Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

château de brécourt

  • Histoire de la Normandie: Historique du Château de Brécourt

    Le château de Brécourt a été construit vers 1625 par Jean Jubert, Sire de Brécourt et de Douains, Conseiller au Grand Conseil et Membre de la Cour des Aides de Normandie.

     

    La seigneurie de Brécourt appartenait à la famille Jubert depuis 1531. c'est à cette date qu'Henri Jubert, fils de Guillaume Jubert et de Catherine du Bois d'Ennemets, avait acquis le fief de Brécourt, réunissant ainsi en une même main les Seigneuries voisines de Douains et de Brécourt.

     

    La famille Jubert conserva les deux fiefs jusqu'en 1706, date où ils passèrent, par héritage, à François de Montceaux,Marquis d'Auxy. La famille de Montceaux resta propriétaire de Brécourt jusqu'en 1720.

    Lire la suite

  • Paysage de Normandie: Le Château de Brécourt.

    Le château de Brécourt est situé sur le plateau boisé qui sépare les vallées de la Seine et de l'Eure, à mi-distance entre Vernon et Pacy-sur-Eure.

     

    De style Louis XIII, il est construit en pierres de taille et moellons; des chaînages de briques et de pierres de taille encadrent les fenêtres dans une alternance régulière. Les façades sont décorées de panneaux de briques roses, agrémentés de dessins de briques vernissées.

     

    La toiture est couverte en ardoises. Le corps de bâtiment central est flanqué, sur le même alignement, de deux pavillons symétriques dont la toiture est un peu plus élevée.

    Lire la suite

  • Histoire de Normandie: La Bataille sans Larmes (13-14 juillet 1793)

    Conduite par Joseph de Puisaye, l'armée fédéraliste venue de Caen atteint Pacy-sur-Eure, le 13 juillet, d'où elle prend la direction de Vernon. Il fait une chaleur torride. Les hommes ont soif en arrivant à Brécourt, à mi-chemin entre Pacy et Vernon.

     

    « Il y avait du vin dans les caves du Château, raconte Boivin-Champeaux, il y en avait aussi dans les maisons de Douains et de La Heunière, abandonnées par les habitants. Des tonneaux furent défoncés, des excès commis, toute discipline foulée aux pieds, il fallut prendre le parti de passer la nuit à Brécourt... M de Puisaye lui-même, se disant extrêment fatigué retourna passé la nuit dans le château de Ménilles, appartenant à son épouse.

     

    De son côté Humbert, commandant les troupes Jacobines venues de Paris et à Vernon, il apprend que l'armée de Puisaye bivouaque à Brécourt. Le lendemain, à l'aube, il avance et fait donner son artillerie: « trois coups de canons éclatent et un boulet vient briser, au-dessus de la tête des fédéralistes, les branches d'un pommier. C'en fut asser pour décider du sort de la campagne. Bientôt l'infanterie et la cavalerie, l'artillerie se mélant, se confondant, se bousculant, n'écoutant plus d'autre inspiration que celle d'une panique irrésistible et cherchent leur salut dans un sauve qui peut général. »

     

    L'épisode reçut le nom de « Bataille sans larmes ». l'armée de Puisaye ne déplorait aucun blessé ou mort, et celle d'Humbert comptait un seul blessé.

     

    L'hypothèse de l'ivresse des troupes fédéralistes est aujourd'hui remis en cause par la majorité des Historiens.