Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chanson

  • Culture de Normandie: chanson "Mon coeur est Normand"

    Mon coeur est normand 
    Y a rien d'aut'à dire 
    Mon coeur est normand 
    de Dieppe à Jersey 

    Si j'garde ma terre, 
    Quand j'suis au loin, 
    Gravée dans l'esprit, 
    ça me montr' mon ch'min 

    J'sais qu'nous étions forts 
    On n'l'a jamais oublié 
    C'est pour ça qu'aujourd'hui 
    On veut seul'ment l'respect 

    Les Lions sur not'drapeau 
    Sont encore dans nos veines 
    Si les jours sont sombres 
    Nous n'nous plaignons jamais 

    Mon coeur est normand 
    Y a rien d'aut'à dire 
    Mon coeur est normand 
    D'maint'nant au jug'ment dernier 

    Not'sort fut cruel 
    Quand ils volèrent not' terre 
    Not'passé est dans not'sang 
    Not'futur dans nos mains 

    Mon coeur est normand 
    Ya rien d'aut'à dire 
    Mon coeur est normand 
    De Dieppe à Jersey.

  • Culture de Normandie : la Danse des Olivettes.

     

    On place sur le sol en triangle, trois chandelles allumées ; chacun à tour de rôle doit danser en passant entre elles sans les souffler ; c'est à la fois une danse et un jeu, car celui qui soufflait par mégarde l'une des chandelles doit payez une amende.

     

    Cette danse est accompagnée d'une chanson dont voici le refrain :

     

    Li lan la, laissez -les passer

    Les i, les o, les belles olivettes ;

    Li lan la, laissez-les passer

    Les belles olivettes après souper.

  • Culture de Normandie: Chanson sur les amours

     

    Chanson que l'on chantait dans les assemblées autour d'Alençon.

     

    Ta grand-mèr' m'a dit

    Que t' était bien faite

    Voudrais-tu m'montrer

    Tes beaux seins Nanette?

    Ah! mon amis Thomas

    Ta demande est indiscrèt'

    Ah! mon amis Thomas

    Non tu n'les verras pas

    Ah! ah! Ah! Ah! Ah!

    Non tu n'les verras pas

     

    Montre moi du moins

    Ma belle brunette

    Montre moi du moins

    Tes beaux bras Nanettes:

    Ah! mon amis Thomas

    S'il n'y a qu'ça qui t'inquiète

    Ah! mon amis Thomas

    Regard'les tant qu'tu voudras

    Ah! ah!

    Ah! ah!

    Oui tant que tu voudras!

     

    Ta grand-mèr' m'a dit que tu était bien faite

    Ma mie montre moi

    Tes belles gambettes!

    Ah! mon amis Thomas

    Mon Dieu que tu as l'air bête!

    Ah! mon amis Thomas

    Cela ne se montre pas

    ah! ah! Ah! Ah!

    Cela ne se montre pas

     

    Montre moi du moins

    Ma belle brunette

    Montre moi du moins

    Tes beaux yeux Nanette!

    Ah! mon amis Thomas

    Mire, mire, mire mes mirettes:

    Ah! ah!

    Ah! ah!

    Mire-les tant qu'tu voudras!

     

    Mais c'n'est pas tout ça

    Ma belle brunette

    Tu n'me contente pas

    Charmante Natte

    Eh bien! Épouse-moi.

    Je ne serai plus coquette.

    Et tout c'que tu n'vois pas

    Sera désormais pour toi.

    Ah! ah!

    Ah! ah!

     

    Ben j'y consentons

    Ma belle brunette

    Nous nous marierons

    Pour la Sainte Annette!

    Ah! que j's'rons donc heureux

    Dans not' chambrette

    Et que j't'aim'rons oui da

    Car t'es un bon p'tit gas

    Ah! ah!

    Ah! ah!

    Oui t'es un bon p'tit gas!

  • Tradition de Normandie: Les amours

       

     

    Contrairement aux filles, les garçons pouvaient être séducteurs sans pour cela recevoir la désapprobation des adultes et même des filles courtisées.

     

    Ceux qui pourtant abusaient de leur liberté avec trop de désinvolture étaient appelés: les courassiers ou les affronteux d'filles.

     

    Quant aux principes de ces jeunes gens, un dicton en dit long: Prends la blonde, prends la brune. Il n'importe au clair de lune. Un autre dicton normand remet les choses en place, car nos Normandes ne se laissaent sans doute pas abuser aussi facilement que le prétendaient les séducteurs: Pour la blonde ou la brune. Faut décrocher la lune!

     

    On trouve de nombreux documents où la timidité des garçons normands fait l'objet du mépris des jeunes filles, qui une fois hors de danger, n'hésitaient pas à se moquer du garçon qui les avait entreprises:

     

    Nous étions trois filles

    Toutes trois à marier

    Nous nous en allâmes

    Dans un pré faucher

     

    Haut le pied, de mes compagnes

    Qu'il fait bon danser!

    Nous y rencontrâmes

    Un jeune berger

     

    Il prit la plus jeune

    Voulut l'embrasser

    Nous courûmes toutes

    Pour l'en empêcher

     

    Le berger timide

    la laissa aller

    Nous nous écriâmes

    Ah, le sot berger!

     

    Retournez à votre place

    Vous m'avez prise sans m'embrasser

    Je dirai à votre mère

    Que vous êtes un engelé

    Un mangeur de pommes cuittes

    Un buveur de lait trutté

    Regardez sur votre manche

    Vous vous y êtes mouché

    Regardez sur votre épaule

    Le coucou s'y est perché!

  • Théodore Botrel- Les Briseurs de Calvaire


    podcast

  • Chanson française- Fleur de Paris


    esf005_xl2.jpg

    podcast
    Mon épicier l'avait gardée dans son comptoir
    Le percepteur la conservait dans un tiroir
    La fleur si belle
    De notre espoir
    Le pharmacien la dorlotait dans un bocal
    L'ex-caporal en parlait à l'ex-général
    Car c'était elle
    Notre idéal

    C'est une fleur de Paris
    Du vieux Paris qui sourit
    Car c'est la fleur du retour
    Du retour des beaux jours
    Pendant quatre ans dans nos cœurs
    Elle a gardé ses couleurs
    Bleu, blanc, rouge
    Avec l'espoir elle a fleuri
    Fleur de Paris

    Le paysan la voyait fleurir dans ses champs
    Le vieux curé l'adorait dans un ciel tout blanc
    Fleur d'espérance
    Fleur de bonheur
    Tous ceux qui se sont battus pour nos libertés
    Au petit jour, devant leurs yeux l'ont vu briller
    La fleur de France
    Aux trois couleurs

    C'est une fleur de chez nous
    Elle a fleuri de partout
    Car c'est la fleur du retour
    Du retour des beaux jours
    Pendant quatre ans dans nos cœurs
    Elle a gardé ses couleurs
    Bleu, blanc, rouge
    Elle était vraiment avant tout
    Fleur de chez nous !