

    Les Boches font la guerre

    Avec notre travail.

     

    Peuvent faire la guerre,

    Je m'en moque pas mal.