Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

assemblée nationale

  • Histoire de la Normandie : La guerre des Farines à Vernonnet

    Installé en 1765, aux Tourelles de Vernonnet, Jean-Michel Planter transforme profondément le moulin pour en faire une importante « fabrique de farine minot », utilisant quatre roues et des techniques modernes comme « la mouture par économie, et l'étuvage.

     

    Le blé venait du Vexin et de Picardie et du Soissonnais. La farine était surtout expédiée par la Seine vers Paris, l'Espagne et les Antilles, Planter approvisionnait aussi la Royale. Dans les périodes de difficultés, les Vernonnais n'appréciaient pas les départs des barges vers Paris et des émeutes se produisaient.

     

    Une première fois en avril 1768, Planter est accusé de fournir aux Vernonnais du grain avarié.

     

    L'incident le plus grave éclate en mai 1775 en pleine guerre des Farines. Le 2 mai, Planter fait partir un bateau chargé de 1400 sacs de farine en direction de Paris mais il est pillé à La Roche Guyon.

    Le lendemain, une foule nombreuse assiège la fabrique. Pour la dégager, Planter fait appel aux soldats qui tirent dans la foule faisant plusieurs blessés.

     

    En octobre 1789, la foule s'empare de Planter et veut le pendre à un réverbère mais la corde est coupée par un coup de sabre, profitant de la confusion, Planter s'échappe, prévenue l'Assemblée Nationale, très attachée à l'approvisionnement de Paris car craignant d'être renversée, envoie des troupes pour protéger la fabrique. 

  • Histoire de la Normandie: Jacques-Guillaume Thouret

    Jacques-Guillaume Thouret, premier président de l'assemblée nationale

     

    Jacques-Guillaume Thouret est né à Pont-l' Eveque, le 30 avril 1746.

     

    Il est élu en 1789 aux Etats généraux par le tiers état de Rouen et le 11 novembre de la même année, il devient président de l'Assemblée nationale Constituante.

     

    Ses discours enflammés prononcés à l'Assemblée le rendent célèbre.

     

    En tant qu'avocat, il collabore à l'établissement des juges de paix et à l'institution du jury en matière criminelle.

     

    Pour s'être exposé aux excès de la Terreur, il monte à l'échafaud le 3 floréal de l'an II (1794), avec treize autres condamnés, dont le frère ainé de Chateaubriand.