Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

baie de somme

  • Histoire de la Normandie:La conquête de l’Angleterre (1066)

    La mort du roi d’Angleterre Edouard le confesseur, en 1066, sans enfant ni héritier direct au trône, crée un vide institutionnel que tentent alors d’occuper trois partis concurrents. Le premier est Harald Hardraada le Norvégien, lié par le sang à la famille royale anglo-saxonne. Le second est Guillaume le Bâtard, que le défunt roi a désigné comme héritier. Le troisième, enfin, est un puissant aristocrate anglo-saxon du nom d’Harold Godwinson. C’est ce dernier qui est élu roi, à la manière Anglo-Saxonne traditionnelle, par un grand conseil, le Witan. Apprenant qu’Harold est monté sur le trône, Guillaume convoque les principaux barons normands et les convainc de se lancer à la conquête du royaume. En moins de dix mois, il parvient à rassembler dans l’estuaire de la Dives une flotte d’invasion d’environ 600 navires et une armée estimée à 7 000 hommes. Beaucoup de ces soldats sont des puînés auxquels le droit d’aînesse laisse peu de chance d’hériter d’un fief. Guillaume leur promet, s’ils se joignent à lui en apportant leur propre cheval, une armure et des armes, qu’il les récompensera avec des terres et des titres dans son nouveau royaume. Ces préparatifs comprennent également d’importantes négociations diplomatiques. Guillaume le Conquérant gagne d’abord à sa cause le pape Alexandre II, qui lui transmet son étendard, puis parvient à obtenir la participation des principautés voisines (Bretagne, Flandre et Anjou), qui ne profiteront pas de la campagne pour s’emparer de la Normandie. Avant de partir, Guillaume désigne également ses grands vassaux, Roger de Beaumont, Lanfranc et Roger II de Montgomery pour gouverner le duché en son absence.

    Lire la suite