Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bataille de normandie

  • Le donjon de Chambois


     

    Le village de chambois possède le plus important donjon de style Roman de l'ouest de la France. C'est aussi l'un des plus beaux ouvrages militaires de Normandie.

     

    Remarquablement conservé, l'édifice impose par ses dimensions considérables: dressé sur un plan rectangulaire de 21 mètres sur quinze, le donjon atteint une hauteur de vingt-cinq mètres. Quatre tours peu saillantes marquent ses angles. Des murs très épais assurent la puissance de la construction qui était jadis protégée par une double enceinte de fortifications et de fossés. L'accès à l'intérieur se faisait au niveau du premier étage dans tour greffée au sud(est. On pénétrait dans ce donjon au moyen d'une échelle escamotable. La base des murailles permettait de faire ricocher vers les assaillants les projectiles lâchés du sommet des courtines. Des créneaux et des mâchicoulis ont été remplacés au XIV ème siècle par des hourds de bois.

     

    Bien que les séparations horizontales n'existent plus les emplacement demeurent parfaitement visibles grâce aux cheminées accrochées au murailles et aux corbeaux qui portaient les poutres des planchers. Chaque étage ne comptait qu'une seule pièce. Le niveau inférieur servait à entreposer les denrées et diverses marchandises en pévision d'un éventuel siège. Le second niveau était réservé au seigneur; c'était une vaste salle de seize mètres sur neuf qui était éclairée par les baies géminées (toujours visibles) et dont l'élégance contraste avec l'austérité de l'ensemble. Au dessus se tenaient les hommes d'armes. Les murs y sont percés de nombreuses meurtrières. Un chemin de ronde courait au sommet des courtines.

    Une des tours enfermait un cachot et un autre abritait un oratoire.

     

    L'édifice fut certainement construit par Guillaume de Mandeville au XII ème siècle sous le règne du duc de Normandie, Henri II Plantagenêt. Le donjon fut pris en 1204 (XIII ème siècle) par Philippe Auguste qui le remit au Maréchal Henri Clément.

    En 1363, le donjon tombe dans les mains de Charles le Mauvais, Roi de Navarre et Comte d'Evreux. En 1365,le Maréchal du Guesclin le reprend.

     

    En1417, un long siège fut mené par les Anglais contre Jean de Tilly. En 1449, le Comte de Dunois, compagnon de Jeanne d'Arc, les délogea.

     

    Un peu plus d'un siècle s'écoula dans la tranquilité, quand les troupes Protestantes de Gabriel de Montgomery s'emparèrent de ce site fortifi. C'est le Duc d'Etampes qui le reprend pour la Couronne.

     

    Il perdit sa fonction défensive à la fin du XVI ème siècle. Lors de la Première République, il a faillit être démoli, grâce à sa diplomatie le propriétaire sauva l'édifice et sa vie.

     

    Durant la Bataille de Normandie de 1944, Chambois fut le théâtre de terribles combats qui sont commémorés au Musée du Mont-Ormel.

    La bataille ne fit pas moins de dix milles victimes. Durant cet affrontement qui dura soixante-dix-sept jours, les unités polonaises et américaines anéantirent les troupes allemandes en retraites.

    La 2 ème Division Blindée Française et la 2 ème Division Blindée Anglaise les rejoignent et ferment ainsi la nasse de la « Poche de Falaise »

     

    Devant le donjon, une stèle rappelle que «Chambois vécut les 19, 20 et 21 août 1944, les dernières heuresde la Bataille de Normandie »

  • Histoire de la Normandie:la Bataille de la Poche de Falaise

    « La chaudière de Falaise a été notre Stalingrad de l'Ouest »  Général Blumentritt, chef d'état-major des forces allemandes à l'Ouest.

     

    Le 8 août 1944: le Général US Bradley, commandant l'aile droite des forces alliées se tourne vers son chef d'état-major pour lui lancer l'ordre historique qui bouleversera les plans prudents élaborés à Londres. Les plans initiaux consistaient en effet à passer en Bretagne, tremplin d'où s'élancerait ultérieurement la libération du territoire français.

     

    Mais le 8 août, Eisenhower remplace cette stratégie prudente par un mouvement de faux permettant de catapulter les forces alliées jusqu'à la Ligne Siegfried et à l'estuaire de l'Escaut.

    Lire la suite

  • Villes de Normandie: Mortain

    Il est des lieux dont la position géographique conditionne l'Histoire. Situé à la pointe sud-ouest du Bocage sur un éperon rocheux, comme Domfront, Mortain fut aux marches de la Bretagne et du Maine, une forteresse Normande si importante que son comté fut dévolu au propre frère du Duc de Normandie. La ville et son château, dont il ne reste plus rien, ont eu à subir au cours des siècles, de nombreux assauts dont le dernier pendant la Bataille de Normandie en 1944. Mortain une fois de plus, fut en partie ruiné.

     

    Aux portes de la ville, le paysage rappelle qu'on se trouve aux confins de la Suisse Normande. Il en a l'aspect sauvage. Et les célèbres cascades où la Cance coulant dans une faille se précipite d'une hauteur de 20 mètres sont très pittoresques. La Chapelle de l'Ermitage située non loin de là sur un roc, domine d'une part l'agglomération, de l'autre un immense paysage jusqu'à la Baie du Mont Saint-Michel.

    Lire la suite

  • Bataille De Normandie-commando kieffer

  • Histoire de la Normandie:La Bataille de Chambois

    par Thibault

    Au cours de cette bataille plus de dix mille hommes ont péri, le bourg lui-même ayant été en grande partie détruit.

    Une inscription placée au carrefour des routes rappelle que, le 19 août 1944, les troupes polonaises opérèrent leur jonction avec le 395ème régiment d'infanterie américain. Le lendemain, une violente contre-attaque allemande fut repoussé victorieusement au prix de batailles sanglantes.

    Le 21 août, un véritable déluge de fer et de feu s'abattit sur les derniers km carrés où se battaient les allemands.

    Les unités polonaises et américaines parvinrent à rejoindre la 2 ème division blindée française et la deuxième division blindée anglaise fermant ainsi "la poche de Falaise" et contraignant les allemandes à la reddition.

    La bataille de Normandie était gagnée.