Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bellême

  • Ville de Normandie: Bellême

     

    Sur la frange orientale du département, les collines boisées du Perche forment la frontière entre la campagne variée de l'Orne et les plates plaines à blé de la Beauce.

     

    Bellême est perché sur une éminence de 225 mètres et domine donc largement les alentours.

     

    La forteresse médiévale fut assiégée en 1229 par les troupes de Blanche de Castille accompagné du futur Louis IX qui avait onze ans. Les troupes françaises s'emparèrent de la place forte et délogèrent Pierre de Meauclerc qui tenait la place pour le compte du Roi d'Angleterre.

     

    Il reste de ce château, une massive porte fortifiée avec les montants de sa herse. On la découvre sur le chemin qui mène de la paisible place principale à la rue de la Ville-Close. Cette rue est bordée de demeures datant des XVII ème et XVIII ème siècles

     

    La plus belle est certainement l'Hôtel de Bansard des Bois dont l'élégante façade intérieure se reflète dans les anciennes douves.

     

    Son allure seigneuriale a autorisé Bellême à revendiquer le titre de Capitale du Perche, malgré des siècles de contestation avec sa voisine Mortagne-au-Perche situé à dix kilomètres au nord.

  • Histoire de Normandie: Les Percherons au Canada

    Dans les églises de Tourouvre et de Mortagne, des vitraux font revivre l'épopée peu connue des émigrants du Perche au Canada.

     

    Car la région fut une terre d'émigration. En 1634, des paysans et des artisans du Perche s'embarquèrent pour peupler ces arpents de neige, alors possession française.

     

    Dans l'église de Tourouvre, une plaque donne la liste des émigrants baptisés dans la commune qui firent souche au Canada. On estime ainsi que plus de 1 500 000 Canadiens francophones descendent des 250 premiers émigrants de Tourouvre, de Mortagne, de Bellême et de La Ferté-Vidame.

     

    Ils jouèrent parfois un rôle important: l'un d'eux, Robert Boucher, originaire de Mortagne, épousa une Huronne et organisa le poste militaire de Trois-Rivières.

     

    L'arrivée de soldats canadiens francophones lors de la Bataille de Normandie a permis de renouer avec le passé et de faire des jumelages très actifs avec des communes des provinces Canadiennes francophones comme Québec, l'Acadie et le Nouveau-Brunswick.