Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

caen

  • Culture de Normandie: Poème sur la ville de Caen

    La cité est si neuve aux cadres de verdure

    Le pré qui s'en évade avec nimbes d'argent

    Sous ses bosquets feuillus se montre diligent

    Les cîmes agrestes, aiment brise et froidure...

     

    Tout auprès des granits, les blasons sont parures

    Ils imposent leur foi sur clés d'armes d'antan

    Ah qu'il est bon de vivre en la ville de Caen

    De lire ses écrits, parchemins aux reliures...

     

    La promenade est claire au soleil de printemps

    Et le coeur est miel sur la salve des larmes

    Oh, la pierre est nouvelle..., il y passe le temps...

     

    La Reine Mathilde et son Prince conquérant

    Construisirent chacun leur Abbaye aux charmes

    Sur le moiré de l'Orne au souffle déférant.

  • Idée de Lecture: Grands Marins Normands

     

    Guidés à la fois par l'esprit d'entreprise et la recherche du profit - héritage commun des ancêtres vikings - les Normands, marins dans le sang, ont vécu de glorieuses aventures sur tous les océans. Il importait que soit contée leur fabuleuse histoire.


    L'un d'eux, Jean de Béthencourt, né dans le comté d'Eu vers 1360, ira même se tailler un royaume aux îles Fortunées, ces Canaries du soleil, des fleurs multicolores et des chants d'oiseaux.


    C'est une extraordinaire galerie d'aventuriers et de découvreurs qui défile ici. Binot Paulmier, de Gonneville-sur-Honfleur ; Jean Parmentier, poète et capitaine de l'armateur Ango de Dieppe ; Jean Ribault, dieppois et huguenot, conquérant de la Floride, et Belain d'Esnambuc qui écuma les Caraïbes. Voici Abraham Duquesne, sans doute le plus grand marin de son temps, capitaine des vaisseaux du roi et vainqueur de l'illustre Ruyter, dont la vie est une suite de batailles glorieuses.


    Voici l'ambitieux et superbe Anne Hilarion Cotentin de Tourville dont le navire Le Soleil Royal porte 98 canons, qui infligea aux Anglais à Bévéziers le plus grand désastre qu'eût subi leur nation depuis un siècle.


    D'autres encore, Olivier Exmelin natif de Honfleur, chirurgien et flibustier. Jean Beaubriand Levesque, le Jean Bart granvillais, un des capitaines les plus prestigieux de sa cité natale.


    Georges Pléville-Le Pelley, corsaire granvillais qui deviendra ministre de la Marine à 72 ans, au terme d'une vie aventureuse passée à guerroyer.


    Voici enfin Jules-Sébastien César Dumont d'Urville de Condé-sur-Noireau, découvreur de la fameuse Vénus dans l'île grecque de Milo. Il s'en ira à la conquête de l'Antarctique, dans un périple de 25 000 lieues, donnant à la partie du continent qu'il vient de découvrir le nom de sa femme, Adélie. Dans leur destinée glorieuse ou tragique, dans les tempêtes et la mitraille, revivent ici tels qu'en eux-mêmes les grands marins normands.

  • Paysage de Normandie: Eglise de Bernières sur Mer

    Cette église qui dépendait du Châpitre de la Cathédrale de Bayeux, témoigne par ses dimensions de l'importance qu'eut l'activité portuaire.

     

    Les quatres dernières travées de la nef à trois vaisseaux datent des années 1130 à 1140: elles sont à peu près contemporaines de l'achèvement de l'église de l'Abbaye aux Dames, d'où viennent les voûtes pseudo-sexpartites et les ornements des grandes arcades.

     

    Les fenêtres hautes ne sont pas à l'aplomb des grandes arcades, mais jumelées de part et d'autres de l'arc-diaphragme comme à Saint-Étienne de Caen ou au prieuré Saint-Gabriel.

     

    Les trois premières travées de la nef sont couvertes de voûtes sur croisées d'ogives et datent du dernier quart du XII ème siècle, comme les parties basses de la tour porche construite sur la première travée de la nef. Les parties hautes de cette tour datent du XIII ème siècle.

     

    Le choeur à chevet plat datent d'environ 1260, il n'a des bas-côtés que sur ses deux premières travées. La coursière qui règne intérieurement sous les fenêtres gautes rappelle celle de Longues sur Mer et de la Cathédrale de Bayeux.

     

    Tableau représentant la Crucifixion, peinture sur bois du dernier quart du XVI ème siècle. Le Maître-Autel à retable date des années 1660.

     

  • Visite historique de la ville de Caen

     

     

    1. Le château *: extérieur ramparts, porte des champs; intérieur fondations du donjon, chapelle Saint-Georges, salle de l'échiquier, Logis du Gouverneur (musée de Normandie)

    2. Eglise Saint-Pierre: elle date du XIII ème et a été remaniée au XIV ème et au XV ème siècle. Abside et chapelle de style Renaissance; la flèche a été reconstruite à l'identique après avoir était détruite en 1944.

