Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alexandre piedagnel

  • Culture de Normandie: Foyer d'Hiver d'Alexandre Piedagnel

    Le soir, en plein hier, et par un vent de bise,

    Tandis que le grésil vient frapper aux carreaux,

    Le thé brulant servi, fermant bien les rideaux,

    Il fait bon s'installer près d'un feu qu'on attise.

     

    Les pincettes en main, sous la lampe on devise,

    Entre amis, librement, - à côté des berceaux

    Où dorment les enfants qui rêvent de cerceaux

    Et de biscuits dorés d'une saveur exquise.

     

    Comme la chambre est close! Et que les tristes mois

    Passent vite, en parlant des gaîtés d'autrefois,

    Ou bien lorsqu'on relit le chef-d'oeuvre d'un maître!

     

    On y trouve toujours de nouvelles beautés...

    Le coeur le plus meurtri se sentirait renaître

    Au charme pénétrant de ces intimités.

     

  • Culture de Normandie: Un triste Noël d'Alexandre Piedagnel

    Trois et quatre ans. La soeur aînée,

    En chemise, hier soir, a mis

    Dans l'humble et froide cheminée

    Deux mignons souliers dévernis.

     

    Voici l'aube de la journée

    Où les anges du paradis,

    Quand Noël a fait sa tournée,

    Vont éveiller les tout petits.

     

    Elles grelottent, les fillettes,

    En quittant leurs pauvres couchettes,

    Pour courir vers l'âtre, sans bruit.

     

    Hélas! Les bottines percées

    Sont encor vides et glacées...

    La mère est morte dans la nuit.