Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bazincourt

  • Histoire de Normandie:Bazincourt dans la guerre de 1870

    Dès le 9 octobre 1870, une colonne prussienne sous le commandement du Prince Albert de Prusse, neveu du Roi Guillaume Ier de Prusse, s'empare de Gisors. Elle se compose de 5000 hommes, dont plusieurs brigades de Uhlans et de Hussards de la Garde et elle est appuyée par 16 pièces d'artillerie.  

     

    Les 2 compagnies du 1er Bataillon des Mobiles des Landes renforcées par 300 gardes nationaux de l'Eure et de 25 Francs-Tireurs des Andelys ne sont pas de taille à s'opposer à la prise de la ville et ne peuvent plus espérer résister derrière le Front de l'Epte. Massés sur le Mont de l'Aigle au nord-ouest de Gisors, ils subissent le feu des canons prussiens et se replient par les bois en direction de Bézu-Saint-Eloi.

     

    Au même moment, la vingtaine de Garde Nationaux de Bazincourt, village de 200 habitants situé à 4km luttent désespérément contre la cavalerie prussienne pour l'empêcher de s'emparer des ponts sur l'Epte. Sous la conduite du Lieutenant Lebrun, ils résistent le plus longtemps possible, cernés et à court de munitions, après que la mort de 6 des leurs, les survivants se rendent.

     

    Le lendemain 5 de ces malheureux qui ont passé la nuit attaché à la grille de la boucherie de Bazincourt, sont fusillés sans jugement à Saint Germer de Fly, tandis que les autres sont relâchés après avoir été impitoyablement schlagués.

     

    Le monument, élevé devant l'église de Bazincourt est un mausolée qui fut inauguré le 26 juin 1871, qui comportent le corps des 11 Gardes Nationaux morts. Ce monument fut construit à la suite d'une souscription publique à laquelle participèrent tous les habitants de Bazincourt et de nombreux Gisorciens.

     

    Ce mausolée est devenu également le monument des morts pour la France des guerre de 14/18 et de 39/45.