Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bretagne

  • Théodore Botrel- Il était un petit navire


    podcast

  • Théodore Botrel- Fleur de blé noir

    théodore botrel, chansonnier, chanson traditionnelle, fleur de blé noir, bretagne,


    podcastSur les bords de la Rance, où j'ons vu le jour
    J'ons la douce espérance d'être aimé d'amour
    Dans une métairie comme aide-berger
    Pour mieux voir ma jolie, je me suis gagé

    Refrain:
    Ah ! Nulle bretonne n'est plus mignonne à voir
    Que la belle que l'on appelle Fleur de Blé Noir
    Non, non ! Nulle bretonne n'est si mignonne
    A voir, que ma Fleur de Blé Noir

    Lorsque je l'ons croisée un soir dans le blé
    Si blanche et si rosée, j'en fus aveuglé
    Et ma lèvre ravie murmura " bonsoir "
    Salut à Vous Marie, la Fleur de blé noir

    C'est dans les blés de même, par un soir doré
    Que je lui dis " je t'aime, toujours t'aimerai !"
    C'est dans les blés encore qu'au doigt je lui mis
    Un quinze août dès l'aurore, l'anneau des promis

    Allons gars et fillettes faucher les moissons
    Car les récoltes faites, nous nous épouserons
    Et puis dans la nuit claire, où tous rassemblés
    Nous danserons sur l'aire où l'on bat les blés

    Vivant la vie heureuse que Dieu nous fera
    Attendons la faucheuse qui nous fauchera.
    Quand vous verrez que tombe notre dernier soir
    Semez sur notre tombe des fleurs de blé noir.

  • Théodore Botrel- Goélands et Goélettes


    podcast

  • Théodore Botrel- La Sabotière


    podcast

  • Chant tradi- Dans les prisons de Nantes


    podcastDans les prisons de Nantes, lang di......
    Dans les prisons de Nantes,
    Il y avait un prisonnier ( bis )

    Personne ne vint le voir, lang di.......
    Personne ne vint le voir,
    Que la fille du geôlier ( bis )

    Un jour il lui demande, lang di ......
    Un jour il lui demande,
    Que dit-on de moé ( bis )

    On dit de vous en ville, lang di ....
    On dit de vous en ville,
    Que vous serez pendu ( bis )

    Mais s'il faut qu'on me pende, lang di .....
    Mais s'il faut qu'on me pende,
    Déliez moi les pieds ( bis )

    La fille était jeunette, lang di ....
    La fille était jeunette,
    Les pieds lui a délié ( bis )

    Le prisonnier alerte, lang di ....
    Le prisonnier alerte,
    Dans la Loire s'est jeté ( bis )

    Dès qu'il fût sur les rives, lang di ....
    Dès qu'il fût sur les rives,
    Il se mît à chanter ( bis )

    Je chante pour les belles, lang di ....
    Je chante pour les belles,
    Surtout celle du geôlier ( bis )

    Si je reviens à Nantes, lang di ....
    Si je reviens à Nantes,
    Oui, je l'épouserai ( bis )

    Dans les prisons de Nantes, lang di......
    Dans les prisons de Nantes,
    Il y avait un prisonnier ( bis )

  • Théodore Botrel- Le Couteau


    podcast

     

    Pardon, monsieur le Métayer

    Si, de nuit, je dérange

    Mais je voudrais bien sommeiller

    Au fond de votre grange?

    Mon pauvre ami, la grange est pleine

    Du blé de la moisson

    Donne toi doncplutôt la peine

    D'entrer dans la maison.

     

     

    Mon bon Monsieur, je suis trop gueux:

    Qué gâchis vous ferais-je!

    Je suis pieds-nus, sale et boueux

    Et tout couvert de neige.

    Mon pauvre ami, quitte bien vite

    Tes hardes en lambeaux:

    Pouille-moi ce tricot, de suite

    Chausse moi ces sabots!

     

    De tant marcher à l'abandon

    J'ai la gorge sèche:

    Mon, bon Monsieur, baillez-moi donc

    Un grand verre d'eau fraîche!

    L'eau ne vaut rien lorsque l'on tremble,

    Le cidre... guère mieux:

    Mon bon ami, trinquons ensemble;

    Goûte-moi ce vin vieux!

     

     

    Mon bon Monsieur, on ne m'a rien

    Jeté, le long des routes;

    Je voudrais avec votre chien

    Partager deux, trois croûtes!

    Si depuis ce matin, tu rôdes,

    Tu dois être affamé

    Voici du pain, des crêpes chaudes,

    Voici du lard fumé!

     

    Chassez du coin de votre feu

    Ce rôdeur qui ne bouge.

    Êtes vous «Blanc»? Êtes-vous « Bleu »?

    Moi je suis plutôt « Rouge »!

    Qu'importent ces mots: République,

    Commune ou Royauté:

    Ne mêlons par la Politique

    Avec la Charité!

     

    Puis le métayer s'endormit

    La mi-nuit étant proche.

    Alors, le vagabon sortit

    Son couteau de sa poche

    L'ouvrit, le fit luire à la flamme,

    Puis se dressant soudain,

    Il planta sa terrible lame

    Dans... la miche de pain!