    3. Tour Guillaume Le Roy: protégeait le bassin du port au Moyen-Âge.

    4. Maison des Quatrans: édifice en bois du XIV ème siècle.

    5. Hôtel d'escoville: bâti au XVI ème siècle par Nicolas le Valois d'Escoville, de style Renaissance.

    6. Hôtel de Than: Belles fenêtres

    7. Vieilles maisons: N° 52 et 54 de la rue Saint-Pierre, à pans de bois et fines sculptures.

    8. Eglise Saint-Sauveur: du XIV ème siècle et chapelle du XVI ème siècle, jadis Notre-Dame de Froide-Rue.

    9. Saint-Sauveur-du-Marché: église désaffectée du XII ème siècle remaniée au XV ème siècle.

    10. Abbayes aux Dames*: Eglise de La Trinité fondée au XI ème siècle par la reine Mathilde, femme de Guillaume Le Conquérant, Tombeau de la reine Mathilde.

    11. Manoir des Gens d'Armes: datant du XVI ème siècle; curieuses inscriptions et médaillons.

    12. Eglise Saint-Jean: datant du XIV ème siècle remaniée au XV ème siècle.

    13. Eglise Saint-Étienne: abbaye aux Hommes fondée par Guillaume le Conquérant; de style Roman

    14. Eglise Saint-Nicolas: église désaffectée datant du XI ème siècle de style Roman, porche roman à arcades vieux cimetière romantique

    15. Eglise Saint-Etienne-le-Vieux: portail de style Gothique Flamboyant. Église désaffectée.

    16. Eglise Notre-Dame de la Gloriette: église de style italien datant du XVII ème siècle.

    17. Eglise de Vaucelles: église dédiée à Saint Michel; tours des XI ème et XII ème siècles, nef des XIV ème et XV ème siècles.

  • Culture de Normandie: Poème «Paysage Normand »

    par Sarah


    La verve claire et brillante

    S'harmonise avec le temps;

    Il bruine, ensoleille et vente

    Tout cela dans le moment.


    Les prés verts et pâturages,

    S'ornementent du bétail,,

    L'air vif plait à tout les âges

    Qu'ils soient d'Or, Argent, Corail.


    Et la « Maison de Charlotte »

    O vertigineux passé,

    N'est plus que simple roulotte

    Au fermage compassé.


    «Corday » vivait près de Caen

    Dans sa famille cousine,

    Et vengea l'aide de camp

    Dans sa fureur assassine.


    «Marat », très incongrûment

    O fièvre martyrisée,

    N'avait eu ménagement

    Pour sa parenté, brisée.

    Lire la suite

  • Ecrivains de Normandie:François de Malherbe

    François de Malherbe (1555-1628)

    François de Malherbe, gentilhomme normand, qui devait selon Boileau, "le premier en France faire sentir dans ses vers une juste cadence", commença par imiter les poètes contre lesquels il allait réagir si violemment.

    Le poème des "Larmes de Saint Pierre" appartient à cette première période de son talent.

    Malherbe n'a guère écrit que des odes consacrées me ^mis spive,t ) célébrer des événements contemporains, des paraphrases des "Psaumes". Quelques sonnets et quelques chansons complètent son oeuvre.

    C'est par l'opiniâtreté d'un réformateur, on peut dire presque sectaire qu'il devint l'écrivain que Ménage, nomme "le Prince de notre poèsie Lyrique"

     

    Pour ceux qui aime le sport: voilà pourquoi l'équipe de Caen s'appelle le Stade Malherbe.

    On peut voir aussi voir à Caen la maison natale de François de Malherbe, elle se trouve après la rue Froide.

    De Photos de Normandie
  • Histoire de la Normandie:Révolte contre la cherté du pain

    par Marc

    Après la mort de Louis XIV en 1715, on a cru qu'un monde nouveau commençait. Le système de Law y a contribué, des fortunes se sont faites et défaites. Mais les ouvrières ont toujours été mal traitées.

    Les prix augmentent, pas les salaires.

    Le pain constituait alors la base de l'alimentation. Son prix a tant augmenté qu'il est devenu inabordable. Alors les émeutes éclatent un peu partout. Les femmes ne sont pas les dernières.

    A Caen, l'intendant doit s'enfuir devant les manifestants. A Rouen et à Lisieux, c'est leufs enfants qu'elles veulent défendre en protestant.

    La misère est grande.

    Bizarrement le système de Law ressemble beaucoup au système actuel.

  • Culture de Normandie: Poème "En Normandie"

    par Sarah


    O ces vertes prairies

    O ces arbres en fleurs

    Ces champs à l'infini

    Sur le ciel des bonheurs...


