Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bocage virois

  • Culture de Normadie: La petite Jeannette n'avait pas 15 ans.


    podcast

  • Cuisine de Normandie:La Véritable Andouille de Vire

    par Marc

    La véritable andouille de Vire, fleuron de la Gastronomie Normande, issue d’un savoir-faire ancestral, est née il y a bien longtemps au coeur du bocage virois. Mentionnée à maintes reprises par Rabelais, c’est n’est qu’aux 18e et 19e siècle que Jean-Pierre Pourquet et Richard Seguin en découvrent et dévoilent les origines. Fabriquée comme autrefois, de manière artisanale, elle est, selon la recette édictée par le Syndicat de défense de l’andouille de Vire, composée exclusivement de ventrées de porc détaillées en lanières, salées et mises en saumure, additionnées de poivre, d’épices et d’aromates.
    Si les artisans spécialisés dans la production de véritables andouilles de Vire respectent, de manière rigoureuse, les différentes étapes de sa fabrication, ils n’hésitent pas à ajouter à leur recette une note personnelle ; un secret jalousement gardé qui fait toute la spécificité de leurs productions.

    UN PRODUIT DE QUALITE FABRIQUE DE MANIERE ARTISANALE
    L’élaboration de ce produit de terroir typique de Normandie commence par le nettoyage minutieux et la découpe des chaudins en fines lanières qui, après avoir été salées et mises en saumure pendant plusieurs jours, sont montées en écheveau sur une cordelette de chanvre et enmaillotées dans un chaudin fermé à chaque extrémité. Fumée à l’ancienne, au bois de hêtre, l’andouille crue, dite aussi andouille verte, acquiert peu à peu, au fil des jours, sa saveur particulière.

    Après une période minimale de trois semaines passée en fumoir, après avoir perdu environ la moitié de son poids et de son volume d’origine, l’andouille est déssalée, réhydratée, habillée d’un filet puis cuite pendant plusieurs heures à l’eau ou dans un court-bouillon. Sa robe marquée par l’empreinte des mailles du filet, l’andouille sortie de l’eau s’oxydant au contact de l’air prend alors sa couleur définitive. Ce n’est qu’après cinq à six semaines, voire plus, que la Véritable andouille de Vire, épousant une forme cylindrique plus ou moins régulière, d’une trentaine de centimètres de long pour quatre à six centimètres de diamètre, revêtue de l’estampille attestant de son authenticité, est enfin prête à être commercialisée sur les étals des charcuteries et des marchés de la région.

    L’ART DU BIEN MANGER
    Moelleuse, fondante en bouche, fumée ou non, au gôut doux ou lègèrement prononcé, la Véritable Andouille de Vire, symbole de qualité et d’excellence, pur délice pour les adepte du bien manger, tout en offrant d’exceptionnels moments de convivialité, se marie à merveille avec pavés de saumon, ris de veau, feuilletés, gratins à la crème de Pont-L’Evêque, filets de bar ou de dorade rôtis.

    LA FABRICATION ARTISANALE DE L’ANDOUILLE DE VIRE
    Fleuron de la Gastronomie Normande, produit de terroir issu d’une longue tradition, la Véritable Andouille de Vire est encore fabriquée de nos jours par quelques artisans Maîtres-Charcutiers Virois et du bocage alentour dans le plus strict respect de la tradition.

  • Paysages de Normandie:Le Domfrontais ou Le Passais

    Pendant longtemps, le secteur de Domfront s'appela le Pays de Passais. Avec ses haies, ses fossés plantés de fruitiers, ses petites fermes sous les vergers, ses nombreux manoirs, ses vallons pleins de verdure où coulent la Varenne et l'Egrenne, le Domfrontais prolonge naturellement les bocages virois et mortainais.

     

    Ce pays recouvert de forêts, a inspiré nombre de récits de la Table Ronde, et notamment ceux de Chrétien de Troys.

     

    Mais la terre est pauvre, les schistes et granits sont assez médiocre pour construire.

     

    Les forêts locales permettent d'employer massivement le bois.

     

    Les fermes de petite et moyenne importance sont de type « bloc à terre ». construites simplement avec ou sans étage, elles comportent dans leur prolongement immédiat la grange et l'étable.

     

    Au nord, la maison, belle bâtisse rectangulaire est en granit, marié à de petits moellons de schiste brun ou roux et associé à la brique qui encadre les ouvertures.

     

    Au sud les maisons à colombages sont très fréquentes, avec un dessin sobre à base de longues colombes verticales et serrées, coupées à l'horizontale de sablières intermédiaires. Le hourdis est le plus souvent en torchis et plus rarement en brique.

     

    La tuile plate domine sur les toitures. A partir du XIX ème siècle, l'ardoise sera utilisée.

  • Un disc de Chansons et musiques traditionnelles du Bocage Virois

    imagemagic.php?img=3ebR1tfnqODh4dju0%2BPlo6qipaamp9rf2Q%3D%3D&w=201&h=200&page=prod_infoChansons et musiques traditionnelles du Bocage Virois 



    Après les chansons et musiques traditionnelles des Marais du Cotentin et du Bessin, sorti en 2008, La Loure inaugure le volume 2 dédié au Bocage Virois. Chansons et musiques traditionnelles du Bocage Virois Juste retour des choses pour La Loure qui est née et dont le siège est toujours au coeur du Bocage Virois. Les premières enquêtes initiées en 1997 et 1998 par les membres de l’association ont révélé la richesse cachée de ces musiques traditionnelles. Depuis cette date, ces enquêtes n’ont pas cessé. La sortie de ce disque est donc, sinon un aboutissement, au moins une étape majeure dans la diffusion des répertoires traditionnels de cette partie de la Normandie. 23 musiciens et chanteurs figurent sur cet enregistrement qui recouvre les cantons de Vire, Saint- Sever, Vassy, Le Bény-Bocage, Condé-sur-Noireau et Aunay-sur-Odon, soit l’étendue de l’arrondissement de Vire. Des enregistrements plus anciens ont également été sollicités pour rendre compte de la diversité des pratiques musicales : plusieurs des morceaux du disque ont ainsi été enregistrés en 1980 et 1981 par Anne Piraud et François Redhon qui font figure de précurseurs en la matière. Au programme de ce disque, nous trouvons donc une palette très charge de ce que les traditions orales nous ont offerts : des musiques (à l’accordéon et à l’harmonica), des témoignages, des chansons allant de la grande complainte jusqu’à la chanson leste, en passant bien sûr par toutes les mélodies à écouter.