     

    Au matin-jour, le gueux s'en fut

    Sant vouloir rien entendre...

    Oubliant son couteau pointu

    Au milieu du pain tendre:

    Vous dormirez en paix, ô riches!

    Vous et vos capitaux,

    Tant que les gueux auront des miches

    Où planter leurs couteaux!!!

  • Cabestan - Tempête pour sortir

    podcast
    Débarque-pas ton sac, on va pas lézarder
    C’est pas encore demain qu’on ira s'reposer
    Tempête pour sortir et t’en chie pour rentrer
    La mer, c’est ton métier


    Repartir encore pour une autre marée
    On prendra des risques, on est bien obligés
    Y’a les gosses à nourrir, le bateau à payer
    Le crédit, les intérêts

    R

    Le prix du poisson multiplié 5 fois
    C’est pas le pêcheur qu’en profite, ma foi
    Quand t’auras payé l’rôle à ces culs de banquiers
    T’as tout juste de quoi bouffer

    R

    Y’en a qui s’engraissent sur le dos du pêcheur
    Qu’ils soient banquiers, grossistes, poissonniers, mareyeurs
    Ceux-là vont pas en mer, y sont pas fatigués
    De compter les billets

    R

    Ce foutu plan Mellic a pris ton vieux bateau
    Afin que le banquier t’en finance un plus gros
    T’as plus l’droit à l’erreur, maintenant faut payer


    Tu n’peux plus t’rrêter

    R

    Un vent souffle de Bretagne qui revient de la mer
    Un grand coup de tabac, force 9 de colère
    Costumés de Bruxelles, culs-de-plomb, fonctionnaires
    On n’se laissera pas faire

    R

     

  • Théodore Botrel- La Chasse aux Loups


    podcastGuêtres aux pieds, pain base en main
    Où donc vas-tu si bon matin
    Où donc vas-tu si bon matin
    Où donc vas-tu mon Corentin,
    Tous nos gars ont pris rendez-vous, hou-hou
    Pour aller à la chasse aux loups, à la chasse aux loups

    Pourquoi n'as-tu donc pas aux pieds
    ourquoi n'as-tu donc pas aux pieds
    Tes lourds sabots de châtaignier
    Mais tes fins et légers souliers
    Nous avons à forcer les loups, hou-hou
    Chaussés de bons souliers à clous, de souliers à clous

    Souperez-vous donc dans les bois
    Souperez-vous donc dans les bois
    A ta boutonnière je vois
    Ta vieille cuillère de bois
    Après avoir chassé les loups, hou-hou
    Nous mangerons la soupe aux choux, la soupe aux choux

    Mais pourquoi donc as-tu cousu
    Mais pourquoi donc as-tu cousu
    Sur ton coeur le coeur de Jésus
    Mis ton chapelet par-dessus
    C'est qu'avant de traquer les loups, hou-hou
    Ils devront se mettre à genoux, se mettre à genoux

    Et que vas-tu chasser ainsi
    Et que vas-tu chasser ainsi
    Avec le couteau que voici
    Sans emporter ton vieux fusil
    Ne sais-tu donc plus que chez nous, hou-hou
    C'est au couteau qu'on sert les loups, qu'on sert les loups

    Adieu mon ami Corentin
    Adieu mon ami Corentin
    Va t'embusquer dans un ravin
    Au fond du hallier vendéen
    Quand la nuit hurleront les loups , hou-hou
    Fais ta prière et pense à nous, et pense à nous.

  • Chant Tradi- La Paimpolaise de Théodore Botrel


    podcast

    podcast

    La Paimpolaise

     

    Quittant ses genêts et sa lande

    Quand le breton se fait marin

    En allant aux pêches d'Islande

    Voici quel est le doux refrain

    Que le pauvre gars

    Fredonne tout bas:

    J'aime Paimpol et sa falaise

    Son église et son grand pardon

    J'aime surtout la Paimpolaise

    Qui m'attend au pays breton!

     

    Quand leurs bateaux quittent nos rives

    Le curé leur dit:

    Mes bon fieux

    Priez souvent Monsieur Saint Yves

    Qui nous voit, des cieux toujours bleus

    Et le pauvre gars

    Fredonne tout bas

    Le ciel est moins bleu, n'en déplaise

    A Saint Yvon, notre Patron

    Que les yeux de la Paimpolaise

    Qui m'attend au pays breton!

     

    Guidé par la petite étoile

    Le vieux patron, d'un air très fin

    Dit souvent que sa blanche vpome

    Semble l'aile d'un Séraphin...

    Et le pauvre gars

    Fredonne tout bas:

    Ta voilure, mon vieux Jean-Blaise

    Est moins blanche, au mât d'artimons

    Que la coiffe à la Paimpolaise

    Qui m'attend au pays breton!

     

     

    Puis, quand la vague le désigne

    L'appelant de sa grosse voix

    Le brave Islandais se résigne

    Et le pauvre gars

    Quand vient le trépas

    Serrant la médailmle qu'il baise

    Glisse dans l'océan sans fond

    En songeant à la Paimpolaise

    Qui l'attend au pays Breton!

  • Chant tradi- Le clocher de Saint-Malo