    La route et son sillage

    serpente les chemins

    Vers Honfleur et sa plage

    Vernon, ses sables fins.


    Et le Château-Gaillon

    Aux méandres de Seine,

    Suspend son aviron

    Sur les rives en veine.


    La nuit est là, si belle,

    Aux merveilleux décors...

    Et Conches, la rebelle,

    Domine dans ses Ors.


    Ohé le grand Duché,

    Les moutons du domaine

    S'échangent pour le blé,

    Il faut filer la laine.


    Sur l'humus de vos près

    La fermière au bonnet

    Et rubans empourprés

    Trait la vache au bon lait.


    Voilà les gentilshommes

    D'Evreux jusques à Flers...

    Passez-moi donc vos pommes

    Que le cidre j'acquiers.


    Et la blanche demeure

    Pierre et bois, travaillés,

    dans la région de l'Eure

    Aime ses effeuillés.


    O pays des drakkars

    Noblesse réjouie,

    Dans la science et les arts

    Votre âme est éblouie.


    Sur Le Havre en essor

    Et Rouen le jolie,

    Et Caen, la Toison d'Or...

    Splendide Normandie.

  • Culture de Normandie: Poème «Les Coiffes de Normandie »

    par Sarah

    O toutes les coiffes de Normandie,

    Ont gardé par delà temps révolus

    Avec le grand vent, lui qui psalmodie

    Landes et écueils O tant vermoulus,


    Cette grâce exquise, et la survivance

    De belle tendresse et féminité

    Qui donne à l'appui de douce mouvance

    Le charme secret d'une éternité.


    Normande et Viking et souvent anglaise,

    Le celte y revient encor quelquefois...

    Sur des salves d'amour, près la falaise

    Le belge s'y tient, dans l'essor parfois.


    Les coiffes alors, superbe envergure,

    Stylisent les airs, sur des frondaisons

    De ruchers fiévreux et plissés d'augure

    Dentelles, linons au haut des frisons.

     

    Lire la suite

  • Normandie: En Carriole de Caen à Honfleur.

    Caen émerge au centre d'une plaine fertile couverte de céréales, d'une mer de blé. Caen se développe d'abord autour des monuments édifiés par Guillaume II de Normandie dit le Conquérant: le château ducal, les deux abbayes (abbaye aux Hommes et abbaye aux Dames). La campagne s'incruste dans la cité, la prairie y déroule un vaste espace de verdure rejoignant presque le Bassin Saint Pierre, L'étranglement de la ville en son milieu fait ressortir ses vocations complémentaires agricoles et maritime.


    La volonté de Napoléon III a été déterminante pour l'aménagement d'un canal de douze kilomètres et d'écluses reliant Caen au port de Ouistreham proche de la plage de Riva-Bella.

    Le canal répondait à un besoin économique notoire et favorisait l'exportation de la fameuse pierre blonde de Caen.


    Grâce à un décret datant du Moyen-Âge, la prairie a été préserver de l'urbanisation, cet acte accorde aux habitants de Caen et de quelques communes avoisinantes le droit aux secondes herbes en contrepartie d'une modique redevance.


    La fierté des riches bourgeois de Caen se reflète dans le luxe de l'ornementation de l'église Saint-Pierre, chef d'oeuvre de l'architecture.


    Honfleur a joué sur le théâtre maritime un rôle de premier plan, s'illustrant dans les registres de la navigation long-courrier et colonisatrie, la chasse à la baleine, la pêche morutière, les constructions navales à l'origine des chantiers Augustin-Normand du Havre.

    Vers 1680, Colbert transforma le petit port, dont de grands navigateurs avaient déjà fait la célébrité, en un centre militaire et commercial important.


    La mémoire d'Honfleur a engrangé beaucoup de souvenirs, celui de Champlain qui est parti d'ici pour fonder le Québec et d'autres qui s'élancèrent à la conquête du Brésil et des terres inconnues. La vieille cité normande conserve ses airs d'autrefois, ses maisons habillées d'ardoises bleues qui se serrent sur les quais.

    La Lieutenance date du XVI ème siècle, la porte de Caen s'y encastre. Cette construction gentiment seigneuriale mire dans le vieux bassin ses tuiles cuites et ses gracieuses tourelles à poivrières.

    L'église Sainte-Catherine, construire avec amour par les charpentiers de marine à voile, ne laisse d'étonner avec ses deux nefs en carènes renversées et son clocher séparé de l'église et planté sans façon de l'autre côté de la place.


    Les cris des poissonnières dans les casemates du port, les bars à marins de la rue du Lingot ou de l'Homme-de-Bois où les rixes éclatent parfois recréent l'atmosphère d'autrefois. On marche dans les pas d'Eugène Boudin. La poésie souffle avec Lucie Delarue-Mardrus et en compagnie d'Alphonse Allais, l'humour retrouve le sens de formules à l'emporte-pièce.