Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

andré maurois

  • André Maurois parle de la Ville de Rouen

    extrait de Rouen dans «Portrait de la France» (1927)

     

    « En sortant de la gare* je découvrais Rouen. C'était un plaisir de chaque matin. La rivière, étalée entre la ville et nous, mettait le tableau à bonne distance. Une rangée de maisons grises, régulières, bordait les quais. Derrière cette noble façade, la ville ramassée sur elle-même, enfermée entre le fleuve et la côte, montait à l'assaut des collines. Des croupes vertes de Bonsecours aux pentes de Canteleu, le ciel était peuplé de tours, de clochers. La triple couronne de la cathédrale formait un centre et un sommet. »

     

    * la gare dont parle Maurois, c'était l'ancienne gare d'Orléans détruite au cours de la seconde guerre mondiale.

  • Ecrivains de Normandie: André Maurois

    Le 26 juillet 1885 naît à Elbeuf, en Seine-Maritime, Emile Herzog qui choisira plus tard le pseudonyme littéraire d'André Maurois. Il suit des études au lycée de Rouen, où il découvre la philosophie avec un professeur qui n'est autre qu'Alain, lui-même normand et grand philosophe.


    Il obtient le prix d'honneur de philosophie au concours général et passe sa licence de philosophie; ce qui ne le dispense pas de prendre la direction de l'usine familiale en Normandie.


    Mobilisé en 1914, il devient officier de liaison auprès de l'armée Britannique. Cette expérience lui inspire son premier roman, Les Silences du Colonel Bramble, qui paraît en 1918 et dont le succès détermine sa carrière littéraire.


    Auteur de nombreux romans à grand tirage, de contes philosophiques, de biographies romanesques, André Maurois, écrivain à l'humour sensible et à la sagesse sans illusion, entre à l'Académie Française en 1938. Il meurt en 1967 à Neuilly-sur-Seine.