Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cathédrale de rouen

  • Monument de Normandie: La Cathédrale de Rouen sur France 3

  • Culture en Normandie:Improvisation vocale à Rouen

    Le groupe d'improvisation vocale, le Var's Musica, sera en concert le 25 août à 21 h, dans la cathédrale Notre-Dame de Rouen. Cet événement musical est proposé dans le cadre des Nocturnes de la Cathédrale. Une manifestation qui permet aux touristes et aux Rouennais de visiter en soirée le monument tout en écoutant de la musique classique.

  • Histoire de la Normandie:La tragédie de 1939-1945 à Rouen

    En juin 1940, l'arrivée des allemands à Rouen est marquée par une série impressionnante d'explosions: le port, puis les ponts sont détruits. Mais cela n'empêche pas les panzers de se répandre dans la cité tandis qu'un premier incendie ravage la vieille ville et jusqu'à lécher son plus beau symbole: la Cathédrale.

    Architecturalement, la catastrophe est irréparable: des dizaines de maisons à pans de bois s'effondrent ce jour-là. Pourtant Hitler, en personne ordonna que la cathédrale soit sauvée. Ce qui fut fait. Mais autour de la vieille dame, pendant dix jours, 15 hectares de la ville avaient brûlé, parmi lesquels 900 maisons...


    En 1941 et 1942, ce sont les bombes anglaises qui feront craindre le pire aux rouennais: des centaines d'entre eux sont tués.


    Mais l'année fatale reste celle du Débarquement. Dans la nuit du 18 au 19 avril 1944, 345 bombes tombent sur la vieille ville, provoquant un nouvel incendie. On compte 900 victimes et plus de 500 immeubles détruits, parmi lesquels des Hôtels particuliers des XIV ème et XV ème siècles. Le somptueux Palais de Justice ne conserve plus qu'une façade noircie par les flammes.


    Un mois seulement après cette nuit d'effroi, une semaine de terreur achève de désemparer les rouennais. Le 30 mai, 160 bombes éventrent les quartiers de la Seine. Le 31 mai, 140 torpilles explosent. Le 1er juin, le feu se propage dans les vieux quartiers et la cathédrale brûle. En effet, le toit de la tour Saint-Romain s'effondre, avec ses cloches, puis les flamme menacent la flèche.


    Une dizaine de jeunes rouennais, menés par un certain Georges Lanfry sauve la cathédrale.


    Mais ce ne sera pas le cas de l'église Saint-Maclou qui s'écroule sous les bombes deux jours plus tard.


    Malgré le Débarquement, l'occupant est toujours là et les alliés ont du mal à le chasser. Coincés, les blindés allemands ne peuvent franchir la Seine, les ponts de Rouen étant détruits, ils sont pilonnés par l'aviation britannique le 25 août 1944.


    Les 26 et 27 août 1944 les bombes achèvent de chasser l'ennemi, à raison de quatre explosions par minute! Les allemands quittent définitivement Rouen, le 30 août, non sans avoir mis le feu au port. Le même jour, les troupes canadiennes entrent dans la Ville.


    Le 1er septembre 1944, Georges Lanfry hisse un immense drapeau tricolore au sommet de la flèche de la Cathédrale. A ses pieds, une ville en ruine, qui a perdu 3000 de ses enfants et près de 10000 maisons pendant cette guerre.

  • Histoire de Normandie: A tire-larigot

    Parmi les cloches suspendues autrefois dans la tour Saint-Romain de la cathédrale s'en trouvait une offerte par le célèbre archevêque de Rouen et conseiller de Saint-Louis, Eudes Rigaud.

    Cette cloche fondue en 1282, une des plus grosses du temps était si lourde et si difficile à mettre en branle qu'on donnait à boire à ceux qui avaient pour charge de la sonner, afin de leur donner du coeur à l'ouvrage.

    On prétend que c'est là l'origine de l'expression "Boire à tire larigot".

  • Tombeau de Rollon dans la cathédrale de Rouen

    Chef Normand, Rollon ou Rolf ou Hrolf est né vers 845 sur une des îles d'Alesund en Norvège. Fils du Norvégien Rogwald, banni par Harald Haarfager en 875, il rassembla une troupe de Danois et Norvégiens, et après quelques pillages en Angleterre, il aborda sur les côtes de Neustrie en 876.
    Il remonta la Seine jusqu'à Rouen dont il releva les murailles.
    En 886, il fit le siège de Paris, alla ensuite saccager Bayeux, le Bessin, Évreux, passa en Angleterre pour secourir le roi Alfred son allié.
    De retour après trois ans, il réunit des bandes plus nombreuses, prit Nantes, Angers, Le Mans... Effrayé par son avancée, Charles le Simple lui offrit la paix lors du traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911.
    Rollon se fit baptiser à Rouen, épousa Giselle, la fille du roi, et reçut la partie de la Neustrie appelée depuis Normandie.
    Rollon devint Robert 1er, Comte de Normandie.
    Pour s'attirer la bienveillance de la population, il fait rapatrier les cendres de Saint-Ouen à Rouen
    Dès lors les invasions normandes s'arrêtèrent. Rollon organisa fortement son duché et rendit sédentaires ses soldats, entre lesquels il partagea ses terres.
    Les Vikings se fondent dans la population. Les noms de plusieurs villes et bourgs de Normandie viennent du norrois : Anquetil, Toutain, Bricquebec, Caudebec, Yvetot, etc... Rollon fut investi dans les pays cédés des prérogatives d’un comte franc et de la plupart des attributs de la puissance royale, y compris ce qui pouvait subsister du patrimoine de la Couronne et du contrôle de l’Église. Telle fut la racine de l’État normand, avec Rouen pour pivot.
    La Normandie fut, dès lors, le pays le mieux administré et bientôt le plus prospère de l'Occident.
    Rollon meurt en 931.